Birmanie: "Nous devons penser à l'avenir"

Enfin, quelqu'un qui a vu de ses propres yeux le dit. Deux femmes, un homme, voyageant pour Welthungerhilfe dans le delta de l'Irrawaddy. Pendant une semaine, ils ont fourni de la nourriture d'urgence aux survivants et sont maintenant rentrés dans la ville de Yangon. Ils ont pris une douche, ont dormi une nuit et viennent maintenant au bureau de Welthungerhilfe pour faire un rapport. C'est le premier rapport personnel depuis que l'équipe a commencé à distribuer des fournitures dans le Delta.

Pendant trois jours nous sommes à Yangon. Nous sommes ici pour rendre compte des efforts de secours dans la zone sinistrée. Mais nous sommes assis dans la ville avec ses pagodes dorées, leurs beaux bâtiments coloniaux, leurs rues, depuis longtemps en grande partie rangées, comme dans une cage dorée. La ville de Yangon est bouclée, les étrangers ne sont pas autorisés à passer par les artères. Internet est lent et censuré. Les journaux, imprimés en points de grille approximatifs, fournissent des photos des opérations de l'armée: des tentes alignées en rangées. Le président distribue de la nourriture aux enfants affamés. Hélicoptères sur les pistes. Les soldats déchargent des boîtes de fournitures de secours. Mais ils ne donnent pas une impression fiable de la situation dans le delta.



Tout comme les CD contenant des vidéos du Delta, qui sont échangés dans la rue depuis hier. Les commerçants de souvenirs les vendent pour l’équivalent de trois euros, tandis qu’au vendeur de journaux dans la rue, elle achète la moitié de la population. Des hélicoptères sur les pistes, des hommes déchargés. Riverside bordée d'arbres maussades. Les masses d'eau. Qui les a filmés? Quand et où? Pourquoi et pour qui?

Et maintenant ils sont là. Deux femmes et un homme. Ils veulent faire rapport à l'équipe d'aide d'urgence de Welthungerhilfe. Nous avons promis de ne pas mentionner leurs noms et de ne pas les montrer sur la photo, ni de dire d'où ils viennent et où ils appartiennent. Parce que le gouvernement a interdit à la population locale de contacter la presse étrangère par punition. "Nous ne voulons pas mettre en danger les personnes qui travaillent pour nous", a déclaré Angela Schwarz, responsable du programme. Le risque d'être arrêté est trop grand. Schleppend sont les premiers mots. L'homme met une liste sur la table. "Ici, vous pouvez voir où nous avons distribué", dit-il. "Nous avons constitué une équipe et expliqué aux gens comment une telle distribution devrait être." Et puis il se tait. Regarde le papier dans sa main. Coule ensemble.

Officiellement, le gouvernement du Myanmar a voulu maîtriser le désastre selon ses mérites. Pour les organisations humanitaires étrangères, l'utilisation était interdite dans les zones touchées., Le scénario catastrophe classique - des équipes d’experts se rendent dans les zones touchées le plus rapidement possible - pour qu’elles ne puissent agir. Quoi alors? Welthungerhilfe a décidé d'explorer les limites pour sauver les gens. Comme d’autres organisations, ils ont demandé à leur personnel local disposé à se rendre dans le Delta à court préavis et, si possible, à y distribuer des rations d’urgence, en tant que force civile aux côtés de l’armée. Certains étaient recherchés, beaucoup ont répondu.

Lorsque les trois hommes se sont rendus dans la zone sinistrée lundi dernier, ils ont pensé qu'ils seraient de retour le lendemain. Ils étaient à l'avant-garde, devraient trouver ce qui est réalisable. Actuellement, 15 employés de Welthungerhilfe travaillent dans la région du Delta. Ils travaillent avec la Croix-Rouge nationale, le Programme alimentaire mondial et d'autres, et sont soutenus par un certain nombre de volontaires.



