Chine – 2007

ZHONGDIAN

Notre visa chinois restera un pur mystère pendant notre périple au Tibet. Nous nous sommes renseignés maintes fois à savoir combien de temps il serait valide en Chine et s’il posait problème. En fait, le “visa chinois” était plutôt louche, car nous avions seulement un bout de papier et aucune étampe de la Chine dans notre passeport. Tout compte fait, selon les gens que nous avons rencontrés au Tibet, notre visa ne posait aucun problème. Nous avons donc entrepris des recherches pour se rendre en Chine en jeep par une route similaire à la Friendship Highway, mais côté est vers la Chine. Nous avons affiché plein d’annonces avec un Français et un Somalien pour trouver d’autres gens qui étaient prêts à prendre la route avec nous, mais encore une fois, la paperasse chinoise et le contrôle absolu des autorités chinoises au Tibet nous ont un peu découragés. C’était réellement compliqué de se rendre dans la province du Yunnan de cette façon, mais pas impossible! Mais comme nous ne savions pas le temps exact que nous pouvions passer en Chine – c’était vraiment très nébuleux, surtout quand les infos sont écrites en mandarin seulement sur le foutu papier -, nous avons décidé d’acheter un petit vol vers la première ville chinoise à la frontière du Tibet, Zhongdian. Une fois atteris, nous sommes restés quelques temps afin d’explorer le coin. Il y avait beaucoup d’Autochtones et un petit coin touristique où il y avait des marchés traditionnels.

BAISHUI TERRACE

Nous nous sommes rendus dans les campagnes chinoises du Yunnan pour aller visiter un site naturel extraordinaire: des bassins d’eau dans du calcaire. Les couleurs étaient tout simplement magnifique. Certains bassins étaient plutôt verts, d’autres turquoises et ceux qui coulaient doucement sur le calcaire, transparents. C’était assez spécial d’être dans ce milieu rural de Chine. La modernité chinoise était encore loin pour nous. Nous vivions avec des Chinois qui ne parlaient aucun mot anglais. De toute façon, plus tard, nous nous rendrons vite compte que même en ville, les Chinois ne parlent pas vraiment l’anglais. Nous habitions dans des logements assez rudimentaires et nous tentions d’expliquer par signes ce que nous voulions manger. De toute façon, ça revenait pas mal tout le temps au même, c’est-à-dire des nouilles ou du riz. Pendant notre aventure chinoise, à chaque fois que nous mangions dans un resto où le menu était écrit en mandarin et en anglais, je prenais le temps de transcrire les écriteaux chinois et la signification en anglais. Comme cela, quand nous arrivions dans un autre resto où le menu était seulement écrit en mandarin, nous pouvions sortir le petit cahier et pointer ce que nous voulions manger. C’était plutôt comique et surtout, très pratique.

LES GORGES DU SAUT DU TIGRE

Nous avons fait une petite escale aux gorges du saut du Tigre situées sur le fleuve Yangzi. C’était réellement de toute beauté. La vallée était majestueuse et les paysages de rochers pointus étaient féériques! Nous avons pu réaliser une belle randonnée de deux jours dans les différents sentiers reliant les différentes maisons chinoises situées sur les flancs de la vallée. Ce qui est triste dans tout cela, c’est qu’avec le rythme effrené de la modernité en Chine, cette beauté de vallée est menacée. Le gouvernement chinois compte ouvrir une série de barrages hydroélectrique qui noyaient complètement ces gorges. Sans compter que ce grand projet exigerait l’exil de plus de 100 000 personnes.


LIJIANG

Lijiang signifie “beau fleuve” en faisant référence au grand fleuve Yangzi. Cette ville est fort jolie puisqu’elle contient un vieux quartier avec de superbes petites maisons traditionnelles chinoises. Lijiang fait d’ailleurs partie du patrimoine mondial de l’Unesco. Les Chinois visitent énormément cette ville. Lorsque nous y étions, il y avait des centaines et centaines de Chinois qui visitaient ce beau petit coin. C’était très comique de les voir danser sur de la musique chinoise complètement kitsch et de répondre à des hôtesses chinoises déguisées qui chantaient des chansons à répondre…ça vous en dit long. En même temps, nous étions complètement trempés dans un monde chinois qui maintenant, par sa modernité, ressemble à l’Occident, mais dans sa façon de penser, c’est totalement différent! Et pendant le petit party chinois de ruelle tourisitique, nous ne voyions pas beaucoup d’alcool circuler, mais beaucoup d’appareil-photos flasher. Nous étions en plein cliché chinois dans tous les sens du terme!

LAC LUGU

Situé à la frontière entre le Sichuan et le Yunnan, le petit village du lac Lugu est une vraie merveille. Dès notre arrivée dans ce lieu plutôt sauvage, nous sommes très vite enchantés par le bleuté du lac et l’immensité des montagnes avoisinantes. Nous sommes à environ 2 600 mètres et la température, très clémente, est parfaite! Il y a de la verdure partout et de très grands arbres qui ressemblent à notre forêt laurentienne. Vraiment, cet endroit est un réel paradis terrestre! En plus, ce sont des sociétés traditionnelles matriarcales qui habitent autour du lac Lugu. Donc, nous avons fait d’une pierre deux coups! Tadam! Nature et culture, un excellent mixte! Au lac Lugu, nous explorerons le pourtour du lac et nous habiterons dans une jolie maisonnette en bois style antique à la chinoise. Le lac Lugu aura été un lieu de détente avant de partir pour notre dernière destination chinoise: Kunming. 

KUNMING

Nos chinoiseries se termineront dans la ville de Kunming, capitale de la province du Yunnan. Pour nous, Kunming est une grande ville, mais pour les Chinois, elle est relativement petite: elle compte environ 5 millions d’habitants. Bref, c’est un peu moins que la population totale du Québec, faut le faire! C’est également à Kunming que nous apprendrons qu’il faudra lever les voiles au plus sacrant, car notre fameux visa chinois, très nébuleux, ne nous permettait pas de rester plus longtemps et il s’avérait impossible de prendre une extension (évidemment au Népal, les vendeurs nous avaient dit le contraire, bien sûr!) Alors, déçus, nous devions partir de la Chine ou nous devions payer 80 $ pour chaque jour supplémentaire passé en Chine. Valait mieux traverser la frontière au plus vite! Nous sommes donc restés à Kunming quelques jours et nous nous amusions à errer et à prendre les autobus de ville. Finalement, pour une ville sans grand intérêt, c’était quand même bien amusant!

La Chine, un monde à part même si elle n’en a pas toujours l’air! La modernité s’est empressée d’entrer en Chine, mais elle ne lui a pas pour autant donner toutes les caractéristiques liées à l’Occident. Et c’est ça qui est formidable dans ce vaste pays. La culture chinoise, même si elle n’est plus traditionnelle comme nous imaginons (pensez aux stéréoptypes chinois), elle est tout de même très différente de la nôtre. Les Chinois vivent réellement dans leur petit monde, propre à eux sans nécessairement se soucier des autres pays. Les Chinois ne parlent pas beaucoup l’anglais et ne semblent pas vraiment considérer important de le faire. Bref, la Chine est simple, car elle nous ressemble de plus en plus par rapport au mode de vie, mais elle s’avère complètement différente et complexe quant aux mentalités. Même si les bus sont efficaces et à l’heure, que les hôtels sont propres, que les Chinois sont à la mode, que le pays soit assez sécuritaire et moderne, la Chine offre tout de même une culture propre à elle qu’il ne faut absolument pas manquer.

– Karine

Commenter