Bilan – Mongolie

Informations générales

Dates du séjour en Mongolie: du 2 août 2011 au 18 août 2011

Malgré que la Mongolie est le pays le moins peuplé du monde, environ 1,9 habitants par kilomètre², elle a tout de même une longue histoire. Plusieurs empereurs assez puissants se sont succédé et l’un d’entre eux est en fait le héros national du pays, c’est-à-dire Gengsi Khan, grand empereur vers le 12e siècle. Depuis 1992, la Mongolie est une démocratie. Avant la guerre froide, la Mongolie était dirigée par un régime communiste. La langue parlée en mongolie est le mongol, mais il y a deux sortes d’écriture: le cyrillique mongol, similaire au russe, et l’écriture traditionnelle mongole, similaire à de l’arabe, mais à la vertical. La grande majorité des habitants de ce pays sont d’origine mongole, mais il y a un peu de minorités comme les  Kazakhes et Touvains. Plus du tiers des habitants résident à Oulan-Bator tandis qu’environ 30% sont nomades ou semi-nomades. La religion prinipale est le bouddhisme tibétain, mais l’animisme des nomades est encore présent. La Mongolie possède une grande superficie, mais elle est très peu occupée. En Mongolie, il a quelques 2 754 685 habitants seulement. En fait, le pays compte beaucoup plus d’animaux d’élèvage que de Mongols. La monnaie du pays des le tugrik (MNT).

20000 tugrik, tugrug, tögrög, currency, mongole, mongol, mongolie, mongolia, money, monnaie, argent, dollars, bill, billet

Tugrik

Le tugrik mongol

Coups de coeur

– La grande hospitalité des gens.

– L’immense liberté et les grands espces verts.

– Les rencontres et les échanges avec plusieurs francophones visitant eux aussi ce pays hors de l’ordinaire.

– Les couchers de soleil et l’observation d’oiseaux au lac blanc près de Tariat.

Coups de gueule

– Les routes et les moyens de transport sont assez rudimentaires.

– La nourriture chez les nomades est correcte, mais loin d’être bonne (il doit leur manquer des vitamines en quelque part!)

– Le lavage (un petit sac) revient nettement plus cher qu’une nuit en guest house. Ça alors!

Nos impressions

Les gens:

– En campagne, les Mongols sont assez sympathiques, très accueillants et hospitaliers.

– Ils possèdent un excellent sens de l’humour. Ils adorent rire gentiment de nous.

– Les gens de la Mongolie ne vivent pas selon un horaire préétabli et fixe. Ils se lèvent et se couchent quand ils le désirent. Autant à la ville comme à la campagne, les Mongols s’activent vers 10 h.

– Plusieurs Mongols ont des problèmes avec l’alcool.

La nourriture:

– La nourriture locale est principalement composée de nouilles ou de dumplings faits maison et bien entendu, cuisinés avec du mouton. Nous avons mangé du cheval dans une famille, mais c’est très rare que les Mongols en mangent, car c’est l’animal le plus utile pour eux. Avons-nous mangé du cheval malade qui tournaient en rond? Qui sait?

– Les Mongols ne mangent pas de bovins également, car ils se servent des yaks et des vaches pour s’alimenter en lait, en crème, en beurre, en yogourt, etc.

– La plupart du temps, les Mongols font sécher la viande très longtemps avant de la manger. Ainsi, à plusieurs endroits où nous sommes allés ce sont des morceaux de viande dure, et ensuite bouillie, que nous avons mangés. Sans compter tous les morceaux de gras énormes que nous avons ingurgités par politesse ou par mégarde!

– Il est normal de se demander où sont passées les vitamines dans la nourriture mongole, car il n’y en a pas vraiment. Pourtant, le scorbut ne semble pas les attaquer. Si vous trouvez un morceau de carotte ou un semblant de patate dans votre bol, vous êtes chanceux. Et attention de ne pas prendre le morceau de gras pour la patate! Ça nous est arrivé et une fois que vous l’avez das la bouche, le recracher est assez mal vu!

Les moyens de transport

– Les routes sont quasiement inexistantes. Rares sont les pays qui comptent aussi peu de routes officielles et asphaltées. Les Mongols se promènent dans de petits chemins de terre créés par les voitures ayant passé là avant. Ça ressemble à des sentiers de VTT, mais pour les voitures. Et même les Mongols qui possèdent une belle voiture neuve sport vont emprunter ces chemins lamentables. Pas le choix. Disons qu’en Mongolie, les suspensions des véhicules doivent avoir une espérance de vie assez courte.

– Les moyens de transport sont rudimentaires et rares. Il existe quelques beaux autobus pour les longs trajets, mais ils sont souvent en panne. En effet, les bris de toutes sortes et les arrêts soudains et inexpliqués sont fréquents en Mongolie.

– La plupart des paysans se promènent en cheval ou font du covoiturage avec d’autres habitants. Les gens qui circulent à l’aide de leur propre véhicule se montrent très conciliants et acceptent facilement de prendre des gens comme passagers.

La communication (langue):

– Le mongol est assez difficile à apprendre, car les sons sont carrément différents de notre langue. Il y a des sons laborieux à prononcer. Deux sortes d’écriture sont présentes en Mongolie: l’écriture cyrillique (style russe) et l’écriture traditionnelle mongole (style arabe, mais à la vertical), mais elle est beaucoup moins utilisée.

Le logement:

– Certaines yourtes sont plus propres et accueillantes que d’autres. À l’intérieur de la yourte, il y a un bureau orange, peinturé à la décoration mongole, sur lequel il y a une représentation de Bouddha, des photos de l’ainé défunt ou des photos de famille. Un peu feu de foyer – qui tient sur un cric – est allumé presque en permanence. Plein de croyances mongoles sont en lien avec le feu du foyer et elles soivent être respectées.

