Disparus en RDA: ces femmes doutent de la mort de leur bébé

Karin Ranisch se réunit avec son mari et ses trois filles au cimetière Trinitatis de Dresde. Les femmes se tiennent proches les unes des autres tandis que Bernd Ranisch garde ses distances. Pour sa femme et ses filles. Aux bourreaux qui équilibrent leurs pelles du camion, au tout avec son fils, qui a commencé ses débuts un dimanche, il y a 43 ans.

Mon fils appartient-il aux enfants volés?

Les hommes pénètrent sans effort plus profondément dans le sol - la tombe a été ouverte et couverte deux jours plus tôt. Les 60 premiers centimètres sont usés, à 90 centimètres il faudrait retrouver les restes d'un Kindersargs.

Les femmes s'approchent pendant que Bernd Ranisch s'écarte. Dans ses yeux, on lit la méfiance, peut-être même la peur. Qu'advient-il si les pompes funèbres rencontrent le cercueil ou même les os d'un enfant? Et si rien n'est trouvé? Rien de Christoph, qui devrait être enterré ici et peut-être jamais gisant sous cette terre.



Karin Ranisch, 69 ans, est sa mère, une petite femme qui porte les cheveux en queue de cheval. Elle dit qu'elle n'a pas tout réfléchi, elle ne sait qu'une chose: elle doit savoir. Elle doit déterminer si son fils appartient aux soi-disant enfants volés de la RDA. Aux enfants qui auraient été déclarés morts dans un hôpital pour transmission à leurs parents adoptifs fidèles.

Christoph avait deux ans et quatre mois quand il s’échauda un dimanche matin de juin 1975. "Il avait tiré le câble du thermoplongeur, et la casserole est tombée sur lui", explique Karin Ranisch. Lorsque l’ambulance est arrivée, le médecin a déclaré qu’elle avait été beaucoup plus gravement brûlée. De plus, le parcours suivant n'était pas dérangeant. Les parents pouvaient voir leur fils à midi dans une machine à laver à l'hôpital. Le soir à 20 heures, ils leur disaient au téléphone qu'il allait bien, qu'il avait soupé. Le lendemain matin, un télégramme était déposé dans sa boîte aux lettres. Il a dit qu'ils devaient venir.



"On nous a dit que Christoph était mort à 21 heures la nuit précédente. C'était un tel choc. Je me souviens d'avoir dit que je voulais le voir", se souvient Karin Ranisch.

On lui a dit que l'enfant suivait déjà la médecine légale, qu'elle devrait apporter quelque chose à porter le lendemain. "Je cherchais une paire de collants pour enfants et une chemise de ville, un cadeau de ma soeur de l'Ouest." Aussi en médecine légale, nous avons demandé si nous pouvions le voir, uniquement avec une pétition, a-t-on dit Tout s'est passé si vite, un jour plus tard c'était l'enterrement. "

Il n'est pas mort, il vit. Peut-être en Amérique, qui sait.

Quand elle raconte la mort de son fils Christoph, Karin Ranisch est assise dans son salon avec vue sur Freital, près de Dresde. Sur le buffet, il y a un cadre photo avec la photo d'un garçon blond bouclé. Les Ranischs ne vivent plus ici depuis longtemps, ils dirigent une entreprise de fourrure à Hambourg depuis plus de 30 ans et ne sont que récemment rentrés chez eux.



"C'était peut-être deux ans plus tard, quand je pensais qu'il n'était pas mort. Il est en vie, peut-être en Amérique, qui sait", dit-elle. Ses avant-bras sont sur la table, combien elle travaille dans elle, vous pouvez les voir dans ses mains, qui s'entrelacent. Elle sourit timidement, elle ne sait pas comment elle s’enfonce en Amérique.

Les doutes étaient là, personne n’a pu lui expliquer le décès de Christopher, elle n’a pas non plus compris les deux actes de décès, l’un de l’hôpital, appelé «décès par ébouillantage» et l’autre de médecine légale portant la mention «décès par aspiration», étouffé sur le contenu de l'estomac.

Et pourquoi n'a-t-elle pas fait ses adieux à son enfant? En RDA, il était également courant de revoir les parents décédés. Il y avait souvent des chambres spécialement aménagées pour cela.

Jusqu'au début de l'année dernière, dit Karin Ranisch, Seule son mari était au courant de leurs préoccupations, mais elle a ensuite été plus souvent interrogée par les médias et s'est tournée vers la "communauté d'intérêts enfants volés de la RDA", où elle a rencontré d'autres femmes qui doutaient également de la mort de leurs enfants. Certains d'entre eux, comme eux, ont soudainement perdu un enfant bien conçu à l'hôpital, d'autres, en particulier des femmes enceintes mineures, ont appris que leur enfant était décédé subitement pendant ou peu après la naissance.

