Marseille, la mer et d'autres rêves

Le quartier du Cours Julien à Marseille; dans le quartier du Panier à Marseille, il y a maintenant de plus en plus de bars et de galeries; La vie à la plage à la plage de Sainte Croix

Photoshow Marseille

L'homme sort, monte vers le garçon, il va immédiatement attraper une gifle, je pense, mais au dernier moment, il esquive. Maintenant, l'homme essaie de lui mettre une jambe - le garçon se retourne intelligemment. La musique de batterie, le garçon et l'homme dansent, les pieds battants, une danse brésilienne, les spectateurs applaudissent. Puis la batterie s'arrête. La foule applaudit.

Les rues transversales du Cours Julien dans le quartier de La Plaine seront également inondées par les locaux ce week-end. Avec les touristes, ils affluent vers les bars, les boutiques et les antiquaires. C'est samedi, en fin d'après-midi, ambiance de fête à la fête de rue dans le quartier multiculturel. Rue des Trois Rois, les restaurants de spécialités s'alignent, grecs, ukrainiens, libanais, il ne manque presque pas de cuisine. Un instant, je pense à la ville dans laquelle je me trouve - cela m’arrive encore et encore à Marseille: que je me promène dans le quartier arabe au nord ou dans la rue principale sans issue de la Canebière, où des gens de tous les continents marchent ou se faufilent dans des bus. Marseille absorbe le monde comme une éponge.

La plus grande ville portuaire de France a pris le virage. Pendant longtemps, elle a lutté contre le crime, la corruption, le chômage, la xénophobie - contre sa mauvaise réputation. Bien que cette lutte ne soit pas terminée, l'image s'est améliorée. En fait, vraiment bien: Marseille est la ville la plus branchée du pays.

De nouvelles promenades ont été créées, Parcs et places redessinés, le Vieux Port rafraîchi, les créateurs ouvrent leurs boutiques dans le quartier commerçant autour de l’opéra. Les prix des logements ont rapidement augmenté dans certains quartiers, notamment à cause des riches parisiens venus ici pour passer de la Seine à la Méditerranée en TGV en trois heures le week-end. Ils se rendent ensuite à la Côte Bleue, à l’ouest de la ville. Ou promenez-vous dans les calanques, criques creusées dans le roc, dont certaines ne sont accessibles qu’à pied ou en bateau. En plus: Cassis ou Martigues. Et les nombreux petits villages mentionnés dans les guides de voyage. Chacune avec son charme et à deux pas de Marseille. C'est différent de la Côte d'Azur huppée, plus calme, moins spectaculaire. Marseille, dit-on, tourne le dos à la France et donne sur la mer. De là viennent les peuples depuis 2600 ans: Grecs, Romains. Et beaucoup plus. Quand je pose des questions aux habitants sur leurs racines, je trouve souvent des réponses compliquées: "Mon père est italien, ma mère marocaine, mon grand-père kurde, ma grand-mère ... Vous comprenez?"

Le repos peut être trouvé sur une excursion en bateau devant Cassis; le marché aux poissons turbulent; l'imposante église de Notre-Dame-de-la-Garde

Stamba Ghoul vit à Marseille depuis 13 ans. Âgé de 45 ans, il a une galerie dans le quartier du Panier et ses parents sont algériens. Il aime peindre du poisson, de petites images, qu'il compose en patchwork. Il ne gagne pas beaucoup, mais c'est assez pour vivre. Le peintre aime la tranquillité du Panier qui, tel un village, est confortablement installé sur une colline au milieu d'une ville peuplée de 800 000 habitants. C'était autrefois le quartier des marins et des prostituées, et plutôt délabré, de nombreuses maisons ont été rénovées, des artisans et des artistes ont ouvert des magasins et des galeries.

La chose étonnante à propos de Marseille est que vous ne pouvez jamais compter sur la ville. Chaque fois que je pense la connaître, elle me surprend encore une fois: Marseille est vivante et contemplative, gaie et introspective, égayée et démolie misérablement. Selon l'endroit où vous allez. Et comment vous vous sentez en ce moment.

