Dépression de Danakil

21 commentaires
Tags: , ,
Mis en ligne le13 Déc 2011 dans 10-Éthiopie

Bonjour! Bonjour! Comment ça va dans le boutte?

Pis, avez-vous fini votre magasinage là? Les tourtières sont-tu prêtes?

Nous sommes bien fiers de vous présenter cet épisode de science-fiction. C’est à se demander si on ne s’est pas fait capturer par des pygmées qui nous ont emmenés sur Vénus pendant notre sommeil. Concrètement, le National Geographic a qualifié cet endroit du plus cruel sur terre. Nous vous souhaitons la plus cordiale des bienvenues dans ce lieu torride, aride et hostile qu’est la dépression de Danakil.

En effet, la vallée du grand rift termine sa course aux confins de la corne de l’Afrique, en plein cœur de la dépression de l’Afar. Comme son nom l’indique, la dépression est située sous le niveau de la mer à plus de 100 mètres sous l’océan par endroit. C’est l’une des zones les plus chaudes de la terre. On y trouve un désert de sel et certaines formations géologiques très particulières. En moyenne, il fait plus de 45 degrés le jour. Une chance que le mois de décembre est le plus frais de l’année! Cette clémence relative facilite notre visite dans ce royaume des Afars, un peuple à majorité islamique de l’Afrique du nord-est.

Par contre,  cette zone géopolitique est soumise à des tensions frontalières importantes. C’est pourquoi l’Éthiopie impose des exigences très serrées pour quiconque désirant s’y aventurer. Il n’y a aucun moyen de s’y rendre par nous-mêmes : il faut absolument passer par une agence.  C’est pourquoi nous passons trois jours à Mékélé, une ville étudiante agréable, pour tenter de trouver des partenaires prêts à partager les frais d’une telle aventure. Malheureusement, cette fois, la chance n’a pas tourné pour nous. Bien que nous ayons ratissé cette ville de plus de 200 000 habitants, nous n’avons trouvé aucun touriste. Il nous fallait donc négocier avec la seule agence qui offrait ces services. L’offre est très limitée sur place, car la grande majorité des touristes réservent ce genre d’aventure (avec plusieurs milliers de dollars) via des agences spécialisées à partir de leur pays ou bien parfois à partir d’Addis-Abeba (très cher également).

Le fait de n’avoir trouvé personne d’autre pour partager les frais et la Jeep nous obligera à mettre une croix sur la visite du volcan Erta Ale, l’un des seuls lacs de lave au monde. Dernier espoir : se joindre avec l’un des groupes organisés présents près du cratère du volcan Dallol.

Nous partons donc avec Noab, l’homme à tout faire de l’agence. Il est en même temps le vendeur (menteur), le chauffeur (pseudo-mécano sans scrupule) et le guide (lâche). Nul besoin d’expliquer que nos relations seront mauvaises pour la plupart du périple. Nous avons réduit les dépenses au minimum pour cette chronique – notre plus dispendieuse depuis le début du voyage – en fournissant notre propre nourriture, eau et équipement de camping.

Tout au long de la descente vers la dépression, nous devons nous arrêter pour que notre chauffeur paie des frais d’entrées ou donne de l’argent à des guides locaux, à des polices, à des soldats et autres petits potentats. Plusieurs de ces personnes ne montent même pas avec nous dans le véhicule pour le service qu’ils devraient exercer et exigent toujours plus de bacon. Le chauffeur doit négocier avec un guide local bien habillé et portant une montre en or, ce qui contraste fortement avec les villageois sans le sou tout juste à côté. Toutes ces personnes en autorité se graissent la patte. Les soldats, qui sont payés pour veiller sur nous, feront la fête avec beaucoup de bière, comme à tous les soirs. Dans ce pays qui a tant besoin de tout, ça nous brise le cœur.

De plus, la police qui monte avec nous dans la Jeep consomme une quantité phénoménale de khat. Le khat est un stimulant (drogue) légal ici et originaire d’Afrique orientale. Énormément de gens en consomment dans toute l’Éthiopie. J’ai tenté l’expérience et je peux vous dire qu’après avoir mâchouillé les feuilles de ce petit bouquet, je ressentais l’effet intense d’avoir bu trois cafés… J’avais surtout mal au cœur d’avoir ingurgité autant de plantes.

