05-Géorgie

Tbilissi

Mis en ligne le 07 Sep 2011 — par Karine
Category 05-Géorgie

გამარჯობა! Gamarjoba!

Enfin, entrés en Géorgie, terre d’origine du vin!

Wow! Ce pays est tout à fait superbe, d’une beauté à couper le souffle! Méconnue, la Géorgie se fait discrète, elle est modeste malgré sa splendeur. Ce petit territoire anonyme, vautré dans les montagnes du Caucase, est certainement la Suisse d’Europe de l’Est – si nous considérons ce bout de pays comme appartenant à l’Europe puisque sa situation géographie est nébuleuse. Est-ce l’Asie, l’Europe, le Moyen-Orient, les trois??? Discutable, même pour des géographes. – La Géorgie ressemble au Québec par sa nature, mais elle est pourvue d’une autre culture et offre maintes montagnettes tellement resplendissantes. Il paraitrait que les grands trésors et les grands secrets de l’humanité y seraient cachés. Lesquels? Mystère et boule de gomme. Si nous trouvons, nous vous le dirons…ou peut-être pas!

Tbilissi est la capitale de la Géorgie et compte environ un million d’habitants. Jonchée dans les petites collines aux forêts de feuillus et de pins, cette ville est sereine et sympathique. Elle n’offre peut-être pas le night life et les grandes boutiques des grandes villes américaines et européennes, mais plutôt des tavernes et de beaux parcs. C’est le côté sobre, simpliste et mystérieux qui distingue Tbilissi des autres villes. Il va sans dire que son architecture rappelle l’époque où les Soviétiques dominaient l’endroit. Certains bâtiments, rénovés, sont superbes et d’autres, complètement en décrépitude. Nos chères Lada sont toujours au rendez-vous de même que les bonnes vieilles minounes qu’il faut essayer de démarrer quelques fois avant que ça fonctionne. De la grosse tôle solide et rouillée, mais fiable à travers le temps. Toute une expérience que de monter à bord de ses gros bolides qui grincent et grondent de partout! Sans oublier les rénovations de la ville qui émergent de part et d’autre! Il faut faire gaffe où nous marchons, car ce sont des gros trous sans fond que nous évitons de justesse. Pas de bornes. Pas d’indications de construction. Peut-être quelques vieux squelettes autrefois tombés dans la cavité, mais bon, ils avaient juste à être plus prudents!

Tbilissi, version de jour.

En Géorgie, nous retombons dans le pays des opprimés, encore une fois! Dans les années 1920, les Bolchéviks envahirent ce petit territoire qui perdit rapidement l’indépendance qu’il avait obtenu en 1918. Pendant la période soviétique, de nombreux intellectuels et artistes géorgiens furent supprimés. Lors de notre passage au musée national de la Géorgie à Tbilissi, nous avons appris que, pendant cette période, environ 400 000 Géorgiens furent déportés et plus de 80 000 furent fusillés.  Heureusement, en 1991, la Géorgie déclarait de nouveau son indépendance. Toutefois, encore aujourd’hui, des conflits existent entre ce petit territoire et l’immense pays qu’est la Russie dans les régions de l’Abkhazie et d’Ossétie du Sud. À quelques endroits dans la ville nous avons aperçu des slogans qui clamaient « Stop Russia! ».

Nous avons visité le vieux Tbilissi, un quartier plutôt charmant, et nous sommes ensuite allés au fort qui surplombe la ville. Le soir venu, nous y sommes retournés pour admirer les effets de lumière de cette ville que nous apprécions beaucoup. Des jeunes Géorgiens grimpaient également, bières de 2 litres en mains, pour profiter de la vue nocturne de leur cité. Le vent soufflait de toutes ses forces et il faisait bon de se faire venter le toupet et de sentir l’air pur des forêts avoisinantes.

Tbilissi, version de nuit.

À Tbilissi, nous avons un guest house complètement miteux, mais les propriétaires, serviables et dévoués, rendent l’endroit plus agréable. En plus, il y a des squatters japonais qui y sont présents depuis 3 semaines et qui ne font rien d’autres que la fête toute la nuit en mettant de la musique dans le tapis et en profitant du vin gratuit de nos hôtes géorgiens. De la vraie racaille. Nous n’aurions jamais cru cela des Japonais, mais bon, il y en a de toutes les couleurs, pour tous les goûts! Dans la journée, ils dorment et lisent leurs mangas. Parbleu, ils pourraient aller dans un village dans le Caucase au lieu de rester en ville à ne rien foutre! On aura tout vu! Il fallait que j’extériorise les désagréaments de la vie de vagabonde, voilà! Mais, les chouettes rues de la ville nous font oublier tous les petits tracas dès que nous y posons les pieds, génial! Rien de mieux que de l’air pur d’une ville cordiale pour remettre sur pieds une humeur maussade de voyageurs québécois!

L’arrêt en ville nous permet également de planifier nos prochaines pérégrinations en sol géorgien. En même temps, nous prenons le temps de découvrir la bonne nourriture du pays et de déguster l’excellent vin rouge fruité qui y est produit.

Nous trinquons à votre santé, ô chers lecteurs des chroniques nous aimons tant!

– Karine

À VOIR: Album photo de Tbilissi

 

Page 5 sur 512345