14-N.-Zélande

Wai-O-tapu

Mis en ligne le 10 Avr 2012 — par Francois
Category 14-N.-Zélande

Toutes nos saluades,

Est-ce que ça va aussi bien à l’allée qu’au retour?

La triade australe vous souhaite la bienvenue en de nouvelles zones volcaniques extrêmes. Un bon soir, nous roulions tout bonnement avec Charlotte, un match de rugby jouait à la radio quand soudainement notre pneu arrière s’est crevé. « Sort le jack frangin et le pneu de secours. » En plus, arrivé au camping, Louis réalise qu’il ne trouve pas ses lunettes de vue. Merde et double merde. On se dit qu’on réglera ça plus tard, pas question de venir fuckailler notre programme.

Au petit matin, nous sommes à la hâte pour le spectacle du geyser. En effet, au milieu de la matinée, un homme met du savon dans un trou, ce qui a pour effet de faire baisser la pression de surface et, pop, voilà un geyser qui jaillit! Le grand jet se fait aller comme il y a un siècle lorsque des prisonniers ont fait cette fortuite découverte en lavant leurs vêtements. Spppllllssssshhh!

Puis, nous nous dirigeons vers la piscine de boue où les bouillons s’éclatent. Nous en profitons pour en récolter quelques échantillons.

En après-midi, nous pénétrons l’enceinte du Wai-O-tapu Thermal Wonderland pour admirer les frasques de dame nature. Entre la piscine de champagne et les lacs de soufre, nous lézardons d’un site à l’autre.  Lacs verts, algues orangées et bain du diable sont à la carte.

Nous achevons cette journée dans les chutes d’eau chaude du coin. Ce n’est pas la nuvite sexagénaire qui nous a arrêtés. Jeux de bouette et trempettes sous la dégringolade de la cascade ardente apaisent les joueurs pour un instant. Puis, entre les épiceries qui nous ferment leur porte au nez et les campings bondés, nous continuons de battre des records de kilométrage sur la roue de secours. Plein feu pour la grande résurrection.

L’île du Nord est bien différente de l’île du Sud: il y a plus de Maoris et les routes sont moins courbées. Il y a aussi plus de services et plus de monde. Le gouvernement offre des commodités inspirantes pour les citoyens comme des librairies de jouets où l’on peut emprunter toutes sortes de bébelles usagées. Il met aussi à disposition gratuitement des BBQ dans les parcs et des aires de pique-niques intérieures avec eau chaude et micro-ondes.

Le lendemain, nous constatons que les garages sont encore fermés. Nous tentons le tout pour le tout en revenant sur nos pas pour retrouver les lorgnettes. Quelle joie nous avons tous ressentie quand les lunettes nous sont apparues sur le petit poteau de bois du camping de Tongariro. Nous avons sorti le cidre Old Mout pour crier victoire. Mais l’esprit du volcan nous servait tout de même un avertissement! Dans l’excitation, nous laissions probablement la moitié du snack de départ de Louis sur la table d’à côté. Cette fois, il restera à sa place.

En bout de course, nous avons partagé un dernier repas avec Louis qui est reparti pour Auckland en autobus. Au revoir cher frère! Merci pour ce temps privilégié. On se reverra certainement dans le voisinage!

Les jours suivants, nous les avons passés au sud-est de l’île. Quelques bains dans les hot springs, passages près des rivières, des lacs et des vallons qui ont pimenté la sauce. Nous concluons par la visite d’un centre naturel où nous avons pu voir un kiwi sauvage (blanc en plus, ce qui est très rare) et d’autres espèces endémiques. Les deux derniers jours à Wellington nous permettront d’admirer le charme de la capitale et aussi de nous détacher tranquillement. Nous quittons la Nouvelle-Zélande avec un serrement de coeur.

Qu’à cela ne tienne, le dernier chapitre des chroniques du vaste monde s’ouvrira sur l’Amérique du Sud après un long vol, digne de l’épopée de la barge rousse. Retour en Amérique.

Prochains rendez-vous : la Patagonie, au 53e parallèle sud!

Warm and stinky regards,

– François, Karine et Louis

À VOIR : Album photo de Wai-O-tapu

Page 1 sur 111234510Dernière page »