 

Nous sommes arrivés sur l’heure du souper au camp de base où j’ai franchement tout donné jusqu’à la dernière seconde pour tenter de nous joindre avec l’un des 3 autres groupes de touristes qui allaient au volcan Erta Ale le lendemain. Je peux vous dire que ça a passé à deux doigts, mais pour toutes sortes de contraintes inimaginables, le projet a échoué. Nous avions quand même notre plan original : visiter le désert de sel et le cratère de Dallol dans la journée.

Nous avons commencé par le Dallol tôt le matin. Cette zone désolée contient des sources chaudes d’acides, des montagnes de soufre, des colonnes de sel, de petits geysers gazeux. Le site est d’une beauté extrême et unique en son genre. Nous sommes sous le charme malgré les difficultés de respirer et une chaleur pesante.

Puis, nous poursuivons vers de curieuses formations rocheuses et un lac bouillonnant au milieu du désert.

Nous terminons l’expédition par la visite des caravanes de sel. Sous une chaleur intenable, des milliers de dromadaires et d’ânes transportent le sel extirpé à grand coup de pic par les maigres travailleurs. Un boulot très exigeant qui permet à ces quelques hommes de survivre dans ce fourneau.

La seule autre activité humaine dans la région est liée à l’exploitation du potassium. Allana Potash, une compagnie canadienne, y exerce quelques travaux sur le territoire. Près des bâtiments de la compagnie, les seuls à la ronde, se trouve une pauvre piste d’atterrissage en terre battue. La route du retour, d’environ 250 kilomètres vers Mékélé, est en importante rénovation pour qu’un jour, l’endroit devienne plus facilement accessible. Les camions remplaceront sans doute les caravanes centenaires et des autobus pourront peut-être faciliter l’accès à ces lieux offrant toute une cargaison de sensations.

Vos deux « Koukourou kwikwi » à dix mille bornes de la maison vous souhaitent un très bon temps des Fêtes!

– François

À VOIR: Album photo surréel de la dépression de Danakil


21 commentaires

  1. Louis

    Salut vous deux, wow Vénus vous dites! Votre expérience en Éthiopie est certainement l’une des plus intenses depuis votre départ. Merci de continuer d’avoir la patience et la fougue de nous partager cela. C’est tellement dépaysant et rafraîchissant.
    On a eu une belle bordée juste à temps pour la veille de Noël, on pensera à vous dans les prochains jours. Au plaisir (skype?)

    Cheers
    Louis

    Répondre
  2. Jade

    …. Wow. WOW.

    C’est super impressionnant! C’est magnifique, génial, superbe, coloré.. magique!

    Karine, je passe à Port-Cartier en janvier (bah ouais..!), j’aurais beaucoup aimé passer te saluer, mais.. Bon, je te pardonne pour cette fois parce que tu as une excuse carrément mortelle pour ne pas y être! Votre voyage, c’est complètement fou!

    J’ai eu le temps de lire toutes les chroniques que j’avais ratées (oui, oui, c’est ça les fins de session!) et franchement, c’est que trop beau.

    Je vous souhaite tout plein de chance pour la suite et un temps des fêtes, disons, original!

    xxxx

    Répondre
    • Hahahaahh! Salut Jade!
      Bon, tu es sortie vivante de ta première session, hourra! J’espère que tout s’est bien passé et que tu aimes Montréal. Ouf! Gros changement avec Port-Cartier! Ça va être le fun pour toi d’y retourner et de revoir tous tes amis! Ils doivent s’ennuyer de ta vieille bette de jeune! 😛
      Ouen, j’avoue que ça serait difficile d’être à Port-Cartier quand je suis dans le fin fond des steppes d’Afrique, alors ce sera pour une autre fois! 😉 On m’a dit qu’il faisait -35°C à Noël, alors, même si j’aime l’hiver, je passerai mon tour pour cette année!
      Merci pour tes commentaires, toujours intéressant de te lire! Notre monde extra-terrestre de la dépression de Danakil était oui…disons assez original…tout comme passer les Fêtes en Afrique!
      Profite de tes congés au max!
      Bonne année 2012!
      Karine 😀

      Répondre
  3. Maryse

    Wow! Vraiment magnifiques, je ne connaissais pas l’existence de ce lieu moi non plus! C’est très impressionnant.
    bonne route