Les trois rapatriés ont mis une carte sur la table, montrant ce qu'ils ont déjà fait: Cinq communautés du comté de Bogale reçoivent du riz, des lentilles et de l'huile pour les deux prochaines semaines. Cela représente 30 villages, soit 2 500 ménages, soit 12 500 personnes. Selon l'UNICEF, 430 000 vivent seuls dans cette région. "Notre objectif est d'atteindre 10 000 ménages dans les prochaines semaines", a déclaré la responsable du bureau, Angela Schwarz. Silence. Et: "Nous devons commencer à penser à l'avenir, à la reconstruction, aux six prochains mois, aux deux prochaines années." Plus de silence. "Nous faisons ce que nous pouvons", dit une femme doucement.

Et puis ça lui jaillit: des villages entiers ont été anéantis, la tempête a cassé les arbres, même déraciné les poteaux des maisons, "il ne reste plus rien", dit-elle. Les survivants ont fui. Là où ils ont pu trouver un abri, les réfugiés vivent rassemblés. À ce jour, personne ne veut vraiment revenir en arrière. "La douleur est trop profonde", dit l'un d'eux, "ils n'osent pas, ils se collent les uns aux autres".

L'île de Kyun Thar Yar est particulièrement touchée. Sur les 15 918 habitants, seuls 2 617 ont survécu. Parmi les morts se trouvaient surtout beaucoup de femmes et d'enfants."Les hommes," dit l'un des rapatriés, "ont grimpé sur les cocotiers et se sont accrochés à eux-mêmes, ce qui les a sauvés." Les gens sont encore paralysés. Seuls les villageois des villages voisins se rendent dans le chef-lieu de Bogale pour organiser leur propre assistance. Avec des bateaux. Par voie de terre, la région n'est pas accessible. Les employés de Welthungerhilfe chargent ensuite des secours depuis le dépôt provisoire qu’ils ont installé dans un monastère de moines. Ils sortent avec eux pour organiser la distribution. Qui reçoit sa ration, doit cesser de fumer. "La rigueur allemande", déclare Angela Schwarz.

"De quoi avez-vous besoin?", Demandez au personnel du bureau de Yangon. "Les gilets de sauvetage", dit l'homme spontanément. Vous redoutez les manèges à travers ce paysage aquatique. C'est la saison des pluies, les tempêtes arrivent soudainement et violemment. "Ensuite, il y a d'énormes vagues", dit-il. De nombreux bateaux épargnés par la tempête ont des fuites. De plus: comme les banques sont vides, il est également difficile pour les habitants de s’orienter. Et: les corps flottent partout. Bien que l’eau ait jailli beaucoup vers la mer. Mais personne ne déménage pour la récupérer. "Les premier, deuxième, troisième changeront d'avis," dit l'homme, "mais il y en a tellement!"

Demain matin, les trois retournent au Delta. Avec des sentiments mitigés. Mais au moins avec une bonne nouvelle: le gouvernement a annoncé que le travail n’était plus illégal à l’avenir. La catastrophe était terminée, selon le ministère de la Santé et des Affaires sociales. Vient maintenant la phase de construction. Les organisations humanitaires enregistrées dans le pays peuvent désormais également travailler dans le delta. Cependant, seulement avec son personnel local. Les étrangers restent dans la cage dorée.



Compte de dons de Welthungerhilfe

Si vous souhaitez soutenir le travail de Welthungerhilfe en Birmanie, vous pouvez transférer des dons sur le compte suivant: Welthungerhilfe Mot-clé "Aide d'urgence Myanmar / Birmanie" Compte 1115Sparkasse KölnBonnBLZ: 370 501 98

Transition to sustainable energy - VPRO documentary - 2010 (Avril 2021).



Welthungerhilfe, zone sinistrée, Cornelia Gerlach, hélicoptère, Myanmar, Birmanie, Birmanie, cyclone, victime, catastrophe