Ce qu'ils avaient tous en commun, c'est qu'ils n'avaient jamais tenu un enfant mort dans leurs bras et qu'ils avaient des documents étrangement bâclés ou très contradictoires. Les certificats de décès, par exemple, qui ont été émis sous un autre nom et dans lesquels l'un avait écrit à la main ont enregistré le propre enfant, manquant des revues Autopsieberichte ou de sages-femmes qui ne correspondaient pas à l'expérience. Preuve circonstancielle rarement.On sait encore peu de choses sur les décès simulés d'enfants. Il n'y a pas de numéros sécurisés ou de cas finalement réglés.

Ceux qui n'aimaient pas l'état ont perdu leur enfant

Différent avec les options d'adoption forcée, Ce sont des enfants qui ont été retirés de leur famille et libérés pour adoption contre la volonté de leurs parents. Ceux-ci avaient souvent été pris pour cible par l'État pour des raisons politiques, s'étaient rendus punissables par des tentatives d'évasion ou auraient, selon le paragraphe 249, le soi-disant paragraphe asocial, menacés de compromettre l'ordre public. La plupart d’entre elles ont touché des familles élargies ou des femmes célibataires dont les partenaires ou les emplois ont changé.

Une étude préliminaire a conclu qu'il y avait au moins 400 enfants adoptés de façon obligatoire. Les organisations de victimes sont plus susceptibles d'être composées de milliers. Le "groupe d'intérêt des enfants volés de la RDA", qui a attiré l'attention l'année dernière avec une pétition et une audition d'experts, compte 1 700 membres. "Il y en a toujours plus qui osent parler publiquement de leur histoire", a déclaré Frank Schumann, porte-parole de l'organisation.

Pour les personnes touchées, il est grand temps que des mesures soient prises. En 2019, lorsque la fin de la dictature de la RDA atteindra son 30e anniversaire, les dossiers hospitaliers seront publiés pour être détruits. "Les délais de conservation arrivent à expiration, mais ils doivent être prolongés de toute urgence", a déclaré Schumann. "Les parents à la recherche de leur enfant seront de toute façon rendus inutilement difficiles."

Après la chute du communisme, l'adoption obligatoire de la RDA était assimilée à celle de l'Allemagne occidentale. Cela signifie que seuls les enfants ont le droit à l'information, pas les parents. Protéger les enfants, en cas d'adoption forcée, signifie que les mères et les pères sont toujours exposés à la toute-puissance des autorités.

La sage-femme a démêlé le bébé, puis le médecin a saisi la couverture sur notre canapé, l'a enveloppée et est partie.

Anett Hiermeier de Leipzig connaît cette impuissance, depuis son enfance. Elle avait sept ans lorsqu'elle l'a vue prendre un bébé de sa mère. "Elle l'avait accouché à la maison et j'étais à la maison. C'était une fille à la peau pâle, aux cheveux noirs qui ressemblait à une poupée", raconte la femme de 43 ans. "La sage-femme a démêlé le bébé, puis le médecin a saisi la couverture sur notre canapé, l'a enveloppée et est partie, et je suis derrière, marchant dans le long couloir de notre appartement, personne n'a dit un mot." Sa mère avait installé le berceau le même jour. "Il avait un ciel rose, et chaque jour quand je rentrais de l'école, j'espérais que ma petite sœur était là-bas."

Sur les cuisses d'Anett Hiermeier, une boîte à chaussures avec des images fluctue. Elle est à la recherche de photos de sa mère, décédée en 2007, une femme jolie et joyeuse, mère de trois enfants, travailleuse dans une combinaison de boissons, à temps plein et par équipe, récompensée par des primes. Une vie normale des femmes en RDA, jusqu'en février 1983, date à laquelle il fut déterminé au cours du sixième mois de grossesse qu’elle attendait un enfant gravement handicapé. "Les personnes handicapées n'étaient pas recherchées en RDA. Elles l'ont exhortée à avorter. Elle a refusé et elle a été menacée de prendre tous ses autres enfants", a déclaré Anett Hiermeier.

Il ne fallut pas longtemps avant que l'État ne concrétise sa menace. Deux mois après la naissance de Manuela, sa fille aînée, Susanna, a été recueillie et emmenée dans un foyer pour enfants. En 1984, l'année suivante, la fille au visage de poupée est née et a été mise en liberté. En 1985, Uwe, le troisième-né, a été emmené dans un foyer pour enfants à Hainewalde, à 200 kilomètres de Leipzig.

Anett Hiermeier lui-même vint l'année suivante à la maison des enfants de Leipzig, où vivait déjà sa sœur. Et lorsque sa mère était à nouveau enceinte, le 31 janvier 1988, elle a également été emmenée avec cette fille. "Un enfant chaque année, un couteau coupé chaque année", explique Anett Hiermeier.

