Buenos Aires

8 commentaires
Tags: ,
Mis en ligne le21 Mai 2012 dans 16-Argentine

Holà a todos!

Hé oui, un autre chapitre se ferme sur les chroniques du vaste monde : l’Argentine. Nous terminons les péripéties argentines par la grande métropole de Buenos Aires, toujours accompagnés de nos deux compatriotes québécois. Nous avons pris un autobus de nuit et nous sommes arrivés dans la grande ville l’œil cerné. Aussitôt sortis du terminal de bus, les histoires d’arnaque ont commencé. Un homme s’est approché de François pour lui demander des indications sur une carte touristique. Comme si nous, chargés en mulet et ayant vraisemblablement l’air de touristes, nous étions en mesure de lui fournir des informations sur la grande Buenos Aires. François a rapidement douté des intentions peu scrupuleuses du dit homme perdu et l’a ignoré. Une fois rendus dans le taxi, le chauffeur n’a pas tardé à nous faire remarquer que nous avions affaire à une bande de voleurs. Nous l’avons échappé belle!

Puis, les histoires insolites de canaillerie se sont poursuivies lorsque le taxi nous a déposés près de notre hostel. Quelques secondes après qu’il soit parti, François a reçu sur son sac et sa chemise une substance infecte brunâtre qui sentait le vinaigre. Une fille l’a approché sur-le-champ et lui a offert de l’aider à se nettoyer avec un mouchoir. Elle lui a aussi proposé de prendre ses sacs pour se faire. Encore une fois, François a soupçonné les intentions, probablement véreuses, de la fille et lui a tourné le dos. Manu s’est rendu compte de la situation et a tenté d’aider François, mais un gars l’a immédiatement abordé en lui demandant de l’information avec une carte pour faire diversion. Encore le même stratagème! Étant donné que les gars ont fait fi des malotrus, ceux-ci ont décidé de filer rapidement dans une voiture qui les attendait. Encore une fois, nous l’avons échappé belle et nous avons évité un éventuel vol de sacs. Fiouf!

Bref, après toutes ces expériences funambulesques, nous étions moulus de fatigue. Pour tenter de nous remettre sur le piton, nous sommes allés dîner, encore un peu sous le choc d’avoir croisé sur notre chemin autant de truands en si peu de temps. Mais bon, tous étaient sains et saufs et c’est ce qui était le plus important. Disons que notre arrivée à Buenos Aires ne nous a pas laissés indifférents et que nous étions fin prêts à déjouer les bandits au cours des prochains jours. Le soir, un bon asado (BBQ argentin) à volonté était le bienvenu dans notre estomac affamé. Perfecto après cette satanée journée!

Le lendemain, nous voulions nous diriger vers la Plaza de Mayo, mais nous avons pris malencontreusement le chemin opposé pour nous retrouver dans le quartier peu recommandable de La Boca. C’est un endroit garni de bandits qu’il faut éviter selon les Argentins qui, plus souvent qu’autrement, l’évitent eux-mêmes. Plusieurs policiers étaient postés au coin des rues. Une chance que nous étions le matin et qu’il n’y avait pas grand monde. En voyant les poubelles traînées et le tas de graffitis et de dessins sur les murs des bâtiments, nous nous sommes doutés que nous n’avions pas pris le bon chemin. Allez, ouste, nous avons aussitôt fiché le camp après avoir pris quelques photos.

En après-midi, nous ferons une deuxième tentative pour voir la Plaza de Mayo et elle sera fructueuse. Toutefois, l’édifice gouvernemental qui était devant nous (que nous avons baptisé le « palais de Christina ») nous faisait étrangement pensé à La Boca par son nombre de graffitis. Sur le chemin du retour, nous avons écouté un petit spectacle de musique d’un band de rue et avons observé les prouesses d’un couple s’adonnant au tango. Buenos Aires est peut-être un peu dangereuse et sale, mais elle est aussi animée et garnie d’intellectuels et d’artistes. D’homosexuels aussi. Vous saviez que Buenos Aires est l’une des villes du monde qui comptent le plus de gais et lesbiennes? Hé bien, nous avant, nous ne le savions pas.

Le dernier jour passé avec nos amis a été plaisant. Sans être en amour avec Buenos Aires, nous commencions à l’accepter, à la dompter. C’était dimanche et dans notre quartier, le San Telmo, avait lieu le grand marché artisanal de Belgrano. Il y avait toutes sortes d’artisanat. De toute beauté! Sans contredit, les Argentins ont vraiment bon goût et un sens artistique très développé, il faut leur donner ça. Nous avons glané, de kiosque en kiosque, à la recherche de perles artisanales à rapporter au Québec. Dans les rues achalandées, plusieurs se donnaient en spectacle pour récolter quelques pesos : mime, marionnettiste, musicien, comédien, etc. L’expérience de marché argentin a vraiment été agréable.

