Au cinéma: Buddenbrooks

Les Buddenbrooks: Tony (Jessica Schwarz), Christian (August Diehl), le consul Jean (Armin Mueller-Stahl), Thomas (Mark Waschke) et le consul Bethsy (Iris Berben).

Au cinéma: Buddenbrooks

Tout pour la famille

"Sur les Buddenbrooks!" Le consul Jean Buddenbrook (Armin Mueller-Stahl) laisse fièrement ses yeux s'égarer. Sa fille Tony (Jessica Schwarz) est le centre d'attention de la balle, ses fils Thomas (Mark Waschke) et Christian (August Diehl) dégagent une belle silhouette en queue et en cylindre. Et les affaires vont bien. Grâce au commerce des céréales, le marchand a acquis une réputation et une richesse.

Lübeck au milieu du 19ème siècle

Les règles du jeu dans ce monde de la classe moyenne supérieure sont strictes: le privé et les entreprises sont inséparables, les sentiments ne sont appropriés que s'ils ne mettent pas en danger le bien-être de la famille. La voie des jeunes Buddenbrook semble destinée: les fils doivent augmenter la richesse en tant que marchands, de la fille on s'attend à un mariage convenable.

Tony (Jessica Schwarz) tombe amoureuse de l'étudiant en médecine Morten (Alexander Fehling)

La pression de la famille est telle que Tony sacrifie son amour pour l'étudiant en médecine Morten Schwarzkopf (Alexander Fehling) et accepte enfin d'épouser l'homme d'affaires de Hambourg Grünlich (Justus von Dohnányi). Ses objections ("Il me dégoûte") ne laissent pas les parents s’appliquer.

Tandis que Lebemann Christian entre et sort du théâtre, Thomas assume de plus en plus de responsabilités dans l'entreprise familiale. Son père lui a finalement confié l'affaire - et est décédé peu de temps après une crise cardiaque.

>> Page suivante: La descente des Buddenbrook

La descente des Buddenbrook

Hermann Hagenström (Fedja van Huêt, à gauche) adore Tony (Jessica Schwarz).

La mort du patriarche marque la lente descente de la famille. Le mari de Tony, Grünlich, est devenu un chasseur de dot en faillite, et celui de Hagenström, longtemps méprisé par les Buddenbrook comme imitateurs, rattrape son retard. Christian est en train de devenir un Hallodri instable. Et Thomas, qui veut désespérément garder compagnie et famille, doit regarder sa belle épouse Gerda (Léa Bosco) l’aliéner.

Iris Berben en tant que consul glacé Bethsy

Avec Heinrich Breloer, un véritable expert s’est aventuré dans la refonte de ce grand roman. Il a déjà tourné le film en plusieurs parties "The Manns - A Century Novel". Son "Buddenbrooks" est un drame familial opulent qui présente les grands noms du cinéma allemand. Iris Berben est un peu pâle en tant que consul Bethsy - à la fin, seule sa permanente "Like mien?" dans l'oreille. Mais dans l'ensemble, l'équipe d'acteurs brille et nous rapproche encore aujourd'hui du langage volumineux de Mann.

Le sentiment de Hollywood est principalement dû aux costumes élaborés et aux commodités somptueuses. Comme de nombreuses scènes semblent peintes, des personnages obsédés si détaillés, des paysages, des objets ont été disposés. "Buddenbrooks" n'a pas à se cacher derrière de grandes productions américaines. Néanmoins, le réalisateur Breloer aurait pu résister à certaines images trop ringardes, comme celle du jeune amoureux Tony, qui s’enfuit avec son Morten dans un naufrage sur la plage.

Le Family Tome de Thomas Mann a été célébré comme un roman du siècle. Buddenbrooks n'est pas un film centenaire. Mais bon cinéma narratif allemand à ne pas manquer!

>> Sur la page suivante: Bande-annonce du film "Buddenbrooks"

KINO: The German Film Magazine (Septembre 2019).


Thomas Mann, acier, Jessica Schwarz, étoile, Iris Berben, toile, Hollywood, Mark Waschke, August Diehl, buddenbrooks, thomas mann, heinrich breloer, jessica noir