Jermuk

5 commentaires
Tags: ,
Mis en ligne le03 Sep 2011 dans 04-Arménie

բարի լույս! Pari louyce! Bon matin!

Bienvenue au pays des shaggies!

Nous sommes encore dans les contrées arméniennes parmi les foisons de tignasses noires, les hommes poilus et les Lada d’une époque soviétique révolue. Bourrés de mets géorgio-arabes, nous entamons nos escapades en campagne arménienne. Partis de Erevan en marshrutka local, nous arrivons quelques trois heures plus tard dans le paisible patelin qu’est Jermuk.

Parés à l’aventure, nous avions fait des provisions (saucissons, baklavas et fromages….ahhh!) pour faire de nous de valeureux scouts voulant explorer les lieux en camping et en randonnée. Mais, arrivés à Jermuk, site d’embouteillage de l’eau de source arménienne, nous serons un peu déçus. La petite agglomération d’environ 7000 habitants est charmante avec ses beaux arbres et sa rivière limpide, mais les alentours…ouch! Des collines sèches et jaunes de broussailles. Désertique comme l’Afrique. Sec et rude. Nous nous demandons d’où peut bien provenir l’eau de la rivière et des multiples sources qui s’écoulent dans la ville. La sécheresse hors de la ville fait en sorte que notre motivation descend un peu d’un cran, surtout que François n’est pas en grande pompe, la maladie l’ayant sournoisement attaqué. Malgré tout, nous gardons le cap et nous enlignons tout droit vers le lac de Jermuk.

Aussitôt admiré, aussitôt décampé, nous prendrons rapidement nos clics et nos claques pour retourner à Jermuk, voyant bien qu’il n’y avait pas de grand intérêt à camper autour du lac avec peu d’arbres et beaucoup de paille jaunie. En plus, faire un feu de camp aurait été une aventure un peu trop téméraire et aurait mis davantage nos vies en danger qu’en survie. Puis, nous avons hélé un taxi  – qui ne nous remet jamais le change – pour se rendre  à la chute Shaki. Nous aurions bien marché, mais quand la seule chose que nous pouvions faire pour trouver l’emplacement de la chute était de faire des signes et des bruits de chute qui coule aux Arméniens travaillant dans les dépanneurs, alors, tant qu’à avoir l’air plus touristes que ce que nous avions l’air, nous avons pris un taxi en vrais bons touristes.


Le chemin des chutes nous a conduits à un emplacement parfait pour monter notre abri de fortune près de la rivière. Il y avait de beaux promontoires rocailleux autour de nous. C’était notre petit canyon jermukois, un lieu tranquille pour passer la nuit, bercés par le doux son de la rivière. Parfait pour une bonne nuit de sommeil.

ZzZzzZzZzzzzzZzz en douce tranquilité.

– Karine

À VOIR: Album photo de Jermuk


5 commentaires

  1. Diane

    J’aime bien voir votre maisonnette perchée à flan de montagne comme en Chine ou ici au milieu de nulle part…
    Mais parlez-moi des ciels la nuit
    Vous devez en voir des fabuleux, avec des milliards d’étoiles.En voyant ces photos de jour, moi je vous imagine la nuit sortant le bout de votre nez et admirant la voûte céleste…Hum!!!
    Bonne route
    Mom XXX

    Répondre
    • Francois

      Oui y a des beaux ciels avec les étoiles on va essayer de faire quelques photos en Svaneti quand la pleine lune sera passée. Mais ça bat pas encore la voie lactée du Québec l’hiver!

      Répondre
  2. Al

    Ok, la question a 100$, en Arménie, ds les toilettes, le sent bon, c’est tu du papier d’arménie?

    Répondre
    • Francois

      Salut Alex! Ouais ouais tu m’apprends l’existence de ce papier! Ça doit être pour ça qu’on trouvait le papier de toilettes rugueux…. Hahaha on te ramène une caisse?

      Répondre
  3. marie-claude reid

    salut, on est toujours très heureux de te lire, les images défilent dans nos têtes. Merci pour tes descriptions très imagées, on a l’impression d’y être avec vous. Dommage que nous soyons ici (c’est la phrase de Séb…). OK pour les photos de notre voyage, je t’enverrai ça cette semaine.
    m-c

    Séb: moi aussi je m’ennuie de vous autres. Le bureau est plate sans toi.

    Répondre


Commenter