Tunisie: caravane de femmes

"... maintenant tout le sol ressemblait à la poussière la plus tendre, et le sable coulait toujours des dunes en pente, et j'ai vite remarqué que mes traces soufflaient vite."

Isabelle Eberhardt, aventurière et écrivain de voyage (1877-1904)

Bonjour, Catherine ou: Le sens du moment

Le quatrième jour, il m'est arrivé quelque chose: je suis arrivé. Enfin. Les paramètres de ma vie précédente se dissolvent. Douches? Va aussi. Crémant? Pas aujourd'hui. Make-up? Pas du tout. Brosser soigneusement les cheveux, ce qui est superflu à 80 trillions de pieds cubes de sable saharien autour de moi. Un monde étrange avec ses propres lois. La direction est prise en charge par d'autres: le soleil, le vent, le sable, les chameaux, les bédouins. C'est comme avoir un interrupteur dans ma tête. Ce qui était hier et avant-hier et avant-hier - la douleur dans les bars de la promenade d'une heure sur le chameau, la brûlure de ma peau panée, la fatigue de la chaleur et les nuits sans sommeil - tout cela est emporté.

Lever du soleil. Je retiens mon souffle comme si quelque chose d'incroyable devait arriver. On se croirait tous les matins à six heures: "Frrrrrrrauen! Frrrrrrrrühstück", crie Beschir, notre chef bédouin. Comme le pain plat qu'Ibrahim a cuit au four sur du charbon incandescent est délicieux. Une cuillerée de confiture de figues, une tasse de thé du menthe. Les plaques sont ensuite lavées avec du sable. Je demande à Beschir d'attacher mon chech, le couvre-chef traditionnel des bédouins. Il le fait avec dévotion, tout autour, à gauche, il bat le long foulard, le bloque ici et lui fait un nœud - un petit talent artistique que je n’apprendrai pas tout au long du voyage. Le soleil est bloqué hors de mon visage. Puis zack, zack, zack: "Frrrrrauen, assieds-toi" et je vais à Leschka, ma jument chameau. Mon sac à dos, ma bouteille d'eau, mon coupe-vent. Tout est là. Comme toujours, Yusef, mon guide chameau, a tout préparé pour la randonnée. "Bonjour, Catherine." - Catherine, c'est comme ça que les bédouins m'appellent. Yusef me tient la main alors que je grimpe sur Leschka, qui lève d'abord les pattes postérieures, puis les pattes antérieures. Toujours un moment délicat. Mais aucun d'entre nous ne se bloque. La caravane de femmes commence à bouger. Petit retour en arrière: à part un petit feu de bois qui va bientôt s'éteindre, rien ne nous rappelle notre campement. Les Bédouins veillent à ce que le désert, leur habitat, ne soit pas vêtu.

Beschir est un homme fier. Le chef de chameau doit fournir à une dizaine d'enfants son maigre revenu.

Les bédouins. Ils sont parmi les plus impressionnants de ce voyage. La dignité des hommes, leur calme, leur cheminement, allumer un feu, faire du thé, suspendre leurs charges et les reposer à nouveau. Toute votre attention et votre dévouement sont au moment. Ce qui est en ce moment. L'une des raisons de la fascination du désert réside dans la redécouverte du sens du moment: il nous a été perdu depuis notre enfance. Nous avons tous nos documents académiques, notre monde de rendez-vous métropolitains, un flot inépuisable d’informations déchiquetées. Une simultanéité condensée de notre vie quotidienne qui nous aveugle à la beauté du monde. Ce que je vois maintenant, de là-haut, me cogne tellement que je ne sais plus trop où aller avec grâce pour mon existence. Pour le moment, tout ce qui compte pour moi s’exprime en quatre couleurs: le bleu du ciel, le rouge du sable, le vert des tamaris et le brun pâle d’une maman chameau et de son bébé. L'image archaïque de deux animaux au bord de l'infini, que je garderai dans ma mémoire pour la vie. Yusef me donne une coquille fossilisée qu'il a trouvée sur un lac salé desséché. "Pour vous, Catherine." Hé, Frrrrrrrauen. Quelqu'un peut-il me dire pourquoi j'étais si contrarié hier? Tout est là que j'aime tellement, juste différent! Au lieu de la mer une goutte de rosée. Au lieu de gazouiller des oiseaux une paire d'hirondelles, qui nous accompagne. Au lieu d'une forêt isolée fleurs bleues ou jaunes.

