Désert de Wadi Rum

5 commentaires
Tags: , ,
Mis en ligne le17 Nov 2011 dans 09-Jordanie

Salaam!

Ça va bien?

Prenez la route avec vos intrépides monarques vers le désert de montagnes. Nous y déposons notre bataclan au centre des visiteurs et partons à l’assaut des  sept pilliers de la sagesse, une formation rocheuse spectaculaire que voici.

Jordanie, désert, Wadi Rum, Sept Piliers de la sagesse, voyage, tour du monde, Québecois, blog, Québec, blogue, Chroniques du vaste monde, novembre, 2011

Jusque là, ça va? Nous marchons ensuite de manière circonspecte au travers des broussailles en prenant garde aux serpents qui pourraient bien s’y trouver. Nous passons dans un canyon et débouchons sur de belles dunes rouges flamboyantes.

Jordanie, Wadi Rum, voyage, tour du monde, Québecois, blog, Québec, blogue, Chroniques du vaste monde

Le lendemain, nous partons pour une autre marche dans le désert à sillonner les djebels quand une camionnette s’arrête à nos côtés. Un Bédouin, nommé Saoud, nous propose de monter avec lui pour faire l’ascension d’une montagne qu’il guide avec un groupe organisé. Après avoir fait connaissance avec le groupe de Français et partagé le lunch, nous levons les talons pour amorcer l’ascension. Mais le guide nous arrête net: il ne veut pas que nous y allions seuls, car la piste est plus difficile que nous avions compris de prime abord.

Jordanie, désert, Wadi Rum, Sept Piliers de la sagesse, voyage, tour du monde, Québecois, blog, Québec, blogue, Chroniques du vaste monde, novembre, 2011

Jordanie, désert, Wadi Rum, tour du monde, Québecois, blog, Québec, blogue, Chroniques du vaste monde, novembre,, 2011

Nous montons donc en groupe. Une grimpe qui ressemble à un croisement d’escalade et de marche en montagne. Certains passages sont périlleux: une femme pleure et veut retourner en bas lorsqu’elle est rendue au milieu. Mais c’est avec beaucoup de détermination que tous se rendent au pied d’un saillant pont de roche, le Burdah rock bridge. C’est à ce moment que le plus difficile commence puisqu’il reste à monter une partie où nous devons nous attacher à des cordes avant de pouvoir contempler la vue sur les déserts environnants du haut de cette passerelle qui refuse de céder au dessus du vide.

Jordanie, désert, Wadi Rum, tour du monde, Québecois, blog, Québec, blogue, Chroniques du vaste monde, novembre,, 2011

La descente n’est pas aisée non plus, car il y a plusieurs séquences où nous devons nous accroupir et utiliser nos mains. Certains déchirent leur pantalon. Ouf! Nous ne l’aurions pas grimpée sans Saoud cette montagne!

Jordanie, désert, Wadi Rum, Burdah Rock, voyage, tour du monde, Québecois, blog, Québec, blogue, Chroniques du vaste monde, novembre, 2011

Jordanie, désert, Wadi Rum, tour du monde, Québecois, blog, Québec, blogue, Chroniques du vaste monde, novembre,, 2011

Jordanie, désert, Wadi Rum, Burdah Rock, voyage, tour du monde, Québecois, blog, Québec, blogue, Chroniques du vaste monde, novembre, 2011

Le soir, lors du retour en camionnette, Saoud nous explique sa situation conjugale avec ses trois femmes et ses huit enfants! Pas une mince affaire. Puis, nous lui parlons du roi que les Bédouins et les Jordaniens adorent en général. Ils le considèrent comme une personne de la famille. Pour l’une des rares fois,  il est également tombé une courte averse ce soir-là.  Saoud ne se souvenait pas c’était quand la dernière fois, il y a un an peut-être?

Après la nuit étoilée du désert, il était l’heure fatidique de négocier les dromadaires. Je vous ai évité ce passage, mais depuis nos premiers pas dans ces régions, nous avions été harcelés constamment par des rabatteurs pour toutes sortes de tour: en Jeep, en dromadaire ou pour dormir une nuit dans leur campement. Ils ont des cartes d’affaires et viennent nous voir à table pendant le déjeuner. Jusque là c’est business as usual, mais quand arrive le moment où nous voulons vraiment passer la commande, c’est là qu’ils deviennent désagréables. Comme d’autres négociations avec les Jordaniens, nous apprenons la vérité de leurs mensonges parfois à nos dépens. Ils acceptent un prix puis le rehaussent quelques minutes plus tard ou ils désirent réduire les services pour le même prix. Ils en veulent toujours plus et changent les plans. De nouveaux intervenants viennent même s’impliquer agressivement. Au point où nous avions passé à un doigt de foutre le camp du village. Finalement, lorsque nous étions débinés et attristés, après la deuxième feinte de s’en aller, ils ont acceptés… Nous sommes partis avec Audi (un autre) sur notre clique des trois dromadaires. Le plus jeune, celui que je dromadais, était pas mal excité et n’arrêtait pas de croquer les maigres cuisses ou de mordre la queue du dromadaire du guide. Lors de cette randonnée, nous avons visité les sources de Lawrence et le Canyon de Khazali.