Les autorités rendent souvent la recherche encore plus difficile

La séparation d'avec sa mère lui rappelle d'être traumatisante, même si elle avait de bons éducateurs à la maison et pouvait attendre avec impatience le week-end. "Ce qui était mauvais, c'est que même quand j'étais enfant, je sentais que la maison était une punition, je n'avais pas beaucoup de confiance en moi", dit-elle.

La fille de cette époque est devenue une femme qui rit souvent et de bon cœur, aime les couleurs vives, travaille à la réception d'une maison de retraite et aime être en contact avec d'autres personnes. "Quand j'ai commencé à chercher mes soeurs trop sexuelles en 2010, une sorte de guérison a commencé", dit-elle.

La première sœur aînée, Susanna, a été retrouvée avec une rapidité surprenante, du fait que l'office de protection de la jeunesse avait adressé une demande aux parents adoptifs, ce qui leur avait valu la bienvenue. Sa fille savait déjà qu'elle était un enfant adopté.

Un an plus tard, Anett Hiermeier a de nouveau demandé au bureau d'aide à la jeunesse, mais il a fallu des années avant qu'elle se rende à l'adresse de sa plus jeune soeur. Les autorités ont demandé de la patience, n'ont pas répondu aux demandes d'informations ultérieures et ont finalement indiqué que les parents adoptifs n'avaient pas répondu."Je me suis sentie repassée et d'autres ont décidé de nous prendre à nouveau", dit-elle.

Elle a également contacté la communauté des enfants volés de la RDA et a postulé pour le dossier auprès de l'hôpital où est née sa plus jeune soeur. Elle a appris qu'un N. de famille de Leipzig l'avait adoptée. Elle n'a pas eu plus, deux ans ont passé. Puis, en janvier dernier, elle a eu une idée. Elle avait des photos de famille imprimées sur une veste rouge et les portait lors d'une conférence du syndicat qu'elle tenait à Dresde. Des dizaines de milliers de personnes les ont vues sur Internet. Et puis quelqu'un a envoyé une adresse via Facebook.

Anett Hiermeier a d'abord écrit uniquement aux parents adoptifs. "Nous nous sommes rencontrés et je sais maintenant que le nom de ma soeur est Claudia. Ses parents étaient sympathiques, pas de camarades du parti. Nous avons convenu que Claudia n'apprendra rien de son adoption avant la fin de ses études. "

Anett Hiermeier regarde par la fenêtre, où les feuilles d'automne jaune d'or plongent sous un jour chaleureux dans l'arrière-cour. Et maintenant? Elle veut attendre. Peut-être qu'un jour elle embrassera Claudia, peut-être qu'ils ne se rencontreront jamais. Mais le plus important est déjà arrivé: elle a inclus les sœurs dans sa biographie, dans ses frères et soeurs et chez sa mère. "Je conseille à tous de commencer à chercher", dit-elle.

De retour au cimetière de Dresde

Quand les pompes funèbres trouvent les premiers os au cimetière Trinitatis de Dresde, Tout à coup, tout le monde est confus, une des filles de Karin Ranisch prend des photos, mais l'homme de la maison funéraire le rejette, fausse alerte, l'os qui a pris la couleur du sable est clairement trop gros pour un enfant de deux ans.

Sur les visages, soulagement et déception sont trop égaux. Silence renouvelé. Seule la pelle claque lorsqu'elle heurte le bord de la tombe en métal. Peu de temps après, un morceau de bois vient à la lumière et un reste de dentelle noire. Les entrepreneurs de pompes funèbres savent maintenant qu'ils sont en train de creuser au bon endroit et de mettre les choses sur un drap blanc.

La famille approche, même Bernd Ranisch se penche maintenant sur la fosse ouverte. La fille Yvonne frissonne et se retourne horrifiée par le manche. Les yeux de Karin Ranisch nagent alors qu'elle reçoit le tissu en lambeaux et dit, oui, il pourrait venir de la chemise qu'elle avait offerte il y a 43 ans en médecine légale. Les entrepreneurs de pompes funèbres continuent à creuser et trouvent des collants pourris qui montrent encore le motif et des os du crâne. Alors plus rien. Ils mettent les pelles de côté et secouent la tête. Où sont les autres os? Des bras et des jambes, des côtes? Il devrait y avoir plus à trouver.

Et pourtant, dit Karin Ranisch, il y a la petite chemise, le collant avec le motif. Les entrepreneurs de pompes funèbres commencent à pelleter le sable dans la tombe. Le tissu blanc se referme sur les trouvailles qui seront ensuite envoyées à un institut médico-légal. L'institut est situé à Bonn, souligne Karin Ranisch, pas dans les nouveaux États fédéraux. Vous ne savez jamais qui vous rencontrez là-bas.

VIDEO TIP: Cet enfant a été libéré pour adoption il y a 20 ans.

La fille de Gbagbo accueille ses parents de Gagnoa avec des pas de Gbégbé (Janvier 2021).



DDR, adoption, surveillance