Summer Fair Tale Check de St. Stephen

Le jeu: USA vs Japon. La finale

Notre homme dans le stade: Stephan Bartels

spectateurs: 48806. Epuisé. Y compris: Helmut Kohl et son épouse, Christian Wulf, son épouse et leur fille, Angela Merkel, Sepp Blatter, Chelsea Clinton. Et l'envie de Silvia. Et les autres footballeuses allemandes qui n'avaient rien à faire pendant huit jours. Facteur de conte de fées estival (SMF): 100 pour cent

Le capitaine Homare Sawa et son équipe se réjouissent du trophée de la Coupe du monde



Le jeu: Grand. Le marteau. Astray. En fait, les finales ont tendance à favoriser les escarmouches tactiques. Cela a dû dépasser les États-Unis: la première moitié était un assaut contre le but japonais. Et même après cela, les Américains étaient en fait meilleurs (mis à part Homare Sawa, le meilleur joueur sur le terrain et dans le tournoi). Cela malgré une avance de deux points, une extension, malgré cette mentalité de victoire américaine ne suffit pas, c’est l’une des bizarreries adorables de ce sport si mignon. Le football est un jeu étrange et merveilleux. Et cette finale en est la meilleure preuve. Merci. SMF: 100 pour cent

Météo: Acceptable, tellement. Mais seulement si vous appréciez les jours d'automne à la mi-juillet. C'était comme octobre, ça sentait même octobre. 16 degrés au début, 12 à la fin. SMF: 10 pour cent.



Les fans: les camps ont rarement été aussi paisibles et amicaux

Les fans: Il y avait beaucoup plus d'Américains que de Japonais. Mais aussi nettement plus d'Allemands que de partisans américains, et puisque la majorité des Allemands siègent au Japon, il y a eu une impasse. Mais ce n'était pas grave non plus: il est rare que nous rencontrions des roulements de ventilateurs plus calmes et plus conviviaux qu'ici. Les gens qui sont "trop ​​agressifs" en Bundesliga l'auraient apprécié. Tout le monde aussi. C'était sympa. Pas aussi fort que les jeux allemands. Mais: bien. SMF: 96 pour cent

Francfort célèbre les nouveaux champions du monde

Ce qui reste: Enfin la fin de tous les contes de fées sportifs. Rarement auparavant, un terme a été interprété comme le conte de fées d'été qu'il devrait devenir. Ce n'était pas ça. Pour la Coupe du Monde la plus sportive qui ait jamais existé. Le sommet du monde s'est rapproché, c'est bien. Le Japon est un champion du monde incroyablement sympathique, les États-Unis un deuxième sympathique. La France était étonnamment géniale, le Brésil ennuyé, Marta surtout devant. Quant à nous, la Coupe du Monde 2006 a changé ce pays. Celui-ci ... bien, peut-être un peu. Après tout, il y a maintenant beaucoup d'hommes convertis qui ont aimé regarder. Et cela, même s'ils ne se sentaient pas comme avant. C'est quoi.



Vidéo: Le Japon gagne après le drame de pénalités

Le prélude: le FC St. Pauli contre Brøndby Copenhague La veille des quarts de finale allemands, j'ai assisté à un match amical du FC St. Pauli à Hambourg. À côté de moi, trois ou quatre gars discutaient sans arrêt de la Coupe du monde féminine pendant la première moitié de la saison. Ça ressemblait à ça: "Alors, Digger: est-ce que tu regardes ça?" Et la réponse: "Bien sûr, mec, je dois le faire". Mais avec une réticence évidente: il y avait des blasphèmes sur les scores faibles, sur les arbitres de combat, sur le mauvais niveau des femmes de la tourbe, "ils ont battu mais pas de jeune A chez les garçons". Je souris en moi-même. Il y a quelques semaines, le football féminin n'aurait pas été un problème ici. Pas même à la cafétéria, encore moins Frank Plasberg. De nombreux ignorants du football féminin s’engagent maintenant dans le football féminin de manière assez intensive, ne serait-ce qu’en expliquant constamment à quel point ils s’y intéressent. Plutôt un discours d'été qu'un conte de fées d'été, mais au moins.

Le jeu: l'Allemagne contre le Japon

Ce n’était pas aux fans: bonne ambiance de carnaval à Wolfsburg

spectateurs: 26067. Le très beau stade de Wolfsburg était plein à craquer. Facteur de conte de fées estival (SMF): 95%

Le jeu: Étrange. Très étrange. L'Allemagne était-elle mauvaise? Oui. Non. Peut-être. Il y avait presque tout dans ce match: une pression énorme sur l’équipe allemande, qui semblait nerveuse et qui conduisait depuis 13 jours. Mais aussi une énorme pression sur le but japonais? et puis bizarre Unkonzentriertheiten le tir au but. Une défense qui a fait de petites erreurs? et pourtant, de façon permanente, vous a effrayé. Et avec le Japon, un adversaire agacé par des passes sécurisées et une tactique de classe mondiale. Quoi d'autre était là: le drame en quantités difficiles. Une fin inattendue. Un gagnant mérité qui ne s'appelait pas l'Allemagne. Vous devez être capable de le supporter maintenant. Mais un conte de fées d'été qui tourne mal? Ne fonctionne pas SMF: 32 pour cent

Météo: 27 degrés, soleil au coup d'envoi, coucher du soleil sur l'usine VW à la mi-temps. Les gens faisaient du ski nautique sur le lac voisin.C'est comme ça l'été. Glorieux. SMF: 100 pour cent.

