Mont Hua

6 commentaires
Tags: ,
Mis en ligne le31 Juil 2011 dans 01-Chine

Wǎnshàng hǎo (bonsoir) du pays des yeux bridés,

Wow! Tout est tellement bien organisé en Chine. Les bus sont fréquentes, efficaces et elles se rendent facilement aux destinations touristiques désirées (sans passer par une agence). Cela est probablement dû à la grande fréquentation touristique des Chinois dans leur propre pays. Il faut dire qu’en Chine, les autoroutes de 3 à 5 voies sont une chose commune! Les ponts, dont plusieurs sont très hauts, poussent comme des champignons! Assez contrastant avec les nôtres qui commencent à s’écrouler. Partout où nous nous rendons, nous pouvons observer la construction de grosses infrastructures telles que les multiples ponts, les édifices d’au moins 20 étages, des tunnels, etc. Sans oublier que nous croisons souvent des centrales nucléaires. D’ici, il est encore plus crédible que la Chine devient l’un des géants de notre planète comme nous l’entendons souvent dire. Et avis à ceux qui désirent visiter ce grand pays oriental, dépêchez-vous, car le voyage à budget limité sera en voie d’extinction sous peu…

Tout cela pour dire qu’il a été très facile de prendre le bus pour se rendre au mont Hua – ou Hua Shan en mandarin. – Alors, encore prêts pour un Master step? Partez! Après 3 semaines de galopade à droite et à gauche, nous nous sentions tranquillos et prêts et dispos pour une randonnée, mais d’une seule journée cette fois-ci. Donc pas d’histoires loufoques de tente pour vous les amis! Ce fut une excellente idée de grimper cette montagne en une seule journée, car elle se monte comme un charme. Bien sûr, il faut aimer le Master step – j’y ai presque pris goût depuis le mont Émei on dirait – et les sensations fortes!

Le sentier que nous avons emprunté pour atteindre le North Peak du mont Hua est le Jade spring trail. Les 4 premiers kilomètres sont plutôt commodes (même si la sueur coule abondamment de notre corps), mais après ça, attention! Attachez votre casquette chinoise! La suite est constituée de « marches » en 80° qui sont en fait plus des échelles de l’âge de pierre que des escaliers. Heureusement qu’il y a des rampes en chaîne partout sur les côtés pour éviter une descente rapide et inopportune.

Les parois du mont Hua sont très escarpées, c’est probablement pour cette raison qu’il y a encore un foutu funiculaire qui se rend en haut du mont. Grrrrrr! Bon, je n’ai pas vraiment quelque chose contre les funiculaires (même que celui-ci semblait plutôt sympathique avec sa vue époustouflante – je présume -), mais quand on sue toute la sueur de notre corps et que nous prenons le risque de trébucher dans les minis marches (ha! c’est vrai, j’avais omis de vous dire qu’elles sont très étroites aussi, ce qui augmente la difficulté), il faut bien être récompensé avec un sommet vierge…de monde! Ce qui n’a malheureusement pas été le cas comme la dernière fois au mont Émei. Mais, il fallait bien s’y attendre, nous sommes bel et bien en Chine!

En effet, lors de la montée, j’avais presque oublié que nous étions en Chine tellement que le sentier était peu emprunté. Mais le sommet m’a rappelé le pays visité où la densité de population est une réalité omniprésente, même dans les parcs nationaux où le prix d’entrée n’est pas donné. Le sentier Jade spring trail nous aura pris environ 3½ h et il était tout à fait splendide. Nous marchions sous les arbres et à côté d’une belle petite rivière claire. Ça faisait du bien de pouvoir bouger librement sans se soucier de la masse. En passant, le mont Hua est également un mont sacré, mais de religion taoïste. Hé oui, ce sont maintenant des temples taoïstes que nous croisons. Les moines taoïstes sont très différents des moines bouddhistes, on dirait qu’ils portent un habillement de Joker mélangé avec du colon d’Amérique (manches et pantalons bouffants). La plupart avaient des petites barbichettes comme le professeur Tournesol dans Tintin. Il y avait des séries de cadenas accrochés les uns aux autres et sur des bandes rouges (on aurait dit que les cadenas étaient des lumières de Noël dans ce décor vert et rouge) ou accrochés sur des rampes de chaîne devant les temples. Sur les cadenas, des écriteaux mandarins étaient gravés.

