"Oh merde, nous sommes trop tard!"

Anja Wolz

© Sylvain Cherkaoui / Cosmos

Nous rejoignons Anja Wolz dans son bureau à Kailahun, une petite ville de l'est de la Sierra Leone comptant 20 000 habitants. La connexion est un peu rouillée. Mais Wolz, 44 ans, ne semble pas s'en soucier, elle le sait, l’ancienne infirmière de Würzburg travaillait déjà dans le monde entier pour «Médecins sans frontières»: en Haïti, en Libye ou en Somalie. Wolz est de bonne humeur, rit beaucoup. De temps en temps, elle ajoute des mots anglais dans ses réponses car elle ne propose pas les mots allemands.

ChroniquesDuVasteMonde: Madame Wolz, vous êtes en Sierra Leone depuis six semaines. Pouvez-vous encore vous rappeler ce que c'était comme quand vous êtes arrivé?

Anja Wolz: Oui. Quand je suis arrivé à Kailahun, je me suis d'abord rendu à notre station de surveillance pour parler à des parents. Un homme m'a dit que sa femme et son enfant étaient morts d'Ebola. Et je me tenais juste là à penser: "Oh merde, nous sommes trop tard!"

Vous êtes-vous blâmé?

Non, pas de blâme. Nous faisons ce que nous pouvons, mais nous avons trop peu d'employés. Nous parlons d'une région de 470 000 habitants. À l'heure actuelle, quatre équipes d'urgence nous trouvent de nouveaux patients. Quatre équipes - c'est frustrant! Si nous avions 100 experts en Ebola, nous serions bientôt là, moins de personnes seraient décédées. Nous courons après l'épidémie.

Comment voulez-vous rattraper

Le plus important est d'informer les gens. Il y a beaucoup d'ignorance. À mon arrivée, nous avons formé un groupe de travail composé de responsables du ministère de la Santé, de chefs de village et de chefs religieux. Tout le monde pensait savoir ce qu'était Ebola. Mais de nombreuses questions se sont alors posées: le virus Ebola sera-t-il transmis par des singes? De moustiques? Puis-je nager dans une rivière où nageait un patient atteint du virus Ebola? Et, et, et ...

Et comment expliquez-vous à l'ignorant ce qu'est Ebola?

Nous ne disons pas qu'Ebola est mortel. Cela ne ferait que provoquer la panique. Nous disons que le virus Ebola est très contagieux et se transmet par les fluides corporels. On dit toujours que vous ne pouvez pas traiter Ebola. Oui c'est vrai. Mais nous pouvons traiter les symptômes. Nous pouvons sauver des vies si les patients viennent à nous à temps.



Anja Wolz au centre de traitement en Sierra Leone de Médecins sans frontières

© Kjell Gunnar Beraas - MSF

Combien de personnes avez-vous traitées depuis votre arrivée?

Notre centre de traitement est ouvert depuis quatre semaines. 130 patients soupçonnés d'être atteints d'Ebola nous sont parvenus depuis. 98 d'entre eux ont été testés positifs et jusqu'à hier, 57 d'entre eux sont morts.

130 patients, ce n'est pas beaucoup. Pourquoi est-ce que si peu de patients viennent à vous?

Beaucoup de gens ont peur. Certains pensent que nous frappons la tête des patients. Que nous les empoisonnons avec le chlore que nous utilisons pour la désinfection. Dans certains villages, des patients se cachent et des ambulances sont jetées avec des pierres. Il y a beaucoup de rumeurs.

Pouvez-vous comprendre cette peur?

Oui. Vous devez imaginer, les villages sont parfois très isolés. Au début, on disait que le virus Ebola était transmis par un serpent. Juste parce qu'un serpent avait rampé dans la poche d'une femme décédée d'Ebola. Et puis vous devez entrer dans cela. Nous ne disons pas: c'est absurde!

Mais?

Nous essayons de gagner la confiance de la population. Par conséquent, nous envoyons d’abord le personnel local dans les villages qui parlent leur langue.

Est-ce votre mission la plus difficile jusqu'à présent?

Oui. En mars et avril j'étais déjà en Guinée. À ce moment-là, j'avais espéré que nous serions en mesure de contenir l'épidémie. Mais je me suis trompé. C'est le pire pari sur Ebola que j'ai jamais fait.

Peut-on s'habituer à la souffrance?

Non, jamais. Je connais les familles, je les vois mourir. Enfants. Les femmes enceintes. Cela pèse beaucoup.

Comment gérez-vous cela?

J'ai ma barrière. Bien sûr, les patients grandissent à mon coeur; mais je ne rentre pas chez moi et ne pleure pas. Je suis triste, oui, et parfois, quand on a perdu quelqu'un, je crie aussi à mes collègues: Comment est-ce possible?! Mais: je suis sûr que nous avons tout fait. Il y a aussi de bons moments.

Lequel?

Il y a trois jours, nous avons sorti une petite fille, elle a ri, c'était en bonne santé. Cela vous rend la force. Ou quand les gens viennent à vous et merci. Sans nous, le taux de mortalité ne serait pas de 60%. Mais à 90%.



Avez-vous peur d'être infecté?

Non. Je dis toujours à nos employés: "Si vous avez peur, vous êtes au mauvais endroit."

Cela semble très clair.

Je sais, je sais. Je suis désolé! Mais j'y réfléchis depuis longtemps. Je travaille pour "Médecins sans frontières" depuis onze ans.Et je sais que lorsque j'ai peur, des erreurs me sont commises.

Avez-vous déjà eu une erreur?

Oui. Il m'est arrivé une fois de mettre ma combinaison de protection et d'oublier mes lunettes. Mais je n'ai même pas eu deux mètres. Parce qu'on y va toujours à deux. "Buddy System", on l'appelle "je prends soin de toi, tu fais attention à moi, je donne ma vie entre tes mains."

De qui parlez-vous?

Avec mon père au téléphone. Et il y a un psychologue, Médecins sans frontières, que je peux appeler 24 heures sur 24.

Quand avez-vous appelé le psychologue pour la dernière fois?

Quand je suis rentré de Guinée en mai.



Et que lui as-tu dit?

Tout était une question de frustration. La pensée que vous ne faites pas assez, même si vous travaillez 15, 16 heures par jour.

Que remarquez-vous lorsque vous avez traversé votre barrière intérieure?

Si je me sens: je ne peux prendre aucune décision maintenant. Quand je suis trop émotif. Quand je suis fatigué. Ensuite, je dis: je peux rester encore deux ou trois jours. Mais s'il vous plaît, trouvez quelqu'un qui peut venir.

Vous sentez-vous fatigué maintenant?

Non pas encore. Mon engagement dure encore deux semaines. Ensuite, je rentre chez moi à Würzburg et ai trois semaines de vacances. J'aime Würzburg. Rien ne change. Tout reste pareil.

Et après ça?

Après cela, j'aimerais revenir. Je pense que nous serons ici pendant au moins trois ou quatre mois, jusqu'à ce que nous puissions contenir Ebola. Avant de terminer notre mission, nous devons avoir traité le dernier patient.

"Médecins Sans Frontières" en Afrique de l'Ouest: Votre difficile combat contre Ebola

Lire aussi

Le difficile combat contre Ebola

Vidéo: L'OMS chasse les contacts contre Ebola

Why Are 96,000,000 Pigs in my Minecraft? (Novembre 2020).



Ebola, Epidémie d'Ebola, Médecins Sans Frontières, Sierra Leone, Afrique de l'Ouest, Würzburg, Guinée, Haïti, Somalie