Southern Scenic Route

Un commentaire
Tags: , , , , , , ,
Mis en ligne le20 Mar 2012 dans 14-N.-Zélande

Good day!

Après 4 bonnes journées de marche sur la Milford Track, un peu de repos n’était pas de trop. Nous avons décidé d’aller respirer l’air salé du sud de l’île, l’un des rares endroits au monde situés près l’Antarctique. Et même si nous sommes en automne ici, la température était vraiment clémente, ce qui était apprécié.

Allez hop, les deux bolides, Henri et Kiki, sont fin prêts pour la longue route du sud nommée la Southern Scenic Route, superbe et très sauvage. Nous sommes dans la région des Catlins où les les forêts de conifères dominent le paysage et les moutons sont toujours de la partie à brouter paisiblement dans les nombreux champs.  Avec plus de 9 moutons par tête d’habitant, ce n’est pas surprenant! Mais, nous les aimons bien ces boules de laine ambulantes!

Le premier soir, nous arrêtons à la Curio Bay, un endroit exceptionnel avec une colonie de manchots à oeil jaune. À la brunante, ces petites créatures, certes bien curieuses,  déambulent dans leurs beaux smoking après une journée de pêche ardue. Ils se pavanent en déployant leurs ailes pour les faire sécher. Nous aussi, nous sommes très fouineurs et les observons de tout près. Nous n’avions pas vu les affiches indiquant de se tenir à plus de 10 mètres. Mais bon, les barbes de François et Neilson n’ont pas eu l’air à trop les effrayer, tant mieux!

Les manchots à oeil jaune sont rares au monde et ne sont présents que dans la partie sud de la Nouvelle-Zélande. Sa population est évaluée à environ 4000 à 7000 couples.

Après un excellent souper, une nuit douillette sous la tente et un superbe lever de soleil donnant sur la mer, nous disons nos adieux à nos deux amis qui resteront dans le coin pour en profiter pleinement. Quant à nous, le temps passe vite et nous voulons voir encore mille bijoux de cette île paradisiaque, alors nous nous mettons illico en route avec Henri. Au revoir Neilson, Bianca et Kiki! Merci du bon temps passé avec vous!

Le lendemain, nous irons explorer différentes pointes telles que la Nugget Point et la Shag Point.

La Nugget Point.

La Shag Point ne nous décevra pas, oh que non, puisque nous y verrons beaucoup d’otaries à fourrure couchés sur des rochers. Les mères dormaient tandis que les petits se tiraillaient en se mordillant le bout du nez. C’était bien comique! Tout près, les gros mâles se prélassaient tout en assurant la surveillance de la troupe plus loin.

Pas du tout aux aguets, ce gros mâle alangui joue le rôle du parfait mollasson bien comme il faut.

Celui-ci fait sa job en se réveillant et en surveillant les dangereux « prédateurs » que nous étions.

En fin d’après-midi, nous aboutirons dans une baie où nous avons encore la chance d’apercevoir des otaries et surtout, de trouver des dizaines de paua, ces coquillages irisés et bleutés rappelant la mer.

Le dernier jour, nous nous lèverons très tôt pour aller voir les Moeraki Boulders, ces drôles de boules situées sur le bord de la mer et tout droit sorties d’un monde fantastique. Ces pierres formées de calcaire, de silice, d’aluminium et de peroxyde de fer contiennent au centre une masse cristalline qui attirerait tous ces éléments et permettrait une formation rocheuse ronde. Insolite vous dites? Assez! Avant que les Européens arrivent, les Maoris, premiers habitants de l’île, en ont inventé des vertes et des pas mûres au sujet de la provenance de ces roches bizarroïdes. Elles font effectivement bien jaser, ces boulettes si surprenantes.

C’est le temps de se quitter. Nous filons vers la route qui nous mènera à la plus haute montagne néo-zélandaise. En route!

– Karine qui vous salue de la part de François et Henri

A VOIR: Album photo de la Southern Scenic Route


1 commentaires

  1. Mononcle Luc

    Salut les jeunes , pas si jeunes , ni vieux , OK on va regler pour pas vieux mais avec beaucoup de millage .
    Toujours aussi intéressant et surprenant , mais dites moi , comment faites vous apres des mois a parcourir le globe , a consever de l’énergie pour faire toutes vos steppettes du haut des montagnes .
    Karine tu devras continuer de prendre soin de ton grand brulé , si tu veux qu’il pete encore le feu a son retour au Qwébec . Toi François , tu salueras le vénérable Henri de ma part .
    A plus .
    Le vieux mononcle qui vous suit malgré le peu de temps libre .
    Moi et Chantal , on vous embrasse .
    XX

    Répondre


Commenter