Mais le véritable thrill était de monter dans les « échelles » de roches avec les rampes en chaîne. En plus, la vue était simplement spectaculaire sur les autres pics rocheux dont le South Peak qui culmine à 2154 mètres que nous n’avons pas eu le temps de faire. De toute façon, il y avait tellement de Chinois, tout fringants comparativement à nous dégoulinants, qui se dirigeaient vers ce sommet que nous nous sommes contentés du North Peak. Et c’était bien comme ça. Nous avons redescendu par le sentier court nommé Soldiers trail, mais il était très abrupte. La plupart des Chinois qui gravissent le mont Hua le font par ce sentier qui est tristement parsemé de déchets. L’air respiré sentait plus souvent les toilettes nauséabondes que la forêt. Au moins, nous redescendions donc nous n’avions pas besoin de prendre de grandes inspirations. Grand soulagement olfactif!

Nonobstant le fait que le sommet est peuplé et qu’il y a un funiculaire, je peux affirmer sans barguigner que le mont Hua a été l’un de mes moments forts – et de détente – en Chine. Je suggère aux curieux qui aiment les sensations fortes et les paysages féériques de tenter leur chance dans cette merveilleuse montagne si vous mettez les pieds en terre chinoise. Les sentiers du mont Hua sont très spéciaux et les falaises granitiques, complètement surprenantes! Pas besoin de se rendre à Val-Cartier pour avoir des sensations fortes, rendez-vous au mont Hua!

Sur ce, je vous laisse sur la philosophie taoïste qui consiste à équilibrer sa vie avec le yin et le yang, à être zen, à contempler l’art et la nature, etc. Essayez-donc ces grandes vertus cet été!

Bon taoïsme à la québécoise!

Quant à nous, nos aventures se poursuivent sur la piste mongole…

– Karine

À VOIR: Album photo du Mont Hua


6 commentaires

  1. MeL

    Salut les tourtereaux!
    Fidèle lectrice que je suis est épatée devant les splendeurs de la Chine. C’est comme un conte, une histoire fabuleuse, un roman d’aventure qui agrémente notre quotidien! J’ai hâte de voir la steppe Mongolienne! Vous nous donnez le goût de partir! IHAAA Enjoy!

    Répondre
    • Karine

      Salut Mel!
      Contents d’avoir des nouvelles d’une fidèle lectrice! Nous sommes en terre mongole et demain, nous partons dans les steppes. Nous avons très hâte de rencontrer les nomades.
      Bon, d’ici, donne-moi encore des nouvelles des champs varennois!
      Nous aussi, on aime te lire!
      Rock on vieille pot! 🙂

      Répondre
  2. Diane

    Le poids de l’âme est peu semble-t-il !
    mais au nombre d’esprits curieux et fascinés que nous sommes à voyager avec vous dans votre sac, votre dos peut bien s’en ressentir par moments.
    Bien heureux dans le confort de notre foyer, vous nous amenez
    aux confins des merveilles.
    Je suis prête pour la Mongolie…pour les grands espaces déserts
    et l’air pur des steppes ( comment ne pas penser au film que l’on a regardé ensemble avant ton départ Frank…) Dire que vous allez frôler ces terres là maintenant…oufff
    Mom XXX

    Répondre
  3. Lyne Lemieux

    J en ai appris beaucoup sur la Chine c est super intéressant et les photos sont superbes. J ai toujours hate a la suite…

    Répondre
  4. Louis

    Vous êtes déjà rendu loin, à l’aube de ce 2e mois qui commence. Le temps s’étire c’est évident 🙂 Bonne route vers l’intrigante steppe.

    Répondre
    • Francois

      Merci Lyne et Louiso! On est rendu a la frontiere pour la Mongolie! Pas evident de se rendre en train jusqu a UB. L energie est par contre excellente. Deja en Mongolie interieure, c est tout un contraste avec la Chine de voir les steppes d herbe verte, sans arbre, le ciel bleu, quelques yourtes ici et la et les milliers d animaux libres comme l air. A plus! Frank et Karine

      Répondre


Commenter