Dites au revoir


Des choses qu'elle avait oubliées depuis longtemps. Avec les doigts moites, elle le caresse. Le napperon en lin, orné de coutures fendues, soigneusement placé sur un pli, un cintre umhäkelt rouge foncé, un étui à couteau à fruits en raphia. Marlene Brenner* Frappe le coeur jusqu'au cou. Les souvenirs remontent à la vue de ces objets, fabriqués à l'école il y a près de 50 ans et ensuite donnés à la mère. Jamais utilisé, mais précieux comme un trésor précieux.

Elle recule comme un enfant quand elle a fait quelque chose d'interdit. Tournant furtivement devant la commode à miroir sur les hauts talons de Mère ou fouillant dans ses tiroirs à linge, à la recherche de choses mystérieuses du monde des adultes. Les larmes coulent encore et encore sur son visage, la mère est décédée d'une insuffisance cardiaque deux jours plus tôt. Euh, inattendu.



Dire au revoir, c'est trier les émotions

Marlene a demandé une "piste" à son frère. Elle voulait être seule avec les pensées de la mère, seule dans cet endroit intime. Un jour, nettoyez, nettoyez et rappelez-vous dans les chambres où le savon dans la salle de bain et les bas de soie sur le dossier de la chaise respiraient encore la vie de la mère. Avoir la mère pour elle-même - quel paradoxe après sa mise dans le cercueil. Parce que c'était la dernière fois. Chaque sentiment, chaque expérience consciente. Au revoir. De la mère, l'enfance. Il y aurait eu beaucoup à dire.

La tasse de thé à la menthe à moitié vide était sur la table de la cuisine, à côté du journal ouvert de la télévision. Comme si le défunt venait d'aller à la salle de bain. "Regardez", pourrait-elle dire, "comme toujours." Regarder la télévision, aller au lit, faire du thé, se recoucher, dormir paisiblement, laissant la fille faire le ménage.



Je n'ai jamais été aussi proche physiquement et mentalement de ma mère.

"Je n'ai jamais été aussi proche physiquement et mentalement de ma mère," dit la femme de 57 ans, "comme elle l'était quand elle était partie." Ce n'était pas un sentiment effrayant, mais chaleureux. Étonnamment familière même, Marlene avait rarement vécu de tels moments avec sa mère. Parce que contrairement à son frère malade et bien soigné, elle avait toujours été facile à soigner, «tout terrain». Le père est décédé prématurément car la mère était heureuse que sa fille aille à l'école, étudie et travaille de manière indépendante. Et pourtant, Marlene aimait avoir «pris soin de lui une fois», a-t-elle dit lorsqu'elle était enfant. Elle a même avalé des cailloux pour tomber malade et enfin faire attention.

Presque avec révérence, elle tria les vêtements de la mère décédée. Le silence, pourtant elle se sentait comme si elle était accompagnée par sa mère. Elle ouvrit le placard autour du placard et parcourut les choses. Bottes de randonnée et gilet dont elle connaissait l'odeur. pistes Mère. Elle a tiré tiroir par tiroir jusqu'à ce qu'elle soit surprise. Fabriquer des choses de l'école, ses lettres et cartes postales. Elle n'était pas préparée à ça. Tout ce que Marlene avait donné ou envoyé à sa mère était mis au jour. La mère l'a soigneusement recueillie, ses reportages et tout ce qu'elle a publié en tant que journaliste.



* Nom modifié par l'éditeur

En tremblant, Marlene sortit les papiers avec sa propre écriture, avec ses mots et ses phrases. Elle a avalé. Chaque extrait de document est emballé dans des piles de rubans, triés par année. C'était comme une vitrine qui, de façon inattendue, renvoie son propre reflet. Elle aurait pu remplir plusieurs applications avec. Elle pleure soudainement.

Ceux qui rentrent chez leurs parents pour nettoyer, passent en revue rapidement leur enfance et leur jeunesse et réorganisent leurs sentiments et leurs relations avec leurs parents. Les filles avec les sentiments de petite fille, la colère et les peurs, avec toutes les joies et les déceptions de cette époque. "Vider la maison du défunt aggrave l'expérience du deuil et en rend visible tous les côtés", écrit la psychanalyste française Lydia Flem dans son livre "Comment j'ai vidé la maison de mon père". "Comme une analyse chimique, cette tâche met en lumière chaque petite particule de nos affections, nos conflits intérieurs, nos déceptions."

Pourquoi la mère avait-elle tout sauvé?