Conditions de bourdonnement optimales ou humeur et température au point zéro

Karin Weber-Duve sur "son" chameau Leschka

Les possibilités d'être mal à l'aise et de mal dormir sont multiples - je pensais les avoir toutes. Un lit peut être trop mou ou trop dur, trop étroit ou trop bas. Donc, on décide à un moment donné pour l'achat de toutes les exigences d'un lit de qualité suffisante, dont le prix peut facilement correspondre à celui d'une petite voiture. Quelles pensées profanes et non-antiques! Mais c’est ce qui me passe par la tête lorsque j’élargis mon champ d’expérience après avoir été mal à l’aise la première nuit de notre tournée de chameaux dans le Sahara tunisien.Je n'aurais jamais rêvé à quel point le sable peut être dur et à quel point il fait très froid, même à des températures diurnes supérieures à 50 degrés. Cela a quelque chose à voir avec la physique, avec la faible conductivité du sable ou quelque chose du genre - mais ça m'est égal. Peu m'importe le ciel légendaire sur le désert, tant d'étoiles, tant de galaxies - et la bulle me fait mal. J'ai froid Allongez-vous dans mon sac de couchage à la taille d'un nain, le modèle "maman", derrière une dune et se quereller avec moi et le monde. Conditions de couvaison optimales. D'accord, j'ai trouvé - théoriquement, l'idée de vivre un paysage où tout ce qui est important pour moi n'existe pas: toute la variété et les couleurs du monde. Mais maintenant, je suis arrivé dans le royaume et il y a probablement un scorpion sous moi, qui ne fait que rallonger son attaque. Ou au moins un de ces gros coléoptères noirs du désert dont les traces ressemblent à des mini-tracteurs à piles.

Ce que nous faisons ici - 14 femmes, sept guides bédouins, 17 chameaux - n'est pas un désert à renifler. Nous y sommes vraiment, sept jours, sept nuits. Un long temps. Un long chemin. Des jeeps nous emmènent de Houmt Souk, la capitale de Djerba, à Ksar Ghilane. Une petite oasis au bord du Sahara, avec des palmiers dattiers, un étang où les enfants s'amusent, des restaurants, des commerçants. Ici, nous rions et parlions de notre désert: bloomers, blouses, tchèques. J'achète un rouge vif. Je ne porte jamais de rouge, d'habitude. Ai-je peur de pouvoir me perdre?

Pourquoi déserter? ou: à la recherche de petites et grandes choses

La guide Jutta et Yusef à la danse. Aux abords d'une fontaine, de l'eau est également disponible pour les pieds - un luxe rare.

J'aime les femmes avec qui je voyage. Leurs visages intelligents reflètent la vie vécue. Pourquoi déserter? "Si ce n'est pas maintenant, quand?", Disent-ils. Le chemin qui mène au désert est pour elle l'accomplissement d'un désir ardent, d'un rêve longtemps chéri. Ce sont des voyageurs dotés du matériel mental nécessaire: esprit d’équipe, tolérance, humour, et ils supportent les impositions sans se plaindre. En raison de mon attitude défaitiste, j'ai une conscience coupable de ce que j'essaie de démanteler en me disant que la plupart d'entre eux sont à la retraite - tellement reposés. Nous sommes bien placés: Kathe, un médecin, les pharmaciens Reni et Christa, les psychologues Alget et Gudrun, le professeur Anne et la professeur de yoga Edith, Jutta, notre agent du désert et guide touristique, ChroniquesDuVasteMonde, une infirmière, la comptable Inge, la ménagère Uta et Gertraude, informaticienne expérimentée, tentent de nettoyer son GPS sablé, son système de positionnement global.