Un matin venteux. Sur le trottoir, des canettes de bière vides, des os rongés et des parapluies cassés. De temps en temps une femme voilée vient à ma rencontre, sinon le quartier autour de la place des Capucines est entre les mains d'hommes, d'hommes arabes. Dodgy boutiques avec des lustres en cristal colorés et des valises à l'étranger. Boulangeries avec des bombes de sucre brillant. Devant un abattoir, un homme porte des livrées semi-animales sur son dos. Ça sent les épices et le pain frais.

Au Vieux Port, le marché aux poissons bat son plein. Les pêcheurs réparent leurs filets pendant que leurs femmes se tiennent devant les étals. Au coin de la rue, vous trouverez quelques-uns des meilleurs restaurants de fruits de mer de Marseille. Les pistes y sont courtes. À l'heure du déjeuner, l'odeur de l'ail se mêle de manière séduisante à l'air salin. Et au-dessus se dresse la basilique Notre-Dame-de-la-Garde perchée sur un rocher appelé "Bonne Mère" par les locaux. Sur sa tour se dresse une Madone dorée.Elle le voit sûrement avec plaisir, à quel point les gens aiment maintenant Marseille.

Néanmoins, à un moment donné, cela suffit avec la ville. Je veux y aller, faire comme les parisiens qui partent de Marseille dans la région. Donc je conduis est, aux Calanques.

"Veillez à ne pas prendre de douche." Le vendeur de billets me fait signe de la tête. Je suis assis sur le pont du navire avec une vue imprenable sur la mer en vrille. Cassis, avec son magnifique port, où locaux et touristes s’assoient le soir apéritif, est en train de se réduire. Et Marseille, à seulement 20 kilomètres, est assez loin. Il se balance comme nous conduisons le long de la côte rocheuse. Puis notre bateau s’arrête soudainement et entre dans un fjord: Calanque d’En Vau. L'eau est bleu turquoise, la paix est absolue. Un rocher s'avance dans le ciel, il s'appelle "le doigt de Dieu", et en fait, j'ai l'impression qu'il a eu la main dans la calanque d'En Vau.

Venise de Provence est aussi appelée la petite ville de Martigues

Nous retournons en pleine mer, Je suis malade, mais pas de déjeuner - notre bateau est déjà de retour dans la calanque de Morgiou avec un petit port de pêche. Ainsi, ça continue, de baie en baie, pas de nuage dans le ciel, les contours sont limpides, certaines roches ressemblent à de fines sculptures de bois. Si j'avais beaucoup de temps, je marcherais d'une calanque à l'autre, devant des pins et des pins d'Alep. Dans les baies, je plongerais dans les eaux turquoises. Et puis traîner au port de Cassis. Mais dans ce cas, l'arrière-pays me manquerait. Des lieux cachés comme les trets ou les cabriès. Ou la campagne autour de Sainte-Victoire, une chaîne de montagnes avec une longue crête que Cézanne peint si souvent.

Je suis entouré entre Trets et St. Zacharie, au milieu de collines et de forêts. À partir de 200 chèvres. Ils s'approchent, mâchouillent ma chemise et veulent câliner. Ils sont habitués à ça. "Nos animaux attirent beaucoup d'attention", déclare Thierry Camosseto. Il s'occupe de la production des chèvres et du fromage avec deux femmes. La ferme "La Pastorale du Regagnas" est célèbre pour son fromage. Peut-être que c'est si bon au goût parce que les chèvres sont traites à la main et adressées avec "bébé".

Pendant que je conduis, ça sent dans ma voiture. Strict mais délicieux. Surtout quand l'odeur de romarin et de thym vient de l'extérieur. Le soleil cogne à travers la fenêtre, je devrais manger le fromage. Mais alors l'odeur aurait disparu. Personne ne me rencontre sur l'autoroute, j'ai la Provence pour moi tout seul. Au loin: le massif gris de la Sainte-Victoire.