"Pourquoi la mère ne l'a-t-elle pas ramassé?" Se demanda Marlene. Un vrai sanctuaire de fille. Sans que la mère ait perdu un seul mot à ce sujet. Elle n'a jamais fait l'éloge de sa fille, elle lui a dit qu'elle était fière d'elle. Comme tu aurais bien fait ça! "J'ai toujours pensé que la mère ne se souciait pas de ce que je faisais." Elle avait été une partenaire de vie partenaire silencieux dans la vie de la fille. Même des photos de la famille de Marlene gisaient dans les tiroirs de la mère, qu'elle s'était secrètement unis lors de ses visites. Pourquoi ne l'a-t-elle pas simplement demandé? La fille peut à peine comprendre."Ce genre de pré-dérive spirituelle", explique Marlene Brenner, "ces malentendus et cette absence de voix sont en fait ce qui a causé la douleur la plus vive." Pourquoi la mère et la fille ne se font-elles pas confiance?

La confiance fondamentale est un besoin fondamental entre parents et enfants, aussi excessif que l'amour. Mais après la mort des parents, il n’ya souvent rien d’autre que l’idée que ce besoin, bien que suffisant, ne pourrait jamais être exaucé de manière idéale. Il a fallu un certain temps à Marlene pour se pardonner, ainsi qu’à sa mère, le manque de confiance. Mais même si les anciens projets de loi ne sont plus réglés et que la paix avec la mère ne peut être conclue directement, le rapprochement est un premier pas sur la voie de la réconciliation.

Dire au revoir: effacer est un premier pas vers la réconciliation intérieure

Contrairement à Marlene Brenner est Marie Sauter* 44 ans, une poétesse, a emménagé avec ses frères aînés pour nettoyer la maison de leurs parents. Moins avec l'intention de dire au revoir que d'être poussé par la peur de rater quelque chose ou même d'être trop élevé par les frères. Née tardivement et fille unique, elle avait l'impression de n'avoir que quelques miettes et la dure croûte de l'amour maternel.

Pour les chambres du père, les hommes étaient responsables, Marie a choisi les chambres de la mère. Une dernière preuve d'amour. Il trouva cela difficile, elle aurait aimé être avec eux deux, elle aurait envie de feuilleter à nouveau le journal du père, même s'il était insignifiant et qu'il atterrit plus tard dans le conteneur de papier. Mais comme toujours, elle se sentait obligée envers sa mère, déprimée et fatiguée de la vie, comme elle l’avait été. Même si elle est accompagnée par un sentiment d'inconfort, la mère n'est pas assez et pas assez pour l'obtenir.

Maintenant, elle avait besoin de la vie de cette petite femme hagard après la mort. Marie avait le sentiment qu'elle devait protéger sa mère contre les attaques extérieures trop intimes et corporelles. Dans l'odeur de la chambre de la défunte, avec les draps repassés à la main dans le placard, pliés et empilés, elle se sentait en sécurité. Éduquée, elle était familière. "Jésus, ma joie", elle sortit le vieux disque rayé et le mit. Musique d'orgue de Bach, pour Marie, la fille du pasteur, l'incarnation de l'enfance. Si mélancolique, si moralement infusé. Puis elle a dégagé et emballé les objets dans des caisses où il était écrit "jeter", "passer" ou "ramasser".

Dire au revoir est un travail de deuil

Travail de deuil avec des arrière-pensées. Parce que secrètement, elle cherchait une explication à la dépression de sa mère, qui s'était également infiltrée dans sa vie. La mère avait-elle pleuré un amour malheureux auquel elle avait fait allusion? Marie chercha, se comporta et ne trouva nulle part une lettre, pas de journal intime. Elle était déçue, renvoyant à ses propres spéculations. Pourquoi la mère ne s'est-elle pas au moins expliquée dans la mort? Elle aurait dû savoir qu'elle devait cette confiance à sa fille.

Ou Marie ne le méritait-il pas? Parce qu'elle n'avait pas assez pris soin d'elle? Le dossier dans lequel la mère a documenté sa maladie: Était-elle seule et laissée seule? Il est difficile de rompre avec la mauvaise conscience et de se culpabiliser soi-même, dit Marie. Elle avait toujours voulu faire sa mère correctement, s’occupait bien, même si elle avait parfois besoin de la mère dont elle avait besoin. Quand son mariage a mal tourné et qu'elle était enceinte seule. Personne là-bas pour l'aider, elle était fâchée à ce sujet.

Dire au revoir signifie apprendre de nouvelles choses sur le défunt

Ma mère vit en moi.

Quand l'appartement a été dissous, elle s'est sentie obligée d'aller chercher ce qu'elle n'avait jamais eu auparavant. Objets - représentatifs de la confiance et de l'affection. Elle a donc invité le canapé Biedermeier sur lequel elle dormait enfant et le bureau de sa mère. "Mais j'ai remarqué assez rapidement, ce n'est pas là." Pas d'amour inconditionnel, pas d'attention ou de confiance. Au lieu de cela, le mobilier transportait la tradition, la discipline et la moralité. Un tel héritage peut aussi suffoquer.

