San Junín de los Andes

5 commentaires
Tags: , ,
Mis en ligne le01 Mai 2012 dans 16-Argentine

Holà de la capitale de la truite!

Hé oui, la petite agglomération de San Junín de los Andes se déclare l’endroit de prédilection pour aller à la pêche en Argentine. Avec tous les lacs et les rivières qui l’entourent, c’est facile à croire. Il y a des magasins pour pêcheurs, des restaurants de pêcheurs et même les insignes indiquant le nom des rues arborent le poisson!

Pourquoi nous nous sommes retrouvés là? Le fruit des circonstances. Et ça ne nous a pas déplu, au contraire! Nous étions émerveillés de découvrir une petite ville assez rudimentaire avec ses maisonnettes de bois, ses vieilles voitures qu’on croyait exterminées, ses habitants de campagne et ses chiens errants qui se multiplient à vue d’oeil…

Voici l’histoire de notre arrivée à San Junín de los Andes.

Nous étions sur le pouce à El Chaltén et après avoir vu passer une douzaine de voitures pleines ou non intéressées à prendre des auto-stoppeurs, nous avons décidé de revoir nos plans. La seule manière d’atteindre Bariloche était de retourner sur nos pas à El Calafate pour ensuite prendre une connexion vers le nord. Et c’est ce que nous avons fait, misère de p’tite misère pour l’environnement et notre portefeuille! Surtout quand il y a toujours maximum 5 personnes dans un bus qui peut en contenir 30!

Tout compte fait, nous prenons l’autobus pour quelques joyeuses 30 heures en semi-couchette pour atteindre Bariloche en fin de soirée. Le lendemain matin, nous étions prêts à acheter un billet d’autobus pour la ville de Pucón. Mais, damnation! Le foutu autobus qui partait au Chili était plein, car le 1er mai en Argentine, c’est la Fête du travail et aussi, le dernier de congé d’une longue fin de semaine. C’était échec et mat pour nous, il fallait encore se retourner sur un dix sous. Et c’est ce que nous avons fait. En deux temps, trois mouvements, vlang, nous avons regardé une carte du Chili-Argentine et notre doigt s’est arrêté sur… San Junín de los Andes. L’autobus partait dans 10 minutes, juste assez de temps pour nous permettre d’acheter les billets. Rendus dans ce joli patelin, nous en avons profité pour visiter le coin pendant ce jour de fête. À la place centrale, les vétérans argentins, ornés de béret, placotaient entre eux tandis que les jeunes dansaient le tango sur la piste de danse.

Vous ai-je parlé de notre hospedaje à San Junín de los Andes? Une vraie expérience du fond de bois argentin! Rustique et fruste! La maison de bois ressemblait à un chalet pas totalement fignolé, une vraie de vraie cabane à trois étages. Les escaliers faisaient cric crac et ne répondaient certainement pas aux normes québécoises… Le dortoir était dans le grenier de la maison, nous nous serions crus dans une shed à bois. Sur mon lit, plusieurs petites crottes de souris ornaient la couverture. Bref, ce fut une expérience de vieux chalet nous rappelant de bons souvenirs du Québec malgré le crottin de rongeurs qui, heureusement, ne se sont pas pointés le bout du nez. En passant, au Chili et en Argentine, les hostels sont fort sympathiques, car la plupart du temps, ce sont des chambres dans une maison familiale. C’est chaleureux et simple. Nous n’avions pas vu ce concept depuis la Géorgie et nous sommes bien heureux de le retrouver.

Je vous laisse sur quelques clichés captés sur le vif dans cette fameuse capitale de la pêche, San Junín de los Andes.

Et comme disent les Argentins avant de se quitter : Chau!

Gracias pour vos commentaires, c’est toujours un plaisir de vous lire!

– Karina de Canada

À VOIR: Album photo de San Junín de los Andes


5 commentaires

  1. Étienne

    Et pas de parties de pêche ??

    Répondre
    • On reprendra ça sur la glace à Mégantic! Lâche pas le golfeur

      Répondre
  2. David Lacroix

    Et le poisson… il est bon?

    Répondre
  3. Maryse

    Dommage pour l’auto-stop, c’est vrai El Chalten, n’est pas l’endroit le plus facile!

    Répondre
  4. Louis

    Haha, cocasse cette escapade dans une ville qui semble peu touristique. Ça a l’air bien authentique et chaleureux!

    Répondre


Commenter