Quelle histoire pourrait jouer à Cabriès? Un amour secret? Un thriller? Une comédie comme "Chocolat" avec Juliette Binoche? J'y pense en montant d'innombrables escaliers et en marchant dans les rues étroites du vieux château. Cabriès, à environ 20 kilomètres au nord de Marseille, n’est pas un village remarquable. De certaines maisons le plâtre s'effrite, les volets sont fanés du soleil. L'endroit semble mystérieux, comme un décor de film, et c'est pourquoi je l'aime bien. Il n'y a presque personne dans la rue, mais des tonnes de chats jouent sur les murs. L'entrée de la cour du château est sombre, ici vous pourriez bien transformer une scène de jalousie dramatique. La réconciliation pourrait alors se jouer devant la mairie à la belle fontaine en fer forgé. "Liberté, Egalité, Fraternité" est gravé sur le devant en grosses lettres, le drapeau tricolore souffle sur le balcon - vive la France!

Alors que je suis assise au puits, une vieille femme s'approche de moi et raconte à voix basse le film joué à Cabriès: Dans le village vit une femme qui loue des chambres et qui, ces dernières années, a traversé le Sahara à cheval. Une personne aventureuse. Aujourd'hui, elle est mariée à un homme noir, son deuxième mari, d'ailleurs. Dans le village, la femme dit que beaucoup se casseraient la bouche devant le couple - vive la province!

Je retourne à la mer, j'attends le vent. Cette fois je reste à l'ouest de Marseille. Côte Bleue. Même l'aube est censée être bleue ici. Un grand parc naturel avec des villages de pêcheurs, des plages de sable et de galets. Ici, vous pouvez pendre vos pieds sans être dérangés dans l’eau.

Martigues, à 40 km de Marseille, est la ville des ponts et des canaux. Ce n'est pas sur la côte, mais sur un lac d'eau saumâtre. Mais la vieille ville est une île entre deux canaux, idyllique et enchanté. Des artistes comme le peintre paysagiste Corot sont venus ici, des maisons peintes de couleurs vives se reflétant dans l’eau, des bateaux glissant doucement dans les canaux. Martigues est aussi appelée la Venise de la Provence.

La vieille cabane des pêcheurs de Calen se trouve sur l’un des canaux. Une guilde mourante. Au lieu d'aller loin en mer, ils déposent un filet de près de 100 mètres de long (calen) dans l'eau. Il est hissé à l'aide d'un moteur assourdissant. Et une énorme masse de la vie marine qui se tortille vient à la surface de l'eau. J'ai le droit de prendre la cargaison sur le bateau.Avant, je recevais des bottes en caoutchouc de tailles trop grandes pour moi et un tablier en caoutchouc par-dessus la jupe. Avec deux hommes, je roule sur le tapis de poisson qui bouge sauvagement, il me fait un peu peur. Les pêcheurs tirent les animaux sur le bateau, certains sautent joyeusement et un presque sous la jupe.

Au refuge, Olivier m'offre un pastis. Je tends la main, il est bon. Gilbert prépare un ragoût avec des saucisses et des lentilles. Nous vidons un autre verre, le temps est bloqué dans la hutte avec les vieilles chaises en bois. Les hommes m'invitent pour le déjeuner. En fait, je voulais retourner à Marseille, où une visite guidée est proposée au musée de la mode. Le thème: les robes de cocktail. Robes de cocktail? Des trucs idiots! Je sors et m'assieds devant la cabane. Cercle de mouettes, attendez que les pêcheurs remontent le filet. Quand ils sont entassés, ils naviguent le long de la côte bleue. Je voudrais voler avec vous.

Informations de voyage Marseille

Ici, vous pouvez passer un bon moment: près de la piscine de l'hôtel "Le Cap" à Cassis, dans la chambre d'hôte "Le Jujubier" à Sanary-sur-Mer, au restaurant "Les Arcenauix" ou en faisant vos achats dans la boutique du designer Marianne Cat à Marseille

COMMENT S'Y RENDRE

vol: Avec Air France d'une dizaine de villes allemandes via Paris ou Lyon à Marseille à partir de 105 euros (www.airfrance.com). train: Avec l'ICE de Francfort et de Cologne à partir de 86 euros vers Paris, à partir de là avec le train à grande vitesse français TGV (réservation requise) à partir de 93 euros vers Marseille (Tél. 11861 ou www.bahn.de). Sur www.sncfvoyages.com vous pouvez réserver le TGV encore moins cher, le site est en français.

