Mangily

Un commentaire
Tags: ,
Mis en ligne le27 Jan 2012 dans 12-Madagascar

Tadam! Les chroniqueurs du vaste monde sont de retour!

Et maintenant, cap sur la playa au sud de la grande île!

Avant de se rentre à Mangily, un petit village de pêcheurs où le rythme de vie est très « mora mora », c’est-à-dire calme et zen pour les Malgaches, nous avons fait une courte halte dans la ville de Toliara (ou Tuléar), heureux de retrouver un brin de civilisation et Internet. Toutefois, nous serons confrontés à de rudes épreuves à notre hôtel. Il y avait deux beaux petits lémuriens maki en dans une minuscule cage et l’endroit accueillait des prostituées et des touristes pervers et papis louches prêts à tout. Pathétique. Déplorable. Écoeurant, tout simplement. Depuis notre arrivée à Madagascar, c’était coutume de lire des affiches qui dénonçaient le tourisme sexuel, mais jusqu’à maintenant, nous n’avions rien vu de tel. À Toliara, nous avons compris pourquoi ces affiches étaient si nombreuses dans les hôtels et les restaurants des diverses villes bordant la route nationale (RN 7). Je ne rentrerai pas dans les détails puisque juste cette information vous donne rapidement une idée de l’ampleur de ce triste problème. Désabusés par cette ville, nous avons soudainement senti l’urgent besoin de déguerpir au plus sacrant en taxi-brousse – style gros camion de marchandises – dès le lendemain vers le village Mangily, situé sur le bord de la mer.

Petites filles malgaches transportant des sacs de farine sur leur tête dans la ville de Toliara.

Ce fut une courte halte appréciée où nous farnienterons allègrement : manger des fruits de mer, boire de la bière et des cocktails, prendre du soleil et se baigner pour encore manger des fruits de mer, etc. Ah! Que la vie est dure!

Anasthasie, une jeune fille malgache qui, comme la coutume locale le veut, laisse pénétrer longuement le masque de beauté dans la peau tout en poursuivant ses occupations quotidiennes.

Mais, ce que nous ne savions pas encore dans ce petit village de maisonnettes en bois, c’est qu’un cyclone avait commencé dans le détroit de Mozambique, ce qui occasionnerait plusieurs jours de mouillasse. Il y avait de forts vents et l’eau était assez trouble. Alors, nous avons oublié le snorkeling pour cette fois-ci.

Qu’importe les états d’âme capricieux de la météo, nous avons tout de même décidé de visiter la petite réserve naturelle de Reniala gérée par la communauté. Nous y avons rencontré de drôle de bestioles, des lézards, des papillons, des oiseaux et bien sûr, les superbes et difformes baobabs légendaires de Madagascar. Nous étions extatiques devant tant de beautés!

L’endémisme de Madagascar est incroyable. À chaque endroit, nous avons la chance d’observer une flore et une faune propre à l’île et à la région. L’eau à la bouche, nous repartons, inassouvis par les surprenantes découvertes qu’offre ce pays, encore plus au sud où la mer devrait encore nous épater.

Misaotra besaka (merci beaucoup) pour vos commentaires. Continuez, ou bien commencez, à nous écrire, c’est bon vous lire!

– Karine

À VOIR: Album photo de Mangily


1 commentaires

  1. Louis

    Salut les amoureux! Un petit coucou avant de prendre la route dans moins de 24h. Genial les baobabs! Hasta pronto amigos!

    Répondre


Commenter