Sophie Rois: Sois toi-même!

Sophie Rois: le premier acte

Acte 1: Rencontrez deux Dans le café de l'hôtel "Regent", Gendarmenmarkt, Berlin, à midi, juste avant midi. « Désolé! » Non, elle n'a aucune excuse pour son retard, dit Sophie Rois, alors qu'elle se précipite vers moi. Ladylike, yeux verts, menton énergique et avec cette voix fragile qui me touche et me captive toujours lorsque j'entends l'actrice. Au cours de sa formation au séminaire Max Reinhardt à Vienne, on lui a conseillé de faire traiter ses cordes vocales à l'hôpital plutôt que de la maltraiter sur scène. Cela ne les a pas empêchés de chanter et de jouer de toute façon. Je l'ai volontiers attendue. "Je suis contente", sourit-elle en croisant ses doigts, en s'étirant et en s'enfonçant dans son fauteuil en peluche. Mais seulement à première vue. Parce qu’elle est pâle et tendre, elle ne doit être ni négligée ni aussi directe qu’elle joue. Aucune diva qui a besoin d'être attirée hors de la réserve avec des questions sophistiquées. Leur ouverture est contagieuse. Que je les ai vues dans "Fantasma" de Réne Pollesch à Vienne, je dis: fantastique, malheureusement pas tout compris. Si vous devez toujours tout comprendre, elle demande en retour. Le jeu commence.

Acte 2: Parlez deux Elle a grandi à Ottensheim près de Linz en tant que fille d'un détaillant d'épicerie. Elle est devenue une star des productions anarchistes de la Berliner Volksbühne au début des années 1990 et est depuis devenue l'une des grandes marques. "Eh bien, si j'avais les ingrédients de la physique nucléaire - félicitations!", Répond-elle à ma question, comment elle en est arrivée à jouer. Bien sûr, ma question n'a pas reçu de réponse. Le serveur apporte du thé et des biscuits, "ils ressemblent à du boudin noir", commente Sophie Rois, demande à mon avis et peut goûter la pâtisserie. La volonté lui est dite. La volonté propre fait partie de son travail, dit-elle. "Nous, les acteurs, sommes constamment appelés à nous séparer: sois toi-même! Sois encore plus toi-même! Tiens-toi sur le point de mourir, quelqu'un comme moi vivra du fait qu'il est toujours entêté, et si mon entêtement n'était pas commercialisable, alors je n'intéresserais personne et je pourrais mettre mon attachement ailleurs. " D'accord, cette actrice est la dernière à se féliciter, mais l'une des plus dévotes quand elle est excitée par un projet. Aussi dévouée qu'elle parle dans notre conversation. En parallèle sur le dos et les côtés, agitant de longs bras, si intimes et au bon endroit. "J'ai commencé ma vie très tôt, pour être divertissante", dit-elle. La phrase suivante qui frappe mes oreilles ne sonne pas moins dramatique. "Au moment où on regarde les parents ravis ou amusés, on a le sentiment, enfant, qu'on ne risque pas de se noyer dans le prochain étang." Est-elle sérieuse? J'avale et elle ajoute: "Je joue parce que je veux survivre." Comme Charlie Chaplin dans "Modern Times". Le drame est à son apogée.



J'ai commencé ma vie dès le début, pour être divertissant

Acte 3: Converser deux Et comment elle joue. Pendant la journée, répétitions à la Volksbühne à Berlin, soirées à Vienne au Burgtheater, pendant les répétitions, elle tourne un film après l'autre, dit Rollen, fonde une société cinématographique entre audiobooks, théâtre et cinéma. Est-ce que tout cela lutte pour sa survie? "Où vous sentez-vous le plus à l'aise, Mme Rois?" - "ivre au lit!" Elle regarde innocemment hors de la lessive et éclate de rire, amusée par sa propre idée. Je ris aussi, je ne peux pas m'en empêcher, cela vous fait toujours étonner ou rire. Que je la crois ou pas, c'est quoi ce bordel? La chose principale, le divertissement est juste. Elle a un penchant pour tourner les réalités, et ne se soucie pas de jouer des rôles, elle les abandonne plutôt. Et tout cela à son incomparable façon roisienne: il suffit de l'écouter, c'est une explosion, les gens dans le café tournent la tête - elle applaudit, bouillonne, croasse, cherche de l'air, se met à genoux, attrape ses cheveux et fait le mauvais choix d'un moment à l'autre, le juste a dit - aussi passionné qu'aucun autre. Elle appelle cela "Authentic Whimsy". Elle dit beaucoup de choses qui ne peuvent pas être écrites ici, parce que c'est trop privé, juste une chose: elle est antisociale, mais trouve les hommes qui la font rire irrésistiblement. Et les enfants? Je ne les ai pas, mais "peut-être que je tomberai enceinte demain, et les choses sont très différentes". Elle étend ses bras comme une diva du film muet: "Alors je vais y aller."

Acte 4: Deux questions "Arrête, arrête, nous n'avons pas encore fini!" Je crie. Aucune idée de la façon dont elle le fait, mais c'est ce qui fait son charme invincible: ce jeu absurde et honnête qui chasse les frissons qui piquent sur le dos. Qui est elle Aussi cool que chaud. Nous parlons comme si nous nous connaissions depuis toujours, mais je suis toujours confus: elle ne peut être appréhendée ni par des mots ni par des phrases.



Et le dernier acte avec Sophie Rois

Acte 5: Nous basculons déjà Je dois savoir de quel genre de famille elle est originaire. "J'étais tellement touché quand mon père a dit un jour: 'Oh, tu sais, si grand-père aurait pu voir ça!" Grand-père, il aurait aimé être un Hatschenschleuderer. " Qu'est ce que c'est Un nouveau puzzle du monde de Sophie? Hatschenschleuderer sont des gars qui poussaient les balançoires du bateau dans le champ de foire, où les filles s'assirent et crièrent. Le grand-père de Sophie aimait le cirque mais devait devenir marchand. "Et je vais faire la foire maintenant, ouais!" Ca me va, merci, mais maintenant j'ai le vertige, je dois sortir.

Sophie Rois se produit actuellement au Berliner Volksbühne dans "A Chorus Is Wrong" de René Pollesch et dans "The Maids" de Luc Bondy; Pour son rôle dans le film "The Architect" de Ina Weisse, elle a reçu le Prix du cinéma allemand de la meilleure actrice dans un second rôle.



LE KIDNAPPING DU PRINCE SWAN ! ???? (Janvier 2020).



Volksbühne Berlin, Berlin, Vienne, Linz