Le soir, nous avons salué une dernière fois Manu et Marie qui prenaient leur avion de nuit pour retourner au Québec. Nous avons passé de bons moments avec vous, des souvenirs plein la tête! Nous nous reverrons certainement bientôt au Québec autour d’un bon vin Malbec et d’un steak milanesa. Hihihihi! Parlez-en à Manu, il en raffole!

Hasta luego chers amis, bon retour en famille!

– Karine (et François qui tient à vous saluer)

A VOIR: Album photo de Buenos Aires


8 commentaires

  1. Al

    Asafo! Asado! Asado! On s’en tappe un a votre retour! On en fera un à Stoke avec quelques Malbec, partant! J’ai surtout été touché par la pauvreté dans les rues il y a 2 ans… Mais vous avez dû en voir de toutes les sortes depuis le début de votre périple.

    Je vous sais maintenant au Brésil, j’espere que la via de est tout aussi bonne, et que le stress a redescendu!

    Bonne route!

    Al

    Répondre
  2. Louis

    Bien joué pour les banditos! Ça a l’air très coloré et artistique cette ville. Wow ça devait être beau voir le couple danser le tango! Et très réussie la photo de l’homme au pot de maté!

    Répondre
  3. Pape Cochrane 1er

    Vos histoires de tentatives de vols me disent que vous avez été chanceux en maudit et que j’ai vu les mêmes crosses de la part de groupes organisés en Amérique centrale (Costa Rica). Ici au Québec nous avons notre gouvernement qui s’occupe de ce genre de vol et en plus, via les impôts et les taxes, il est légiféré et justifié. Wouhou!!

    2 journées de suppléance cette semaine, ça me fera changement du musée. J’ai appliqué sur une tonne de charges de cours pour l’automne et l’hiver prochain, je me croise les doigts en attendant. Peut-être que mon avenir professionnel et financier sera meilleur sous peu! 🙂

    À betôt!

    Répondre
    • Salut l’homme à tout faire!
      Comment il va? Hé oui, nous avons esquivé les tentatives malhonnêtes de ces vilains truands. Disons que nous aurions pu en rencontrer des plus malfrats. C’est toujours le fun d’avoir de tes nouvelles. J’ai bien hâte de me rendre à Cochrane beach pour voir si le voisin d’en face vend toujours ses blés d’Inde. J’irai faire un saut dans la piscine aussi si elle est chaude. 😉 J’ai vraiment hâte de vous revoir!
      J’embrasse toute la famille : l’homme barbu, la maman Virginie, bébé
      Virginie, Tom tom et Édouard.

      Répondre
  4. Sébastien Lapointe

    Merci beaucoup karine et François de me permettre de voyager avec vous… de pouvoir quitter quelques minutes une journée d’école un peu difficile. Nous sommes dans le sprint final… Les sec. 5 me font %$&?&%&*. J’ai bien hâte au mois de juillet.

    De autre côté, j’ai vécu une super belle fin de semaine avec la gang du Club de plein air dans le Parc des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie. J’ai aussi planifier une sortie de canot avec des amis à la mi-juin…

    J’espère que nous aurons la chance de nous croiser cet été… D’ici là, profiter au maximum de votre grande aventure… Je continuerai à vous lire.

    Séb

    Répondre
    • Salut Sébastien,
      C’est toujours un plaisir d’avoir de tes nouvelles. Je suis contente que tout se soit bien déroulé aux Hautes Gorges de la Rivière Malbaie. Ça dû être une sortie mémorable pour les jeunes, c’est tellement l’un des endroits les plus beaux du Québec selon moi. J’y serais allée volontiers avec vous n’importe quand! Les derniers milles de l’école approchent à grands pas pour toi. Bientôt, ce sont les examens qui commenceront et ça sera fini! Et dans deux semaines, nous serons de retour et ce sera à mon tour de travailler. Marie-Claude m’avait écrit concernant les dates du 10-12 juillet. Je crois que vous serez en Estrie. Pour ma part, je suis en congé le 10 juillet, mais je serai disponible le 11 et e 12 juillet aussi (mais seulement le soir) si
      vous voulez qu’on se voit. Ça serait super!
      Donnez-moi des nouvelles et bonne fin d’année à vous deux,
      Karine

      Répondre


Commenter