S'il vous plaît, pas plus de rondes masculines: les femmes sur le podium!

«Speakerinnen.org» est une plate-forme pour les femmes qui souhaitent partager leurs connaissances, leurs expériences et leurs opinions lors de conférences et de tables rondes. Dans le même temps, la base de données est un point de contact pour tous les organisateurs de conférences à la recherche d'un conférencier. Anne Roth, l'une des initiatrices, a souvent critiqué, lors d'événements, qu'aucune oratrice n'avait été invitée. "Alors vient la réaction très rapidement, il n'y aurait aucun expert pour cela, ou en saurais-je un?"

Anne Roth était convaincue qu'il y avait suffisamment d'experts - également en physique quantique, en informatique et en politique. Vous devez juste le rendre visible. Le 8 mars 2014, lors de la Journée mondiale de la femme, elle a lancé son projet et, un peu plus d'un mois plus tard, plus de 400 femmes s'étaient inscrites sur Speakerinnen.org et près de 200 autres étaient en préparation.

Un projet féministe? "En tout cas," explique l'intiateur. "Cela ne signifie pas que les femmes et les hommes sont toujours les mêmes en tout, mais que les femmes ne sont pas plus stupides que les hommes, et il n'y a aucune raison pour que plus d'hommes que de spécialistes soient perçus comme des femmes." Les nombreuses femmes différentes qui se sont déjà inscrites en sont la preuve. Cinq intervenants se présentent:



Sophie Passmann, Poète Slam

Je suis à Speakerinnen.org car il y a des spécialistes et des femmes sur tous les sujets. Cependant, les organisateurs de discussions ont souvent du mal à trouver des experts. Parce qu'ils apparaissent rarement dans les discussions et sont moins dans le public - un cercle vicieux. Je ne veux pas être une minorité à cause de mon sexe. Cela devrait aller de soi de m'entendre sans avoir à regarder les choses avec féminité.

Pourquoi beaucoup de femmes ne préconisent-elles pas davantage de présence? Parce qu'il y a trop peu de modèles. Bien sûr, beaucoup d'hommes ont des choses importantes à dire sur de nombreux sujets. Cependant, les talk-shows de droit public donnent l'impression de sortir avec cinq hommes et une femme. Je ne veux pas de quota, je veux comprendre qu'il est stupide de perdre la moitié du potentiel d'un pays.



Manuela Vollmann, directrice générale

Les femmes ont beaucoup de compétences et sont pourtant moins présentes en public que les hommes. En Autriche, par exemple, Le Ring des femmes autrichiennes (ÖFR) a clairement indiqué que la télévision comptait plus de femmes dans les programmes. C'est pourquoi je suis aussi personnellement intéressée par le partage de mes expériences en tant que conférencière et que j'espère contribuer en tant qu'experte et femme à la transformation de quelque chose. Pour moi, professionnellement et pour mon entreprise, la visibilité est très centrale. Plus nous sommes efficaces, plus nous sommes interrogés sur nos compétences. Surtout les femmes nous reconnaissent encore et demandent spécifiquement des cours, des qualifications et des conseils. Certaines femmes ne font pas campagne pour plus de présence pour plusieurs raisons: les femmes sont souvent plus intéressées par la cause elle-même que par la présence publique. Ils ignorent souvent que leur thème devient de plus en plus visible dans un monde dominé par les médias par leur propre présence.

La présence publique permet de faire avancer mon sujet, ma passion et de réussir en la matière. Les filles en Autriche ne sont toujours pas encouragées à montrer ce qu'elles savent et ce qu'elles savent. Il y a un manque de modèles. Pour que nos enfants voient que les femmes ont quelque chose à dire, il faut plus de femmes dans les médias publics.



Anna Aridzanjan, journaliste junior

Je suis intéressé par des conférences, des panels et des tables rondes sur le journalisme. Cependant, il existe souvent un excédent masculin évident. Comme si seuls les hommes plus âgés avaient leur mot à dire dans le journalisme, même aujourd'hui. Speakerinnen.org m'a convaincu parce que les initiateurs ne se sont pas plaints mais ont fait quelque chose. Il s'agit de créer un réseau, un pool d'experts. Pour qu'aucun organisateur de panels ne puisse en dire plus. Je voudrais enrichir cette piscine avec mes connaissances.

