Parc national de Ranomafana

Un commentaire
Tags: , ,
Mis en ligne le16 Jan 2012 dans 12-Madagascar

Bonjour en direct de Madagascar!

Oui, le sanctuaire de l’océan Indien est effectivement la destination que vous aviez le plus hâte et également dans notre top 3 personnel! Nous nous sommes envoyés en l’air de Nairobi vers Antananarivo (Tana). En passant au-dessus de la Tanzanie, nous faisons un petit coucou au majestueux Kilimandjaro.

Arrivés à Tana, nous sommes reçus avec un accueil chaleureux d’un douanier malgache qui nous parle des premières nations du Canada. Ensuite, nous constatons que la plupart des gens parlent très bien français et que la majorité des affiches sont dans la langue de Molière. La pauvreté est partout, mais les gens sont très smattes avec nous. Nous passons trois jours à explorer la capitale. Nous en ferons l’objet d’une future chronique puisque nous reviendrons assurément à Tana au cours de ce mois et demi que nous passerons à Madagascar.

Nous filons ensuite en taxi-brousse vers le sud sur la route principale de l’île (la RN 7) afin de joindre Fianarantsoa, la deuxième plus grande ville du pays. Nous vallonnons entre les rizières et les rivières gorgées d’eau. Nous constatons la triste déforestation et les paysages magnifiques dévoilant quelques morcelles de terres latérites. Il y a un côté métissé avec l’Asie qui est très fort. Quand on sait que 80% de la biosphère est endémique à l’île-continent, nul besoin de vous dire que nous investirons dans plusieurs parcs de conservation. Arrivés à Fianar, nous devons garder notre flegme, car les rabatteurs de toutes sortes sont particulièrement actifs à la station d’autobus. Puis, le lendemain, nous faisons le plein de provisions à un supermarché où nous trouvons une foule de produits d’ici et d’ailleurs, dont plusieurs de la France.

Au parc, nous faisons du camping sous un toit de tôle, car la pluie peut être très intense par ici. Au petit restaurant, nous y mangeons des écrevisses capturées à même le ruisseau qui passe tout près. Le matin, nous partons à la recherche des bêtes endémiques de ce pays avec Alice et Bastiaan, un couple formé d’une Française et d’un Néerlandais également en tour du monde.

La chance est avec nous, car le premier animal sauvage observé est le lémurien doré. Ce lémurien ne vit que dans le parc de Ranomafana et n’a été découvert par la communauté scientifique qu’en 1986! Cette découverte est d’ailleurs la raison principale pourquoi le parc a été créé. Près de la centaine d’espèces de lémuriens que compte Madagascar, le lémurien doré est l’un des plus rares! C’tait ben d’adon.

Puis, nous faisons connaissance avec le lémurien à ventre rouge, le vari avec sa magnifique barbe blanche et un autre dont j’ai oublié le nom. Mais ne badrer pas avec ça, on le retrouvera bien!

Nous tombons également nez à nez avec une chenille toucan, tout de jaune. Merci à notre guide Edwige et ses pisteurs d’avoir déniché ces joyaux de la faune, car ce n’est franchement pas évident à débusquer dans cette jungle dense de forêt secondaire entre les arbres de goyave et de bambous.

Pendant l’après-midi, nous avons fait une petite marche jusqu’au village de Ranomafana et en remontant, un villageois nous a aidés pour trouver un caméléon. Il était tellement petit, de la grosseur d’un doigt. Le caméléon est très intrigant à observer avec ses yeux qui tournent sur des orbites indépendantes et avec ses déplacements tout en douceurs, sa queue préhensile et ses petites pattes en forme de mitaines.

Après cinq minutes d’observation, nous réalisons que la femelle est juste à côté du mâle! Elle était tellement bien camouflée que nous avions même pris des photos du mâle où elle apparaît sans que nous l’ayons remarquée! Vraiment fascinante cette créature.

Le soir, nous avons préparé un repas de lentilles à l’ail, oignons, sauce tomates et curcuma. Le lendemain, nous étions sensés dénicher un guide pour partir deux jours camper dans la forêt primaire. Il a plu des cordes toute la nuit, mais nous étions disposés à cet effet. Le pire était à venir. N’étant pas valétudinaires de nature, nous avons été tous les deux foudroyés en pleine nuit par des ballonnements, sans doute des relents du repas de lentilles. Au petit matin, il pleuvait toujours à boire debout et nous étions complètement courbaturés avec un fort mal de tête. Nous avions les mêmes symptômes tous les deux et étions malades en même temps. D’habitude, je rince l’eau de cuisson des lentilles, mais cette fois je ne l’ai pas fait… Était-ce cela ou bien une autre cause commune? Sans vraiment le savoir, nous sommes retournés à Fianarantsoa pour passer les deux prochains jours sur le grabat à jeûner comme des manchots empereurs. La pluie s’est tue et nous avons consacré du temps forcé aux activités languissantes.

Bienvenue sur la grande île!

– Franasoa

À VOIR : Album photo du parc national de Ranomafana


1 commentaires

  1. Lyne Lemieux

    Bel endroit, je pense a vous tous les jours et j ai bien hate d en découvrir plus sur madagascar… bonne continuité, bisousxxx

    Répondre


Commenter