Insémination artificielle: les coûts vont-ils bientôt baisser?

© fotolia

Les couples qui ne peuvent pas avoir d'enfants et qui souhaitent une insémination artificielle devraient bientôt recevoir l'aide de l'État. C’est ce que prévoient les projets de la ministre de la Famille, Kristina Schröder. Selon le gouvernement fédéral et les pays sont déjà avril 2012 à la moitié des coûts actuellement supportés par les couples eux-mêmes - un total du quart des coûts totaux.

Jusqu'à présent, les couples doivent payer pour Demi-salaire pour les trois premières tentatives de traitementsoit 2 000 euros par tentative. L'autre moitié reprend l'assurance maladie. Après la troisième tentative, la caisse enregistreuse cesse de payer Au total, les couples bénéficient de quatre traitements, soit une part propre de 10 000 euros.



Kristina Schröder pense que cette somme élevée empêche de nombreux couples de l’insémination artificielle. Jusqu'en 2004, les compagnies d'assurance maladie couvraient entièrement les coûts. Depuis la réduction, le nombre de naissances après insémination artificielle a plus que diminué de moitié, elle est tombée de 17 000 à 8 000 par an.

Schröder s'attend à ce que la promotion de l'insémination artificielle coûte environ 40 millions d'euros à l'État. C'était "peu", a déclaré le politicien de la CDU à la Frankfurter Allgemeine Zeitung, Enfin, il n’existe "aucune mesure politique dans laquelle le lien entre promotion et résultat soit aussi flagrant". Les centres de fertilité indiquent qu'environ 800 000 couples cherchent une aide médicale chaque année pour les enfants sans enfants.

Dans d'autres pays européens, les gouvernements sont encore plus généreux: en France et en Belgique, les couples ne doivent rien payer jusqu'à six tentatives; au Danemark, tous les coûts sont supportés pour trois essais, en Suède pour deux.



Vote: subventions pour l'insémination artificielle - oui ou non?

J'ai Un Doute - Consommation locale - Une solution ? (Juillet 2022).



Fertilisation, Kristina Schröder, sans enfant, argent des contribuables, insémination artificielle, fécondation in vitro, sans enfant, sans enfant, stérile, Kristina Schröder