La présence publique au travail signifie tout pour moi. Surtout aujourd'hui, il est important que les jeunes journalistes attirent l'attention. De bonnes recherches et l'écriture seule ne suffit plus. Le mot clé est "auto-marketing". La plupart du temps, je suis visible grâce à Twitter. L'interaction entre eux est différente de celle de la vie réelle. Il n'y a pas de hiérarchie. Puisque le stagiaire peut répondre à l'éditeur de manière désinvolte, tout est possible.

Si les femmes craignent la présence publique, pour différentes raisons. Certains ne veulent pas du tout de présence. D'autres sont maintenus au travail par les meilleurs chiens testostérone. Un journaliste m'a dit un jour: "Les vraies décisions concernant le personnel sont toujours prises à Pinkelbecken." Et puis, il y a des femmes qui ont été persuadées qu'elles ne pourront pas aller aussi loin que leurs homologues masculins.Il y a deux types de réactions à cela: démissionner ou adopter une attitude "maintenant et plus!".

Doris Aschenbrenner, informaticienne

Je me suis inscrit à Speakerinnen.org parce que, sur de nombreuses discussions sur le podium, j'étais la seule femme ou m'ennuyais en tant que spectatrice, qu'aucune femme "ne parlait" là-bas. Cela ne me dérange pas qu'on me demande de donner des conférences "parce que je suis une femme". On me demande parce que je suis compétent ET une femme. La visibilité professionnelle est extrêmement importante, que ce soit dans les carrières universitaires, commerciales ou universitaires. Cela présuppose l’attitude de vouloir s’exprimer et de pouvoir coopter, et exige toujours du courage.

Je dois constamment montrer que je suis bon. Surtout ce n'est pas une menace pour moi, c'est plus motivant pour moi. J'ai rencontré beaucoup de "causeurs de vapeur" (principalement des hommes) qui ont une confiance inébranlable et une faible expertise. De toute évidence, vous pouvez aller très loin avec ça? Ce n'est pas un exemple. Dans mon domaine professionnel, les femmes sont très rares. En tant que fille, je me suis déjà demandé pourquoi, sinon, seuls les gars du domaine de la technologie participaient à "Jugend forscht". Je pense que beaucoup de femmes n'osent pas assez, c'est ce qu'on leur a appris. Ils ne sont pas conscients de leurs propres forces et ne les exposent pas suffisamment. Tout cela peut être formé. Nous devons nous demander ce qui doit être changé pour cesser de socialiser les filles de manière aussi défavorable.

Kaja Otto, coach de vie

Quand j'ai vu le premier tweet de Speakerinnen.org, j'ai su que je voulais être là. Le sujet "Les femmes sur les podiums!" Je suis assez présent. J'aime faire partie d'une liste impressionnante de femmes passionnantes. La visibilité est importante dans mon travail. Cela me rend tangible pour les gens. La visibilité signifie rester en contact avec mes clients et les stimuler. Pour cela, j'utilise à côté de Facebook et Twitter également Whatsapp ou Threema. Surtout dans un domaine professionnel comme le mien, outre la qualification professionnelle, il est question de personnalité. C'est pourquoi je comprends la compétition comme source d'inspiration.

En tant qu'entraîneur, je rencontre beaucoup de monde. À l'heure actuelle, 90% de mes clients sont des femmes. Cela aiguise la vue pour le propre sexe. Et pour moi, c’est clair: les hommes et les femmes sont bien différents, ils rythment et agissent selon les normes de chacun. Pour nous, femmes, cela signifie enfin que nous puissions avoir notre pouvoir, notre différence. voir positif, et reconnaître les faiblesses évitables comme des forces.

Beaucoup de femmes ne préconisent pas davantage de présence parce qu'elles sont souvent des perfectionnistes auto-critiques. Alors qu'ils réfléchissent encore à leur travail, l'homme a déjà commencé à parler. Mais il est important que la perfection ne devienne pas la procrastination. La fameuse règle des 80/20 stipule que 80% de la puissance est suffisante. Les 20 derniers pour cent coûtent le plus de travail à la fin. Si plus de femmes suivaient cette règle, plus de femmes seraient présentes. En ce sens, je souhaite que plus de femmes aient le courage de combler le vide, selon le slogan "Just do it!"

Paris, Black Fashion Week - Mode (Novembre 2020).



Les femmes Vortrag, podium, haut-parleurs