Les voyageurs du désert sont des chercheurs; ils cherchent des réponses à des questions religieuses, philosophiques, psychologiques. L'une de nous veut savoir comment vivaient les personnes qu'elle a rencontrées dans la Bible. Un autre est toujours à la recherche de "l'image archaïque du sable, car le vent efface toute trace, de sorte que l'on a toujours le sentiment d'être le premier à gravir la dune". Les journaux Sandmeere d’Isabelle Eberhardt me traversent la tête, un aventurier qui erra dans le désert vêtu de vêtements pour hommes à la fin du XIXe siècle. "Vergessensucher" est le nom d'une partie particulièrement émouvante de ses notes. Aussi un motif. Une chose est sûre: nous, les "monstres", nous cherchons les grandes choses - et nous ne pouvons même pas trouver les plus petits. Quel éternel désordre dans les sacs à dos, les sacs de voyage, les sacs en plastique sécurisés Ziploc. Où est la crème solaire, la protection des lèvres, les lingettes, les pilules et les onguents essentiels et ma dernière barre de céréales? Je peux me passer de mon miroir de poche, je ne veux pas savoir à quoi je ressemble. Je peux le sentir: les rides autour de la bouche sont plus nettes que d'habitude, les yeux enflés et enflammés qui grincent et crissent très fort avec le sable. (Si, comme une huître, il y a de vraies perles, si les grains de sable ne s'y sont installés que suffisamment longtemps?, Je me demande alors théoriquement, je pourrais éventuellement crier des perles.) La chose fatale dans toute la recherche: il faut tout trouver à la lumière du jour impitoyable et sans transition, la nuit noire s’abaisse sur le désert. Mon Dieu, où est la lampe de poche? Comment trouver ma lampe de poche sans lampe de poche? Et qu’en est-il de mon lieu de sommeil, dont j’ai pris quelques mètres, parce que je devais sortir peu de temps?

Petites épreuves ou: le soin des personnes bien informées

Le vent du désert va devenir une tempête.

Je ne trouve pas le chemin du retour, j'ai totalement perdu mon orientation. Où est mon sac de couchage? Mon coeur frappe. Je suis devenu maigre, et ce n'est pas à cause du peeling permanent au sablage que la nature nous donne si généreusement. C'est la persistance des extrêmes, des contradictions: des jours ensoleillés, des nuits glaciales. Silence absolu - là encore notre confusion. Il est temps de se laisser aller à ses pensées - stress, se lever à l'heure, être à l'heure du jalon de la journée. Bercement doux à l'arrière des chameaux - la peur de leurs morsures agressives.Mon désert et ma forme physique en groupe sont mis à rude épreuve. Où est mon lieu de sommeil? Un chiffre vient à moi: Beschir. Bienveillant, vigilant, un homme avec des yeux dans le dos. Il sait exactement qui est où. Il trouve son chemin sans lampe de poche. Et seulement sans lampe de poche. En lumière artificielle, ce serait lui qui perdrait son orientation. "Viens, Catherine", dit-il, viens, et il me conduit sur ma colline.

Storm. Les trois premiers jours, une tempête chaude et froide. Le ciel vole la vedette au désert: des nuages ​​noirs s'empilent et balayent l'horizon. Un scénario naturel qui me rappelle en quelque sorte le Schleswig-Holstein. Si la tempête est trop forte, nous devons descendre de nos chameaux et marcher. La plupart des bédouins ne portent pas de chaussures. Ils testent à pieds nus chaque bord de dune remonté. Kick flat. Pour que les chameaux ne viennent pas soudainement dans le vide et ne tombent pas. Et nous avec eux.

Pur plaisir ou: danser avec le beau désert

Beduine Beschir nous sert une soupe.