– À Oulan-Bator, les guests house sont souvent pleins pendant la saison estivale (saison touristique). Il a été très difficile de s’en trouver un compte tenu que nous n’avions pas de réservation.

– Nous avons dormi dans notre tente la grande majorité du temps. En Mongolie, c’est possible de poser la tente n’importe où. S’il y a une yourte tout près, il s’agit de demander la permission. La grande majorité des Mongols accepteront sans problème.

L’habillement:

– En campagne, la plupart des Mongols portent un manteau appelé “Del” fait en sorte de soie imprime et une grosse ceinture en tissus. Il y a des “Del” d’hiver et d’été.

– Les Mongols des campagnes portent des bottes assez hautes (style hiver). Certains déchirent des lanières de tissus et s’enroulent chacun des pieds avec (ça fait des bas rudimentaires) et enfilent ensuite leurs bottes.

– Évidemment, la mondialisation des modes est arrivée à Oulan-Bator et les jeunes s’habillent à l’américaine.

Les toilettes:

– Les toilettes publiques de campagne sont rares et sont en fait des latrines la plupart du temps. Au moins, elles sont non payantes.

– Ce ne sont pas tous les habitants des “Ger” qui possèdent une latrine. Les deux familles visitées dans le coin de Terelj n’en possédaient pas. Ils allaient faire leurs besoins plus loin dans le champ et/ou ils enroulaient une couverture autour de leur corps pour se cacher et allaient à au moins 50 mètres de la “Ger” (une autre règle relative au bon savoir-vivre des nomades).

– Lors des arrêts d’autobus (en panne ou pause pipi ou pause cigarette), les Mongols sortent et vont faire leurs besoins éparpillés autour du bus. Même les femmes sont accroupies! En Mongolie, on oublie vite la pudeur si on a une urgente envie d’uriner!


Contrastes culturels

– Qui d’entre vous habitent une yourte ou une “Ger”? Je ne connais personne au Canada jusqu’à maintenant. En voilà un gros contraste culturel.

– La nourriture constituée de pâtes et de mouton. C’est bon quand tu as faim, mais au bout de quelques jours, ça devient redondant et fade.

– L’hospitalité des gens en campagne est incroyable et s’avère un grand contraste avec nos valeurs individualistes et capitalistes. La grande génrosité des habitants ne peut faire autrement que de marquer un Occidental.

– Le mode de vie. Même si les Mongols des campagne ne sont plus tout à fait nomades, il va sans dire qu’ils ont tout de même une vie assez rudimentaire. C’est un peuple d’éleveurs qui vit bien grâce aux animaux qu’ils domestiquent (moutons, yaks, chevaux et chèvres). Ils vivent de subsistance et ils se débrouillent très bien ainsi.

– Ironiquement, même si certaines familles sont très loin dans les steppes, elles disposent d,un panneau solaire qui leur permet de recharger leur cellulaire.

Budget

En Mongolie, le coût de la vie est peu dispendieux. Les autobus sont peu coûteux et les repas mongols, bon marché. Il est préférable de prendre un lit en dortoir dans les guests house pour diminuer les coûts liés au logement. Plusieurs personnes passent par des agences pour planifier leurs activités. Mais, en général, il se possible de trouver un guide par soi-même en se rendant dans la ville ou le village le plus près du lieu de visite choisi.

Un lit en dortoir: +/- 6$ CAN par personne

Un repas: +/-  2$ en campagne (repas mongols), +/- 5 $ à Oulan-Bator

Visa: 90 $  CAN à partir du Canada et demandé par la poste à l’ambassade. Visa sous forme de collant.

Budget quotidien: 28 $ CAN par personne

Décompte camping 

9 nuits de camping

Nous avons utilisé notre tente pour dormir près des yourtes des familles près de Terelj pendant (3 nuits). Puis, nous avons dormi en camping sur le bord du lac blanc près de Tariat (6 nuits). Ce qui est merveilleux en Mongolie, c’est qu’il est possible de camper presque n’importe où sans frais!

Bilan de notre voyage en Mongolie

La Mongolie est un pays très riche en culture et en beautés naturelles. Étant donné que c’est le pays le moins peuplé de la Terre, c’est sans contredit l’un des endroits les plus paisibles présents sur le globe. La tranquille règne partout en Mongolie et le rythme de vie des Mongols augmentent cette sensation de calme et de sérénité puisqu’ils sont relax et que rien ne presse vraiment. Les habitants sont tout à fait attachants: ils sont hospitaliers, accueillants et très comiques. Cette terre est un lieu parfait pour les animaux qui vivent en grande liberté et en harmonie avec la nature. Les observer a été une de nos activités que nous avons préférées. La Mongolie est aussi l’une des rarissimes places où nous pouvons encore vivre les coutumes traditionnelles ancestrales de ses habitants sans que tout ait été arrangé pour les touristes. Nous pouvons vivre avec les familles et tenter de comprendre, en baragouinant le mongol, comment ils vivent. C’est très intriguant, car plein de coutumes proviennent de l’animisme et du bouddhisme tibétain, ce qui rend la Mongolie si mystérieuse. Sans compter les yourtes qui rendent énigmatiques ces steppes sauvages. Vraiment, la Mongolie est un pays pur, de paix intérieure, où nous pouvons facilement nous sentir en sécurité et en total équilibre avec l’environnement. Et ça, c’est une richesse rare de nos jours.

Commenter