Les fans allemands: 26 000 personnes qui ont fait leur travail, on peut difficilement dire le contraire. Voici l’héritage de 2006: sur l’autoroute menant à Wolfsburg, j’ai vu plein de voitures de ventilateurs et d’autobus munis de plaques d'immatriculation de toute la république. Et dans le stade? Pas fatigué, le public a fouetté les filles en avant, des sifflets occasionnels en cas de mauvais passage sont pardonnés. Birgit Prinz a été célébré avant le coup d'envoi, les Japonais après la fin? après les minutes d'incrédulité silencieuse, quand le départ des Allemands devint soudainement une réalité. C'était juste, ça avait du style. Respect. SMF: 98 pour cent

Fans solitaires du Japon

Les autres: Les joueurs japonais ont dû se sentir très seuls. J'ai vu des bannières. Mais presque personne. C'est sacrément éloigné, ici au Japon. SMF: 4 pour cent

Ce qui reste: Dommage, mais les gars que j'ai écoutés vendredi au St Paul à St Pauli vont probablement perdre la Coupe du Monde maintenant. C'était aussi un conte de fées d'été en 2006, parce que l'Allemagne était là jusqu'à la fin. En interne, le pays fera ses adieux à ce tournoi après samedi soir. Le conte de fées, s'il en est un, est terminé depuis le week-end. Le reste est une semaine de championnat du monde normal. Après tout, ce que vous entendez des équipes: la meilleure Coupe du Monde féminine de tous les temps. SMF: 0 pour cent

Vidéo: Premières paroles de Silvia Neid sur la Coupe du monde

Stephans Sommermärchen-Check: Jeu d'ouverture

Avec les championnats du monde en Allemagne, c'est devenu une telle chose. Que ce soit au football, au handball ou au tir au pigeon d'argile: les combats pour le titre mondial ne sont que des contes de fées, avec une saison devant nous. Et chaque tournoi doit être comparé à la mère de tous les contes de fées sportifs, la Coupe du monde masculine 2006.

Le conte de fées de cette époque était principalement dû à l'atmosphère parfumée, au beau temps et au fait que nous nous sommes surpris, ainsi que le reste du monde, avec une bonne humeur continue.

Et maintenant? Coupe du Monde Féminine. Encore une fois, le mot "conte de fées d'été" flotte dans le pays et dans les médias. Dommage que nous ne serons pas surpris cette fois. Que nous puissions être drôle et gentil, nous le savons maintenant. Mais ça pourrait quand même être sympa, de mon point de vue aussi magique. Et c’est la raison pour laquelle, au moins après les jeux allemands, mon chèque de contes de fées estival. Aujourd'hui: le jeu d'ouverture.

Le jeu: l'Allemagne contre le Canada

spectateurs: Près de 74 000. Le stade olympique a été vendu. record européen. Pas au top. Facteur de conte de fées estival (SMF): 100 pour cent

Le jeu: Pas si mal. L’Allemagne, 80 minutes avant la maison, aurait dû marquer trois autres buts. Avec le très joli coup franc de Christine Sinclair, le chiffre de dix minutes est même vraiment excitant. Ce n'était pas à prévoir, mais pour un bon conte de fées appartient à la fin heureuse et une partie du drame. SMF: 83 pour cent

Météo: 23 degrés, une couverture nuageuse légère, une brise légère dans la capitale. Vers la fin, le soleil bas a balayé le public et les acteurs dans une lumière dorée. Pas mal. SMF: 93 pour cent.

Les fans allemands: Les jeunes travailleurs stressés étaient censés s'asseoir sur une chaise pliante devant le stade pour se divertir. Rarement avez-vous vu autant de familles amicales et heureuses dans un tas. Et bruyant aussi: le niveau de bruit dans l'arène était incroyable. La première vague de la minute 11, à partir de la 72e minute, a été chantée "Oh, comme c'est beau". Déductions lourdes mais pour les sifflets, quand il y avait un mauvais passeport chez les femmes allemandes. Pas si, amis. SMF: 88 pour cent

Les autres: Je voulais parler aux partisans canadiens avant le match. Les seules que j'ai trouvées étaient une mère qui voulait juste faire comprendre à sa fille en pleurs qu'il n'y avait pas de glace après les frites. Le monde ne semble pas rendre visite à des amis cette fois-ci. SMF: 6%

La ville: Berlin a célébré, Berlin a fait la fête, Berlin était encore une fois un nuage. C'est génial, ce Christopher Street Day. Comment s'il vous plait Coupe du Monde? Y avait-il quelque chose? SMF: 15 pour cent

Summer Wedding in Philadelphia {kelsey & stephen} PA Wedding Video (Avril 2021).



Japon, États-Unis, Coupe du monde 2011, Allemagne, Finale, Silvia Neid, Sommermärchen, FC Saint-Paul, Wolfsbourg, Helmut Kohl, Angela Merkel, Chelsea Clinton, France, Brésil, Saint-Paul