11-Kenya

Lac Baringo

Mis en ligne le 09 Jan 2012 — par Karine
Category 11-Kenya

Salut les amateurs des bestioles africaines!

Vous êtes encore friands de découvertes? Hé bien, vous allez être comblés puisque ce n’est pas terminé! Oh que non!

Avant de relater les dernières péripéties survenues au Lac Baringo, il faut vous raconter comment s’est déroulé le trajet pour s’y rendre. Nous nous sommes initiés aux transports locaux kenyans en empruntant 4 matatus (minivans) du Lac Naïvasha au Lac Baringo. C’était tout un bric-à-brac et nous avons dû jouer les contorsionnistes! Lorsque nous n’étions pas assis 4 sur un banc de 3 – avec en prime une personne assise mi-fesse sur notre mi-cuisse -, nous étions entassés avec des sacs de patates! Plus que ça, on joue au Twister direct dans le bus! Bon, certains matatus étaient plus confortables que d’autres et respectaient le nombre de passagers requis. Ce fut toute une expérience et ces petits moments passés en matatu local nous ont permis de mieux observer les petits côtés de la vie kenyane.

C’est avec des gouttelettes perlant sur notre front que nous sommes arrivés au Lac Baringo qui n’a rien à voir avec son prédécesseur, le Lac Naivasha. Ici, le climat est caniculaire! Nous sentons d’emblée que nous avons diminué en altitude et que nous avons traversé la ligne de l’Équateur pendant le trajet en matatu. Et il n’y a pas seulement la température qui change, les spécimens fauniques aussi. Venez avec nous les observer!

Calao de Jackson, Tockus jacksoni, Jackson's Hornbill

Cet oiseau surprenant a nourri sa progéniture une bonne partie de la journée sous notre œil plus que curieux.

Calao de Jackson, Tockus jacksoni, Jackson's Hornbill

Plus tard, pendant que nous étions paisiblement absorbés par la lecture de notre roman, un crocodile est venu bousiller notre quiétude en se baladant à côté de notre tente, croyez-le ou non!

En fin de journée, nous sommes partis en excursion en bateau avec Sam, un jeune guide sympathique, et son adjoint au moteur pour démasquer les dessus et les dessous du Lac Baringo.

Bien sûr, les dessus ont été plus faciles à admirer que les dessous! Nous avons observé plusieurs espèces d’oiseaux, un spectacle épatant!

 Héron goliath, Ardea goliath, Goliath Heron

Les dessous du lac ont tant qu’à eux été assez discrets : quelques crocos ont osé montrer leur minois féroce, mais les hippos ont été misanthropes et n’ont dévoilé qu’une paire de yeux! Mais, ce n’était pas une catastrophe puisqu’au cours de la nuit dernière, ils s’en sont donnés à cœur joie pour brouter de la verdure en gambadant entre les tentes! Oui, oui, en plein camping! Pendant la nuit, je vous assure que j’ai entendu leurs lourds pas et leurs grognements d’outre-tombe! Encore une fois, ce n’est pas la berlue due au Lariam, certes!

Ensuite, nous sommes allés à la rencontre d’un pêcheur en petit bateau de bois qui nous a donné deux savoureux petits poissons blancs…pour les aigles-pêcheurs, on s’entend! Le conducteur du bateau a émit un long sifflement adressé à l’aigle perché dans un arbre loin du bateau. L’oiseau de proie s’est sitôt envolé vers nous et a agrippé le poisson que nous lui avions lancé. Assez impressionnante cette bête à plumes avec ses immenses griffes!

Pygargue vocifer, Haliaeetus vocifer, African Fish-Eagle

Puis, notre guide nous a conté comment les Kenyans récoltaient le miel des ruches artificielles posées dans les arbres un peu partout autour du lac. Il nous a déclaré que l’opération était délicate, car les glaneurs devaient ramasser le miel seulement la nuit et nus. Oui, oui, ils y vont tout-nus! C’est pour cela qu’ils y vont la nuit! « Pourquoi se dévêtissent-ils? » avons-nous demandé. Les vêtements avec les mouvements irriteraient les abeilles. Ah bon!

Autre détail anodin. Sam nous pointe aussi l’une des îles en nous disant qu’elle est privée et qu’elle est habitée par un homme et ses cinq femmes et leurs 26 enfants! Et oui, vous n’avez pas avalé de travers, vous avez bien lu! Ha! Ha!

Et pourquoi pas un autre détail anodin? Nous croisons une dizaine d’enfants en train de sautiller dans l’eau brunâtre du lac. Interloqués, nous demandons : « Et les enfants, ils ne se font pas bouffer par les crocos? » Et notre guide de nous répondre que c’est un fait plutôt rare, que la panoplie de crocodiles du lac n’ont pas nécessairement faim puisqu’ils mangent beaucoup de poissons. Nous allons nous parler dans le blanc des yeux, vous et moi. Écoutez, je ne sais pas vous, mai moi, à voir leurs grosses dents et leurs sales gueules – surtout à côté de ma tente -, j’ai un peu de la difficulté à croire à leur inoffensivité. Faut croire qu’avec toutes les histoires de Sam, nous irons nous coucher moins niaiseux…ou peut-être juste plus innocents? Nous verrons bien demain qui se sera fait manger tout rond!

Sam, le guide aux histoire farfelues.

Pour finir, vous ai-je parlé d’un mariage qui avait lieu à notre camping? Hé oui! À notre arrivée, le personnel nous avait clairement prévenus que l’accueil et le restaurant seraient fermés pendant 24 h pour un mariage. « Des Kenyans? » avons-nous demandé. Il nous a répondu que oui. Super! Nous pourrions espionner le déroulement d’un mariage à la kenyane. Finalement, vous auriez dû voir notre tête quand nous avons vu la foule de Britanniques se pointer le nez au camping. Surprise! Une foule d’amis, de parents, de cousins, de matantes, de mononcles, alouette, etc. Pourquoi deux Britanniques ont décidé de se marier si creux dans le fond de la brousse kenyane? Nous n’éluciderons jamais véritablement ce mystère. Tout ce que nous savons, c’est que leur party de musique nous aura fait dormir comme sur une corde à linge. Inévitable vous direz, mais nous n’avions pas d’autre choix, car il n’y avait pas d’autre camping au lac! Échevelés et pockés comme si nous avions célébré le mariage toute la nuit avec eux, nous avons levé les feutre au petit matin lorsqu’un dernier groupe de jeunes britanniques encore chauds criaient au loup sur les berges du lac.

Et voilà. C’était la dernière anecdote kenyane.

Vos deux bourlingueurs en va-et-vient continus vous saluent et vous donnent rendez-vous sur la fabuleuse île de Madagascar.

Asante sana (merci beaucoup) pour tous vos commentaires!

 Karine, dé-bar-ras-sée des puces, yabadabadou!

À VOIR: Album photo du Lac Baringo

Page 1 sur 41234