Parc national Talampaya

2 commentaires
Tags: ,
Mis en ligne le09 Mai 2012 dans 16-Argentine

Estamos siempre a Argentina!

Oui, oui, c’est avec l’intrépide Raoul Gonzalez que nous filons vers le Far West argentin quelques bornes plus au nord de Mendoza. En chemin, nous verrons bien sûr les renommées bodegas argentines, ces vignobles qui nous permettent de déguster ce bon vin Malbec. En chemin, nous verrons plein de loufoqueries qui nous font rappeler que le Québec est encore très loin de nous.

Voici quelques exemples que nous avons vus sur les autoroutes en Argentine.

–  Il n’y a presque pas d’indications (donc on se perd et il faut se fier au soleil pour retrouver notre route).

–  Il y a des chevaux attachés qui courent derrière les voitures.

–  ll y a des traverses d’écoliers en plein milieu de l’autoroute.

–  Il y a des familles (père, mère et bébé sans casque) en scooter qui côtoient voitures et vélos (toujours sur l’autoroute).

– Il y a de multiples contrôles policiers, de la gendarmerie et même de la sécurité alimentaire! Les agents nous ont demandés de jeter nos fruits et nos légumes, car ils venaient de l’autre province. En prime, ils nous ont fait payer l’inspection et nous ont exigé de laver la voiture à la sortie avec un mini lave-autos qui nous était destinés. Il faut le faire quand même!

Au gré du vent, notre curiosité nous amène vers le Parc national Talampaya réputé pour sa beauté, son aridité et ses gisements archéologiques. Or, il est interdit de s’y balader sans guide. Nous nous joignons donc à plusieurs couples de Buenos Aires en cavale. Armés de nos casques de vélo et de nos bécanes de fortune, nous bravons les pistes sablonneuses du parc qui nous font zigzaguer bien involontairement! Mes freins sont à la fin de leur vie, ce qui rend la balade encore plus imprévisible. Sans compter les nombreux déraillements de la chaîne qui sortait de ses pignons ou qui restait pognée en motton! Aïe! Aïe! Aïe!

Tout compte fait, l’excursion fut plaisante puisque nous sommes allés visiter un canyon spectaculaire. Les hautes parois beiges et roses mesurant plus d’une centaine de mètres nous en ont d’ailleurs mis plein la vue. Nous criions « Holà » de toutes nos forces en tendant l’oreille pour écouter le long écho produit. Nous nous sentions vraiment en plein milieu de nulle part dans ce lointain désert sud-américain.

Notre petit séjour à Talampaya aura été plaisant. En plus d’être superbe, ce parc est aussi fascinant puisque des dinosaures y auraient déjà habité il y a des millions d’années et des peuples aborigènes y ont laissé des vestiges.

Puis, en sortant du parc, nous croiserons nos premiers cactus. Tout excités, nous irons les observer de près. En plus, en se rendant vers San Augustin del Valle Fetil, nous apercevrons un poste de police désert où il y avait juste à côté une sympathique charrette et une série de cactus. Parfait, vamos dans la charrette et souriez!

Le soir, nous conclurons cette belle journée en prenant un bon souper dans un restaurant sur terre battue très rouge nous rappelant les couleurs de ce parc incroyable.

Volveremos pronto! Chau amigos!

– Karine

À VOIR: Album photo du Parc national Talampaya


2 commentaires

  1. Emilie d'Argentina4u

    Très belles photos!
    J’ai aussi écris un article sur Talampaya et sur Ischigualasto, un voyage que j’ai adoré:

    Répondre
  2. Louis

    Jolies ces falaises!

    Répondre


Commenter