Crime Scene: La musique meurt en dernier: une saison fascinante pour les expérimentateurs

La nouvelle saison des crimes du dimanche 2018/2019 commence avec le "Tatort: ​​Die Musik dies täts" (5 août, le premier) en provenance de Suisse. De quoi parle ce thriller en temps réel? Qui est-ce que ça vaut la peine de l'allumer? Voici les réponses les plus importantes ...

Quoi de neuf dans le crime?

Le monde des beaux, des riches et des célèbres se réunit au Centre de la culture et des congrès de Lucerne. Parce que le riche entrepreneur et mécène Walter Loving (Hans Hollmann) organise un concert-bénéfice avec le "Jewish Chamber Orchestra" argentin. La musique classique est présentée par des compositeurs décédés dans des camps de concentration pendant la Seconde Guerre mondiale. Il faut donc penser aux victimes de l’Holocauste. Walter Loving lui-même a aidé de nombreux juifs à s'échapper et leur a ainsi sauvé la vie.



Mais le patriarche est-il vraiment le bienfaiteur que tout le monde aime voir en lui? Son "mauvais" fils Franky Loving (Andri Schenardi) n’a pas de compte avec son père. La célèbre pianiste juive Miriam Goldstein (Teresa Harder) envisage également de dévoiler un sombre secret de la famille Loving pendant le concert. Un extorqueur inconnu veut cependant empêcher cela. Et après une attaque empoisonnée sur l'un des musiciens de l'orchestre, les commissaires Reto Flückiger (Stefan Gubser) et Liz Ritschard (Delia Mayer) sont très demandés ...

Vaut-il la peine d'être allumé?

Oui et non Les fans de "scènes de crime" classiques qui ne veulent pas gâcher leur soirée avec une expérience cinématographique et un cas quelque peu construit ne devraient pas s'allumer. Au lieu de cela, ils devraient marquer le 19 août, car la saison de thrillers du dimanche - après la pause sportive du 12 août - commence correctement. On y voit alors "l'appel de la police: le spectre de la liberté" avec Matthias Brandt (56 ans, "Babylon Berlin") dans le rôle du commissaire Hanns von Meuffels - un très bon et classique tarif de thriller.



Mais revenons au 14ème thriller policier suisse: mais si vous voulez assister à une expérience excitante, vous devez tourner dimanche, car le réalisateur Dani Levy (60 ans, "Tout sur le sucre!") Et son équipe ont créé un film vraiment inhabituel. L'intrigue entière est racontée en temps réel. Le directeur de la photographie Filip Zumbrunn (49 ans, "Eleanor & Colette") a suivi les protagonistes dans un seul décor de caméra sans interruptions ni coupures.

Semblable à une performance théâtrale - à laquelle se rappelle parfois le thriller de chambre -, le film a été complètement joué quatre soirées après de longues et intensives répétitions. Un top management également l'acteur. Les différentes méthodes permettant de passer d’une scène à l’autre sont particulièrement fascinantes. Le charismatique acteur suisse Andri Schenardi (37 ans), avec qui Levy a également réalisé le très intéressant thriller policier lucernois "Tatort: ​​Dirty Thursday" (2013), constitue l'élément de liaison.



Tous ceux qui veulent comprendre certaines phrases que Franky Loving (Schenardi) adresse parfois au public, comme un petit entraîneur de réplique aux critiques de la Suisse éternelle "Tatort". Parce que ces thrillers ne sont pas aussi mauvais que leur réputation, on peut également souligner. Les deux dernières "scènes de crime" de Lucerne seront diffusées en 2019.

QUI EST KORO SENSEI ? ???? | ICONES (Septembre 2020).



Scène de crime, Suisse, scène: La musique meurt en dernier, Suisse, Flückiger et Ritschard, scène de crime