Mardin

7 commentaires
Tags: ,
Mis en ligne le03 Oct 2011 dans 06-Turquie

“Salam wa aleikum?”  et vous de répondre : “Wa aleikum ah salam” bien sûr!

Dans cette région, entre les fleuves Tigre et Euphrate, se dresse Mardin sur un bloc de roche survolant la plaine syrienne. Mardin est une ville ancienne, couronnée d’un château qui offre une vue imprenable. Elle compte en son sein de belles petites maisons de pierres et un petit bazar bien vivant.

Comme toujours, le son des muezzins qui appellent 5 fois à la prière par jour se fait retentir. Certains hommes portent le salvar, une sorte de pantalon avec une fourche si longue qu’on dirait qu’ils transportent un grand sac vide entre les jambes. Chemin faisait, nous apercevons aussi quelques femmes portant même une sorte voile noire couvrant complètement les yeux. Une sorte de  tchador full face. Pas besoin de crème 45 quand tu vas à la plage atriquée de même!

C’est également une ville où les chats sont rois, comme partout en Anatolie, ils sont définitivement en surnombre sur les chiens. Mystère et boule de poil…

Nous marchons en surplomb pour tenter d’atteindre le château, mais une clôture de barbelés et quelques écriteaux nous font rebrousser chemin.

Puis, nous jouissons d’un hôtel miteux qui coûte la peau des fesses (le moins cher en ville et un service de merde en prime) avant de repartir le lendemain. Nous quittons Mardin pour un trajet parsemé de bonds de minibus, d’échange de dolmus (sorte de taxi partagé) et d’assoupissements dans lotokar. Nous avons même droit à des services de breuvages chauds dans l’autobus ainsi qu’une quinzaine de canaux turcs à la mini-télé encastrée dans le dossier du banc. Le meilleur des canaux est sans doute la caméra qui nous montre la vue du chauffeur, ça fait son temps quand même.

Turquie, Mardin, voyage, tour du monde, Québec, Québecois, chroniques du vaste monde
Après avoir visité Mardin, nous filons vers Diyarbakir pour essayer de prendre un autobus direct vers l’une des grandes villes du Cappadoce. Nous en trouvons un pour un prix excellent et nous partons sur le champ!

Puis, un peu dépassé minuit, après plusieurs heures de transport et un transfert d’autobus nébuleux, on nous demande de payer une rondelette somme pour poursuivre les 100 derniers kilomètres du parcours. En fait, l’assistant de l’autobus nous exigeait autant de bidous que ce que nous avions payé pour les 600 kilomètres précédents! Ils pensaient sûrement que 2 touristes de l’Ouest allaient forcément payer à cette heure tardive. Ils pouvaient bien s’imaginer que nous n’irions pas dormir sur le bord de l’autoroute, quand même! C’était mal nous connaître, car c’est ce que nous fîmes! On ne peut pas toutes les gagner!

Pour les prochains vagabondages, ma douce ne vous décriera rien de moins que le Cappadoce!

Maşa Allah (tout ce qu’il voudra bien)

– François

À VOIR: Album photo de Mardin


7 commentaires

  1. Louis

    Ahah vous êtes trop cool d’avoir dormi sur le bord de la route, je m’attendais à lire une scène de bargain, mais de toute évidence ça n’a pas fonctionné 🙂
    Hé dites-donc, le château de Mardin n’est pas sans rappeler le fort de Jodhpur!
    Déjà quelques mois en cavale, je vois que les souvenirs des gens de chez vous sont présents! Continuez de vous laisser porter par ceux qui vous inspirent et dites vous qu’en échange vous en inspirez plus d’un ces temps-ci!

    Répondre
    • Francois

      C’est exactement à Jodphur que j’ai pensé en voyant Mardin. Au moins, on pouvait le visiter lui!

      Répondre
  2. Lyne Lemieux

    Super comme toujours,que dire de plus…

    Bisous a vous deux xxx

    Répondre
  3. Rachelle Doyon

    Je suis une amie de la mère de Karine. C’est vraiment enrichissant de lire tout vos reportages sur les pays que vous visiter. Vous avez tous les deux une très belle écriture. Bravo à vous et continuer de nous alimenter. C’est toujours un plaisir de vous lire.

    Rachelle Doyon, Sherbrooke

    Répondre
    • Karine

      Merci beaucoup Rachelle, c’est très motivant pour nous de savoir que les gens aiment lire nos chroniques. Disons que ça nous donne du carburant pour continuer à écrire et à publier les articles. Nous le faisons car nous voulons des souvenirs et que ça permet de nous détendre aussi après plein d’aventures. Recevoir des commentaires nous fait un grand plaisir.
      Bon été indien!
      Karine

      Répondre
  4. Cheikhou

    “Certains hommes portent le salvar, une sorte de pantalon avec une fourche si longue qu’on dirait qu’ils transportent un grand sac vide entre les jambes”.

    Hilarant en tabarwette! Je me souviens en avoir porté aussi de ces fameux salvar!

    Guys vous êtes hot!

    Tenez bon

    Bon vent!

    Répondre
  5. François

    Sur les bancs d’autobus, nous écoutons la voix grave de Serge Bouchard en balado puis je me lance dans une émission du vénérable Jacques Languirand. Quelques tounes au hasard me font penser à de bonnes gens de chez nous. Pink Floyd et Manu Chao me propulsent en plein divan avec Louis et Charland. NOFX et les Strokes me téléportent au coeur d’un de leurs shows avec les inégalables frères Brizard. Les Killers et Radiohead me ramènent aux beaux jours sur la St-Jean-Baptiste avec Rousseau et PépinocéRoss. Et tient, Nighwish et Jesse Cook pour les fougueux Stokois Loug et Goup. Je dors pas bien assis. Karkwa et Florent Vollant jettent un ressac de souvenirs de la Côte-Nord. Et ça vogue comme ça pour la moitié du pays. J’ai peut-être même eu un flash ensommeillé pour toi, cher lecteur, compte-toi comme salué!

    Répondre


Commenter