Marleen Stikker: La libératrice de l'Internet


Marleen Stikker veut rendre la technologie plus ouverte

Rendre la technologie plus compréhensible et plus juste - c'est ce que Marleen Stikker s'est fixé. La Néerlandaise âgée de 55 ans a déjà fait l’expérience suivante: en 2013, elle a développé le Fairphone, le premier téléphone mobile produit en grande partie de manière responsable sur les plans écologique et social. La particularité: des pièces individuelles telles que l’écran et la batterie sont installées de manière à pouvoir être remplacées presque sans outils. Les utilisateurs de Fairphone peuvent réparer leur équipement au lieu de s'en débarrasser, ce qui réduit la quantité de déchets électriques et permet de comprendre le fonctionnement de la technologie. Selon Stikker, le téléphone a été vendu 100 000 fois et a reçu le Prix européen de l'environnement pour les entreprises en 2016.



Stikker voulait montrer aux grandes entreprises que les choses pourraient être différentes. "Ma mission est de rendre la technologie plus ouverte et d'intégrer tout le monde." Elle a également beaucoup d'idées: avec quelques Amsterdamois férus de technologie, elle a construit des dispositifs de mesure des particules et des oxydes d'azote, qui sont maintenant suspendus aux murs de rues achalandées et qui polluent sans fil les émissions de gaz d'échappement des résidents. Les citoyens veulent faire pression sur la ville pour qu'elle soulage les routes très fréquentées. Selon Stikker, la transparence d’un projet est également déterminante: tout le monde peut s’intéresser à la programmation du logiciel.

Il exige: plus de transparence et d'éducation

C’est précisément ce manque de transparence que Marleen Stikker accuse les grandes entreprises de la Silicon Valley. Elle assiste régulièrement les citoyens d'Amsterdam pour les informer de l'utilisation abusive de leurs données par Facebook à des fins promotionnelles. "Les gens voient les problèmes, mais vous ne pouvez pas simplement leur dire en qui ils ne peuvent pas avoir confiance, vous devez aussi trouver une solution", dit-elle. Elle travaille donc sur une alternative: une plateforme de médias sociaux internationale qui ne devrait pas s’enrichir des données de ses utilisateurs.
Elle travaille également avec des artistes, des pirates informatiques et des scientifiques pour donner aux utilisateurs plus de contrôle sur les données qu’ils divulguent lorsqu’ils s’enregistrer sur des sites Web. Dans 20 ans, Stikker espère que les gens reprendront le contrôle de leurs données et de leurs décisions. "Les gens ne disent pas tout sur eux-mêmes au bureau. Ils gardent également le secret sur leur cercle d'amis. Seul Internet leur permet de tout révéler, et nous voulons changer cela."



ikWin at PICNIC 08 with Bas Verhart & Marleen Stikker (Juillet 2020).



Silicon Valley, Technologie, Confidentialité