TÉLÉPHONE

Indicatif régional vers France 00 33, puis indicatif régional sans le zéro.

trouver un logement

La Résidence du Vieux Port. Belles chambres avec une vue magnifique sur le vieux port. Très bon petit déjeuner. DZ / F à partir de 135 euros (18, quai du port, 13002 Marseille, tél. 4/91 91 91 22, fax 91 56 60 88, www.hotelmarseille.com). Hôtel Mascotte. Hôtel trois étoiles confortable dans le quartier du vieux port. DZ / F à partir de 108 euros (5, La Canebière, 13001 Marseille, tél. 4/91 90 61 61, fax 91 90 95 61, www.oceaniahotels.com). La maison du petit canard. Chambre d'hôte dans le vieux quartier du Panier, dirigée par un Allemand. Il y a des plantes partout, de nombreuses plantes sont suspendues aux murs. Confortable et informel. Double / F à partir de 46 euros (2, impasse Sainte Françoise, F-13002 Marseille, tél. 4/91 91 40 31, //maison.petit.canard.free.fr). Le Cap. Chambre d'hôte juste à l'extérieur. Beau jardin avec piscine, chambres et suites meublées avec goût, vue sur le jardin, petit-déjeuner préparé avec amour. Double / F à partir de 90 euros (24, Montée de la Chapelle, F-13260 Cassis, tél. 4/42 03 33 01. www.lecapcassis.com). Hôtel de la Tour. Confortable maison à l'ancienne sur le port. La pièce 17 était autrefois la maison de Thomas Mann. DZ / F à partir de 72 euros (24, Quai du Général de Gaulle, 83110 Sanary-sur-Mer, Tél. 4/94 74 10 10, Fax 94 74 69 49, www.sanary-hoteldelatour.com). Le Jujubier. Chambre d'hôte dans une petite maison avec des chambres confortables et rustiques. DZ / F à partir de 100 euros (753, chemin de Beaucours, 83110 Sanary-sur-Mer, tél. 4/98 00 06 20, fax 98 00 06 29, www.lejujubier.com). La Bastide de la Cluée. Chambre d'hôte avec beaucoup de style. Meubles anciens, cheminée dans le salon, chambres joliment meublées, beau jardin avec piscine. DZ / F à partir de 70 euros (Route de la Césarde, 13480 Cabriès, Tél. / Fax 4/42 22 59 00). ClairHôtel. Hôtel agréable avec des chambres plutôt simples, à cinq minutes à pied du centre. DZ / F à partir de 74 euros (57, Boulevard Marcel Cachin, 13500 Martigues, tél. 4/42 13 52 52, fax 42 81 48 66, www.clair-hotel.fr). Le Saint Roch. Situé au calme dans une pinède aux portes de Martigues, chambres modernes et spacieuses, piscine. DZ / F à partir de 114 euros (avenue Georges Braque, tél. 4/42 42 36 36, fax 42 80 01 80, www.hotelsaintroch.com).