    Répondre
  4. Anne-Marie Levesque(maman d'Isa)

    Image absolument sublime. Je n’aurai jamais la chance d’aller dans ces coins-là de la terre alors merci de partager……Bonne continuité de voyage et passez de Joyeuses Fêtes où que vous soyez…..bonjour

    Répondre
    • Bonjour maman d’Isa!
      Merci pour le petit coucou sur le blog! Passe toi aussi des Joyeuses Fêtes avec tes beaux enfants et tes petits-enfants!
      Karine et François xx

      Répondre
  5. Marie-Paule

    Salut françois et Karine

    Merci de nous partager vos rencontres et de nous faire voyager et rêver à travers vos belles photos.Eh oui je suis dans mes derniers préparatifs poiur le souper de Noël,il ne manquera que vous,nous lèverons notre verre à votre santé,je vous souhaite un bon temps des Fêtes,je vous embrasse bien fort.
    Nous avons eu du doux temps,il n’y a plus de neige,mais on nous promet un Noël blanc. Joyeux temps des fêtes.

    Marie-paule et Marcel xxx

    Répondre
  6. Denise Boissé

    Bonjour petite nièce et petit neveu,

    On vous croirait rendu sur une autre planète.Stupéfiant comme paysage.
    Ben oui, le magasinage est fini et les tourtières sont prêtes.
    Je vous souhaites un beau temps des fêtes et je vais prendre un verre à votre santé.
    Gros bisous à tous les deux et surtout ne lâchez pas.

    Répondre
  7. Bernard

    Wow c’est hallucinant cet endroit essayez de pas trop vous ennuyer de la neige quand meme. Prenez bien soin de vous c sur que j aurai quelques pensees pour vous. A bientot j espere
    Bernard

    Répondre
    • Bonjour Bernard,

      Merci beaucoup et Joyeuses Fêtes à toi et à toute ta famille!

      François

      Répondre
  8. André Brizard

    Absolument fascinant.
    Et pendant ma lecture des commentaires et mon visionnement des images véritablement bouleversantes, j’écoutais la 5e symphonie de Mahler avec en boucle, l’Adagiotto.

    Quelle vue sur le monde vous nous offrez.
    Et dire que ça fait des millénaires que les choses sont ainsi.

    Les univers humains de ces régions sont en même temps le berceau de notre humanité.
    C’est en effet dans la vallée du grand rift que les «possible» premiers humanoÏdes sont apparus.

    J’en prendrai encore de ces images, à la prochaine édition.
    Merci.

    Et de Joyeuses Fêtes dans vos coeurs.

    André

    Répondre
    • Salut André,

      Merci encore pour ton appui et tes impressions.

      Cet endroit était tellement dépaysant.

      C’est spécial en cet approche du temps des fêtes et loin des miens, je me remémore de vieux souvenirs. Par exemple, quand je devais avoir dix ans et que tu nous conseillais à moi et mon père d’acheter un Mac. J’étais tellement étonné de voir avec la vitesse tu pouvais taper sur cet étrange clavier d’ordinateur. C’était le début d’Internet dans les foyers.

      Et tous ces matchs de soccer où tu étais là. Les tournois atomes ou moustique à Rock-Forest, assis derrière dans un Volks.

      Et que dire des pic-nic et méchouis où tu accueillais les amis de tes enfants à bras ouverts. Ces journées font parties de mes meilleurs souvenirs.

      Franchement, merci pour ta grande générosité et ton implication sans borne. Les gens de la terre auraient besoin davantage de personnes comme toi.

      Je te souhaite mes meilleurs vœux de saison ainsi qu’à toute ta grande famille

      François

      Répondre
  9. Diane

    Les chroniques en terre d’Afrique sont extraordinaires et les photos me ravissent!!! Merci
    Mom XXX

    Répondre
    • Merci Mom on essaiera de s’enduire de pétrole pour contrer les sales pucerolles qui sévissent toujours dans le camp de Karine 😉

      Répondre
  10. Al

    Chers amis, j’ai vu un reportage de la BBC sur ce site il y a quelques mois. Je trouvais ça complètement débile à l’époque alors inutile de vous dire que de vous voir sur ces photos, ça m’apparait encore plus surnaturel!