"Le sable nettoie l'estomac", a toujours prêché ma mère. Mon estomac n'a jamais été aussi propre. Mon appétit est sans limite et je regarde le cuisinier préparer le repas avec ses pattes calleuses: couscous au poulet et, à l’avance, une sauce coquille d’œuf (même les œufs sont transportés dans des caisses de sciure de bois sans même se décompose) et pour le dessert, une orange qui goûte délicieux à l'orange. Ou encore une soupe à la salade et aux légumes, au riz ou aux tomates et le délicieux pain plat d'Ibrahim. Ça s'amuse après le coucher du soleil. Beschir joue sur sa Tambuca, sorte de tambour, ou sur la flûte. Kemal, notre jeune beau du désert aux dents blanches et brillantes et au sourire qui nous fait tous paraître encore plus vieux, donne le ton au Bendir, un instrument qui ressemble à un tambourin. Ali et Mohammed II ne font que regarder. Peut-être qu’ils vont envier le jeune Kemal non lié, qui danse avec nous et veut se "défouler" avant de se marier. Et les enfants naissent dans le monde. Par exemple, Yusef en a sept, Beschir onze - il leur suffit de parcourir plusieurs kilomètres à travers le sable du désert pour s’entraîner. Seulement dix dinars tunisiens, environ six euros, ils reçoivent par jour et par chameau. Des pourboires et des cadeaux, que nous vous avons distribués à la fin de notre périple, après 70 kilomètres de marche et de marche de chameaux, sur une grande couverture. Je leur donne mes accessoires de survie: la bouteille d'eau spéciale, une écharpe chaude, un sac en aluminium contre les températures sibériennes. Et mes sandales sensibles avec les fermetures pratiques en velcro. Ils seront d'accord sans contestation. Ici, au bord des montagnes de Jebil, ils attendent le prochain groupe de touristes. Le bruit du moteur brise le silence. Les jeeps tonnent dans le désert. Le désert Ici je me suis retrouvé. Je ne l'ai même pas cherché.

Informations de voyage: Randonnée chamelière en Tunisie

"Le Sahara secret - Les femmes vivent le désert" est le programme de voyage de l'agence GeSa Desert Travel au Sahara tunisien (www.gesa-wuestenreisen.de). Le duo GeSa Jutta Kroidl (Frommholdstraße 71, 21680 Stade, Tél. 04141/63770, Fax 511081) et Uschi Schilke (Hanauer Pfad 33, 61137 Schöneck, Tél. 06187/910510) prévoient 9, 12 et 15 jours visites. Ils ont lieu aux mois de mars / avril et d'octobre / novembre.

Femme de ChroniquesDuVasteMonde a participé à une tournée de 9 jours

L'itinéraire: Avec des vols réguliers de Francfort via Tunis à Djerba. Nuit dans la médina de Houmt Souk, la capitale de l'île. En jeep, nous nous dirigeons vers l'oasis Ksar Ghilane, où la caravane de chameaux attend. Là commence le tour du désert. En passant devant El Mida, un lac salé asséché, et la montagne de la Table, vous arriverez à la chaîne de montagnes de Jebil. Là, le désert est abandonné et en jeep nous atteignons la ville de Douz. Ensuite, le désert de sel de Chott el Jerid est traversé et le voyage conduit à Tozeur, une belle ville (connue comme le lieu de tournage du film "Le patient anglais"). Nuit à Tozeur et vol retour via Tunis vers Francfort.

Prix:

environ 935 euros pour le circuit de 9 jours, vol et nuit d’hôtel à Houmt Souk et Tozeur, trajet exclusif en train depuis et vers Francfort.

Au réglage

* Isabelle Eberhardt: "Sand Seas", volumes 1 et 2; 8,90 euros et 7,50 euros, Rowohlt

Caravane Nationale Des Droits Des Femmes En Tunisie à KASSERINE (Septembre 2019).


Sahara, désert, lieu de nostalgie, Djerba, désert, Tunisie, Afrique, caravane, voyage, Sahara, chameau