Jordanie, désert, Wadi Rum, Dromadaire, chameau, bédouin, voyage, tour du monde, Québecois, blog, Québec, blogue, Chroniques du vaste monde, novembre, 2011

Jordanie, désert, Wadi Rum, Dromadaire, chameau, voyage, tour du monde, Québecois, blog, Québec, blogue, Chroniques du vaste monde, novembre, 2011

En après-midi, Karine a voulu échanger de monture avec moi. Nous nous dirigions vers des dunes rougeâtres et prenions quelques photos à même le dromadaire. Le guide a donné un peu de lousse dans la corde du jeune dromadaire que Karine dromadait afin qu’il puisse brouter à l’occasion. Puis, la bête fantasque s’est mise à faire des cabrioles dans une pente descendante. Karine se cramponnait en plein rodéo. Le chameau d’Arabie continuait ses quelques coups de fesses et déplia ses pattes arrière qui ne touchaient plus le sol. Instant fatidique. Je disposais d’un très beau point de vue pour observer ce moment qui dans la tête de Karine devait durer une éternité: elle planait en position assise, légèrement inclinée vers l’arrière. Ses yeux fixaient le bleu du ciel lorsque seule la gravité contrôlait ses mouvements. Elle flottait bel et bien en direction du sol qui gisait en bas à une hauteur d’une toise (six pieds). Puis, immanquablement : “Bang! Bang! Bang!” D’abord, ce fut le haut des fesses, puis au tour du haut du dos avant que l’arrière de la tête ne percute le sol. Par chance, c’était une section de sable assez molle; la chute ne sera pas funeste.

Dès cet instant, j’ai sauté du haut de ma monture pour accourir voire notre petite Karine adorée qui voyait encore des étoiles. Elle était sonnée et a pu bouger seulement après avoir repris son souffle. Pas de chance à prendre, nous retournerons avec une Jeep au village pour reposer ce petit corps. Le guide est revenu le soir voir si tout allait bien et le lendemain: tous les morceaux de Karine fonctionnaient normalement. Ouf!

Jordanie, Wadi Rum, désert, dromadaire, chameau, bédouin, voyage, tour du monde, Québecois, blog, Québec, blogue, Chroniques du vaste monde, 2011

Non, Wadi Rum n’est plus vraiment un désert où vivent des Bédouins de façon traditionnelle. Nous aurions aimé tomber sur une famille, leurs chèvres, leur campement où ils ne dorment pas uniquement là pour offrir des services aux touristes, mais ce n’est plus l’époque. Les Bédouins de la réserve sont maintenant concentrés au village de Wadi Rum où la majorité trouvent leur compte à l’aide de tours organisés par des agences internationales. Karine m’a fait remarquer également que nous n’avions jamais vu de femme dans ce village. Pas une en trois jours! Il doit bien y en avoir s’il y a plusieurs enfants! Mais les femmes ne semblent pas sortir de leur maison.

J’ai fini la soirée en regardant Lawrence d’Arabie, ce classique de 1962 retraçant la vie de Thomas E Lawrence.  C’est l’histoire d’un Britannique qui a joué un rôle majeur dans la Grande révolte arabe. De 1916 à 1918, cette poussée nationaliste arabe a permis la libération de la péninsule arabique alors occupée par les Ottomans. J’ai appris un paquet d’affaires et j’ai pu voir comment il a participé à faire sortir les Turcs d’Aqaba en les attaquant par le désert de Wadi Rum.

Vos prochains rebondissements justement: Aqaba, ville bordée par la mer Rouge.

Jordanie, désert, Wadi Rum, Sept Piliers de la sagesse, voyage, tour du monde, Québecois, blog, Québec, blogue, Chroniques du vaste monde, novembre, 2011

Insh’allah,

– François

À VOIR: Album photo de Wadi Rum


5 commentaires

  1. Mononcle Luc

    Salut vous deux , ah bein , vous m’apprenez tellement de choses depuis le début , mais la je dois dire que dromader , oufffff , en plus d’etre un verbe inconnu , c’est vraiment dangereux.Lachez pas les jeunes , le vieux mononcle vous suit encore avec beaucoup d’intéret . Je suis présentement en convalescence , petite chirurgie oblige , alors j’aurai plus de temps pour vous écrire . A bientot .
    Grosse bise …… a Karine bien sure …..Bon OK a François aussi .

    Répondre
    • Salut Luc comment ça en convalescence? Je croyais que tu étais un homme bionique! Qu’est-ce qui ce passe? Une blessure au haut ou au bas du corps? Profites bien de ton congé et Joyeuses Fêtes. Karine et moi t’envoyons nos meilleurs “Béquer Bobos”

      François

      Répondre
  2. Louis

    Hé salut, je prends du retard à nouveau, mea culpa! Et bien que je connaissais un peu votre histoire du désert, c’est vraiment beau vos photos de l’ascension je dois le dire! Ça a eu l’air d’une superbe expérience!! Ça me rappelle celle que j’ai fait en Australie dans les Glass House Mountains, juste au Nord de Brisbane, vous y penserez rendus là 🙂

    Répondre
  3. Charlie

    Vous allez avoir tellement de belles photos pour tapisser vos murs en revenant!! héhé

    Profitez-en!

    Charlie

    Répondre
  4. Histoires de Voy@ge

    Bonjour tous les deux,

    C’ est passionnant … J’ adore !
    Continuez ainsi … Profitez !
    Jean-Fi .

    Répondre


Commenter