    Extra la photo des 22 dromadaires!

    Back au Québec, le sapin est décoré, le gâteau aux fruits (erk) est au frigo, je t’ai même envoyé l’invitation pour le jour de l’an, juste pour le look! Stoke devrait être au rendez-vous alors si jamais t’es dans un secteur joignable, skype mon iamstoke ou gmail moi, on sera au poste…
    mais probablement avec quelques heures de retard sur toi!

    Vous prévoyez être rendu ou BTW?

    Bon trip, donne pour moi du pain et des jeux à une famille après avoir lu ce message, ce sera ma contribution à l’Éthiopie.

    Merci Rotch, Merci Karine.

    Al

    Répondre
    • Salut Al,

      Merci encore!

      Le pain c’est comme si c’était fait mais les jeux?

      Quelques suggestions pour les Éthiopiens:
      – Course de crazy carpet au Mont Mégantic?
      – Une Pinata avec un bois un dans la maisonnette
      – Beach-volley dans le pit?
      – Concours de callage de maté
      – Chanter thunderstruck à capela sur une table de pic-nic
      – tournoi de soccer à Cap-Rouge avec l’équipe de Windsor
      – rendre Fat Mike héro de vision mondial
      – se tirer des blés d’Inde dans le champs avec l’équipe du CISE
      – faire un remake des Best off de Odd Way

      As-tu un défi?

      Ps: le 31 je devrais être en quelque part entre Nairobi et un camping de brousse. En fin de soirée, t’es le bienvenue soit dit en passant. On va te présenter les meilleurs chamans.

      Penses-tu que c’est plus doux d’être mangé par une lionne ou par la gang des sales hyènes?

      Rotcho

      Répondre
  11. Oumar

    Phénoménal tout simplement. Bonne chance pour la suite…

    Oumar

    Répondre
    • Bonjour Oumar,

      Merci pour ton soutien.

      Avec le nouveau bloc énergétique de 500 MW pour Alouette et le plan Nord en grande pompe, à quand la première mosquée à Sept-Îles?

      Quand je vois L’Éthiopie avec sa production totale de 2000 MW et ses 88 millions d’habitants, tout est à faire.
      Les contrastes ne peuvent être plus frappant

      Joyeuses fêtes!

      François

      Répondre
  12. Chevalier du St-Cochrane, vicomte du Pâtépateux et du Roucoulisme spontané

    Nom d’une montagnes de soufre ou d’un petit geysers gazeux-pâteux!

    Vous en voyez des choses vous! Je suis persuadé que ça serait aussi intéressant dans le fond d’un rang de St-Julien qu’en Éthiopie. Non mais, y’a rien d’exotique là-dedans à part quelques vapeurs nocives et toxiques.

    Je suis au travail présentement et je vais montrer vos photos à mes collègues. En tant que centre de sciences accrédité, je ne peux m’empêcher de partager la bonne nouvelle mais surtout ces informations géologiques et géo-morphologiques.

    Y’a un courriel d’envoyé de ce matin…sinon bonne suite de voyage. Vous faites bien ça!!

    P.S. Ne vous khatez pas trop la vie, ça pourrait vous faire décoller sur une autre planète et ne revenir que trop tard! Vous auriez besoin d’un khatétère en vous ramassant dans un dispensaire au milieu de nulle part! Est-ce que le khat provient de Khatoum ou de Khatmandou? Est-ce un ingrédient secret du khatsup?

    Répondre
  13. David Lacroix

    Alors, le moumou… c’est un nom inventé de mes observations dans les endroits où le soleil est chaud et exige de mettre de la crème solaire. Plus concrètement, c’est un mix de crème solaire, avec de la sueur vieillie. Le fait que la sueur soit vieillie est très important car en vieillissant, une partie d’elle s’évapore, ce qui laisse un plus petite quantité d’eau mais ô combien concentrée en sels. Mélanger avec la couche de crème solaire, on obtient une texture gluante et perlante au soleil nommé le moumou.

    Répondre
  14. Histoires de Voy@ge

    Bonjour,
    Merci de m’ avoir fait découvrir cet étonnant endroit dont j’ ignorais totalement l’ existence … C’ est sublime !!!
    Bonne continuation !
    Amicalement . Jean-Fi .

    Répondre


Commenter