PROFITEZ

Les Arcenauix. Cuisine exquise, telle que lentilles à la crème de truffes, dans une atmosphère élégante. Des étagères sur les murs comme dans une bibliothèque, de nombreux habitants mangent ici. Menu à partir de 27 euros (25, Cours Estienne d'Orves, Marseille, tél. 4/91 59 80 30, www.les-arcenaulx.com). Le Miramar. Très cher, très chic et une terrasse avec vue sur le port. Grand choix de plats de poisson. Le chef Christian Buffa, censé servir la meilleure bouillabaisse de Marseille, donne également des cours de cuisine (12, Quai du Port, tél. 4/91 91 10 40. www.bouillabaisse.com). Dégustation Toinou. Un lieu animé situé à la croisée des chemins de la célèbre Canebière avec de simples tables en bois et de la nourriture simple. Les spécialités sont les fruits de mer, certaines recettes sont également publiées sur Internet (3, Cours Saint Louis, Marseille, Tél. 4/91 33 14 94, www.toinou.com). La Virgule. Ambiance de designer moderne, jeune public. Petits plats raffinés comme des cèpes au four. Menu à partir de 27 euros (27, rue de la Loge, Marseille, tél. 4/91 90 91 11). Le Télégraphe. Brasserie avec menu du jour près du cours Belsunce.Excellentes salades, délicieux plats de poisson et de viande, bon rapport qualité-prix, ouvert uniquement pour le déjeuner (60, rue Puvis de Chavannes, Marseille, tél. 4/91 31 90 5 1). Romano. Des plats de poisson spécialement composés, tels que des crevettes avec des cèpes et des poireaux, mais également de délicieux plats de viande. Bel emplacement sur le port. Menu à partir de 23 euros 50 (15, Quai Barthélemy, Cassis, Tél. 4/42 01 08 16). Poissonnerie Laurent. Ancienne cabane de pêcheur, puis poissonnerie, aujourd'hui restaurant et boutique. Poisson fraîchement pêché à des prix raisonnables (6, Quai Barthélemy, Cassis, Tél. 4/42 01 71 56). Le San Lazzaro. Excellent restaurant d'inspiration provençale et italienne, des plats très imaginatifs. Essayez absolument: la glace faite maison. Menu à partir de 29 euros (10, place A. Cavet, Sanary-sur-Mer, tél. 4/94 88 41 60). Le Bouchon à la Mer. Romantiquement situé avec une terrasse directement sur le canal. Grande cuisine gastronomique provençale. Menu à partir de 28 euros (19, quai LucienToulmond, Martigues, tél. 4/42 49 41 41).

SHOPPING

Marianne Cat. Des designers internationaux réunis sous un même toit avec des accessoires fantaisie: bijoux, maroquinerie, sacs Galerie de photos personnelle (Hôtel de Paul, 53, rue Grignan, Marseille, tél. 4/91 55 05 25). Manon Martin. Des créations chics allant du chapeau d’été aux modèles de cocktail raffinés et aux chapeaux de mariage. Également sur mesure (10, rue de la Tour, Marseille, tél. 4/91 55 60 95). Marseille en vacances. T-shirts et sweat-shirts rigolos aux motifs de poissons, parfaits comme cadeaux (7, rue Bailli de Suffren, Marseille, tél. 4/91 54 73 17, www.marseilleenvacances.com). Comptoir de famille. Tout pour le cocooning, exquis et de bon goût: céramique, verres, bougeoirs et linge de table (42, rue Francis Davso, Marseille, www.comptoir-de-famille.com). Milou en mer. Belle porcelaine aux motifs expressifs et linge de table (9, Quai des Baux, Cassis, Tél. 4/42 01 78 38, www.milouenmer.com). La Pastorale du Regagnas. Ici vous trouverez un délicieux fromage de chèvre, jeune ou vieilli, 1,60 € (RD 12, route de Saint Zacharie, Hameau de Kirbon, Trets, tél. 6/09 02 23 71).

REGARDER

Notre-Dame-de-la-Garde. L'église de style roman-byzantin, construite au milieu du XIXe siècle, est située sur une falaise de 162 mètres de haut. Super vue sur la ville. À pied ou en bus n ° 60. Château d'lf. Île rocheuse, célèbre pour le roman d'Alexandre Dumas "Le Comte de Monte Cristo". Départ du Vieux Port en haute saison toutes les heures. Musée de la mode. La mode du siècle dernier à nos jours, occasionnellement des expositions spéciales (Espace Mode, 11, La Canebière, Tél. 4/96 17 06 00, www.espacemodemediterranee.com).

INFO

Office de tourisme de Marseille, 4, La Canebière, F-13001 Marseille, téléphone 4/91 13 89 00, fax 91 13 89 20, www.marseille-tourisme.com. City Pass. Bus et métro et certains trains touristiques gratuits, entrée gratuite à de nombreux musées, excursion en bateau au Château d'If, prix réduits dans certains magasins. Disponible à partir de 20 euros à l'Office de Tourisme.

LIRE

La trilogie de Marseille. Trois romans policiers passionnants de Jean-Claude Izzo, tous joués à Marseille et montrant en grande partie le mode de vie et les problèmes de cette ville (éditeur Union, 12,90 euros).

Hawaï l'autre rêve américain - Echappées belles (Septembre 2019).


Voyage, Marseille, France