Ce sont des choses banales que Marie aborde au fil du temps avec sa mère et se réconcilie même avec elle pas à pas. Une note avec son écriture - y a-t-il quelque chose de plus personnel? - qui est tombé de ses livres quand Marie les a vendus au marché aux puces. Une histoire de voyage de la mère. Et la prise de conscience soudaine que la mère voulait écrire. Mais elle a dû reculer, d'abord à la guerre, puis à une femme de pasteur avec quatre enfants. Elle n'avait pas le choix, la fille née à la fin ressentit son mécontentement. Marie soupçonne qu'elle, l'auteur, écrit maintenant à la place de sa mère, mais aussi pour celle-ci. "Ma mère vit en moi - belle, mais parfois alarmante."

Marie a conservé ses lettres, photos, diapositives, vases, vaisselle et argent de son enfance dans une cave. Dans les cartons, elle n'a pas rouvert jusqu'à présent "parce que j'ai peur d'être inondée".Parce que ce sont les choses de la vie quotidienne qui pèsent subitement parce qu'elles vous posent la question: quels étaient les parents les enfants et quels enfants les parents - ou pas? Respect, amour, compréhension, lutte pour l'obtenir?

Mes parents me manquent de cette façon.

Un appartement est rapidement dissout, le processus de séparation entre parents et enfants peut prendre. "Mes parents me manquent comme ça." Sonja Thaler*, 52 ans, une enseignante qui a nettoyé la maison de ses parents il y a neuf ans avec le sentiment que "La vie doit continuer", pleure encore aujourd'hui. Son fils est à la maison, le boulot la gêne, à quel point elle pourrait bien avoir besoin de cette "maison" maintenant. Mais il n'y a pas de mère à mère, faites cuire la soupe au poulet et faites-en une avec une bouteille d'eau chaude. Au lieu de cela, l'abandon. Un sentiment d'apprendre à vivre avec. Parce qu'une partie de la sécurité et des fondements sur lesquels on fonde sa vie, emmener les parents dans la tombe.

La maison, le débarras de l'appartement de la mère nous ramènent au passé, mais aussi au futur. "Il ne reste plus personne pour regarder la tombe", déclare Marlene Brenner. La mort prématurée du père était également très douloureuse. "Mais alors j'ai juste commencé la vie, l'avenir était plein de promesses." Et maintenant? Clair et limité, sa propre vie est devant vous.

Les questions que Marlene n’a jamais posées à sa mère parce qu’elle n’avait pas de réponse, se répond maintenant à elle-même: la mère a fait son devoir. La gratitude signifiait pour elle de s'assurer que la fille portait un manteau d'hiver chaud. Confiance qu'elle lui a fait confiance pour faire face à l'école ou le chagrin d'amour seul. Aussi une forme d'amour maternel. Surtout dans l'après-guerre, lorsque les conditions de vie extérieures étaient difficiles et que le besoin de gérer les émotions ne se posait même pas.

"Je pense que ma mère ne connaissait même pas le mot psychologie", déclare Marlene Brenner, "et certainement pas quels dommages une âme peut subir."

Dites au revoir: les legs sont des souvenirs de la prochaine génération

Maintenant c'est au tour de Marlene, même les filles ont des filles. Qu'en est-il de la confiance entre elle et sa fille? Que va-t-elle dire aux choses que la mère lui laisse? Quels souvenirs défaire? Vous pouvez aussi penser à cela dans l'appartement du défunt.

Marlene a donné une grande partie des affaires de sa mère à la Croix-Rouge. Seules les photos sont sacrées pour elle. Il n'y en a qu'une poignée, leurs parents étaient des réfugiés de guerre, les photos un luxe. C'est pourquoi aujourd'hui, ils occupent une place d'honneur chez eux. Argent encadré pour réchauffer l'âme. La mère a l'air de vouloir se souvenir et crie: "Bonjour, je suis là." C'est bien, mais ce ne serait pas nécessaire, déclare Marlene Brenner. "Depuis que j'ai nettoyé mon appartement, ma mère ne repose plus dans mes os, mais dans mon cœur."

Conseils Livre: Lydia Flem: "Comment j'ai quitté la maison de mes parents", 128 pages, 16,80 euros, le comte Schirmer Sylvia Frey Werlen: "La fenêtre des âmes: la mort des parents et la chance de les rencontrer de nouveau", 191 p. , 17 euros, carpe Angelika Overath: "Près de jours - roman en une nuit", 160 p., 16 euros, Wallstein-Verlag Ingrid Strobl: "Je voudrais vous en demander beaucoup plus", 268 p., 9,90 euros, pêcheur

Dites Au Revoir à La Douleur Du Nerf Sciatique Avec Ces 8 Remèdes Naturels (Août 2020).



Chagrin, confiance, adieu, chagrin, mort, mère, résolution à plat