Moscou: une métropole de contrastes

"Quel luxe malsain d'aller au café"

Tatjana Jonina, 70 ans, professeure

Gidon Kremer applaudit dans la grande salle de concert du conservatoire de Moscou. "J'adore cette salle dotée d'une excellente acoustique", déclare Tatjana Jonina. "Heureusement que les plus grandes stars internationales sont enfin ici."

La petite femme est issue d’une ancienne famille d’intelligentsia moscovite et aimerait devenir musicienne. Violoniste, comme sa soeur, qui lui permet d'assister à des concerts aujourd'hui. Les 70 ans ne pourraient jamais se permettre 40 euros par carte. Votre pension est petite. C'est pourquoi elle travaille toujours en tant que professeur à l'Institut de conception aéronautique de Moscou.

Sur le plan financier, la situation est bien pire qu’à l’époque soviétique: "Nous, les scientifiques, sommes non seulement plus pauvres que les jeunes gestionnaires, nous sommes également moins reconnus." Néanmoins, la vieille dame agile profite du nouveau style de vie de sa ville. Sortis de l'appartement et à la rencontre avec les copines au café. "Pour nous, boire un expresso, un cappuccino ou un latte macchiato est un luxe inconnu. Il y a quelques années, je ne connaissais que des mots tirés de la littérature", dit-elle en riant. Ton préféré: la "Kofemania" juste à côté du conservatoire. La grande salle, qui ressemble à une ancienne salle d'attente de la gare, est maintenant un chez-soi loin de chez soi.

Tatjana tire un trait de sa cigarette: "En gros, j'ai eu une belle vie", dit-elle. "Seulement nous ne pouvions pas voyager, même les pays socialistes étrangers ont été interdits parce que notre institut était soumis au secret." Mais maintenant, ils rattrapent son mari Volodya. Elle a sauvé. "Pour moi, c'est un rêve que de pouvoir vivre ensemble la liberté de voyager." Pendant la majeure partie de leurs 48 ans de mariage, ils vivaient ensemble dans un espace confiné: initialement dans une vieille villa en bois, cinq dans une pièce sans salle de bain et avec une seule cuisine pour 14 familles. Seulement en 1967, ils ont eu un appartement de trois pièces non loin du centre. Ils l'occupent encore aujourd'hui - en ce moment avec les fils de leur nièce.

Spectacle photo à Moscou

Tout ne s'est pas amélioré. Elle accepte allègrement l'offre culinaire: "Le monde s'est agrandi, mais notre pain n'a pas meilleur goût." Auparavant, à Tverskaya, il y avait une boulangerie appelée Filippow avec un pain noir juteux, qui sentait la cardamome et le carvi. " Vous pourriez théoriquement le trouver dans l'épicerie fine ornée d'or Jelissejew, le paradis du shopping étincelant de l'époque tsariste, au milieu de la rue Tverskaya. Il y a encore le vieux pain - à des prix exorbitants. Inabordable pour elle. "C'est comme ça", sourit Tatjana, "dans le passé on rêvait de voyager, aujourd'hui de vrai pain ..."

"Les rues de Moscou sont faites pour les hommes"

Larissa Ivanova, 41 ans, chauffeur de taxi

Un mercredi après-midi, juste avant midi, sur le grand pont de pierre sur la Moskva, qui mène au Kremlin. La circulation est toujours, 30 bonnes minutes ne sont plus. Larissa Ivanova est assise au volant d'un taxi jaune. Totalement détendu. Elle rabat le miroir, corrige le rouge à lèvres et secoue ses cheveux blonds. En Russie, la plupart des chauffeurs de taxi sont des hommes. Larissa est l'une des rares exceptions féminines.

Jusqu'à il y a dix ans, Larissa vivait comme enseignante au Kirghizistan. Elle aime enseigner, dit-elle, mais à l'école, elle ne gagnait que 200 dollars par mois. La conduite de taxi apporte six fois. Elle conduit des touristes ou la nouvelle classe moyenne de Moscou. Sur de larges rues enchevêtrées, au bord desquelles brille de mille feux.

"Les rues de Moscou sont en fait faites pour les hommes", dit-elle en souriant, "tout comme les voitures russes, tout comme moi assis ici ..." Jambes écartées. Si elle pouvait faire pipi comme un homme, ce serait plus facile, car à Moscou, il n'y a que quelques toilettes publiques. Une autre particularité de la ville est qu’elle dispose de plusieurs stations pompeuses au lieu d’une station centrale; ils ont été construits dans le communisme en tant que palais du peuple.

Larissa se rend souvent à la gare de Paveletsky, où de nombreux touristes arrivent en train express depuis l'aéroport de Domodjedovo. Les porteurs poussent des chariots pleins de valises vers les lignes de taxi. Déjà Larissa peut emprunter son itinéraire préféré: le long de la rivière Moskva. Son regard parcourt la Place Rouge et le grand magasin illuminé Art Nouveau Gum. Au premier plan, la cathédrale Saint-Basile avec ses chapeaux en sucre colorés. Derrière les murs du Kremlin, les dômes dorés des églises du Kremlin.

60 minutes par semaine, Larissa conduit un taxi. Elle doit le faire, dit-elle. Elle habite dans l'une des villes les plus chères du monde. Si vous ne suivez pas le rythme, vous ne pouvez pas le faire.

"Personne ne rêve plus de l'Occident"

Lanna Kamilina, 37 ans, coiffeuse

Lorsque Lanna Kamilina regarde par la fenêtre au petit-déjeuner, elle aperçoit le monument de Youri Gagarine. Le premier homme de la Russie dans l'espace a la perspective de survie de la perspective Lénine.

Il y a cinq ans, Lanna a acheté cet appartement de l'époque stalinienne.Elle est idéale pour elle comme jogger, car elle n’est qu’à quelques pas des Sparrow Hills, le plus beau point de vue de Moscou. Si elle se tient là, elle sait pourquoi elle aime sa ville: la Moskwa à ses pieds, les dômes dorés du monastère New Maiden au-delà et la silhouette moderne de cette métropole de l'autre côté.

Lanna Kamilina sait qu'elle l'a fait. Il y a 15 ans, elle est venue de Sibérie à Moscou pour un concours de coiffure. A remporté le premier prix et a rapidement trouvé un emploi dans la capitale. "C'était comme dans un conte de fées, j'ai tout de suite compris: je veux vivre! La dynamique de la ville m'a fasciné." Mais ensuite elle est partie. À Paris. Pour apprendre Pour un an. De retour à Moscou, une histoire à succès très spéciale a commencé. Aujourd'hui, elle réside dans son salon à Samoskworetsche, l'ancien quartier des marchands aux rues étroites et aux places idylliques, juste en face de la galerie Tretyakov. L’entreprise dans un emplacement privilégié est moderne et plutôt simple. Sur deux étages, 50 employés travaillent de 10 à 22 heures, ce qui doit toujours être fait. Environ un quart de son salaire est dépensé par une Moscovite sur une base mensuelle pour son hygiène personnelle. Et la clientèle de Lannas est jeune et mérite le bien.

"Lanna Kamilina" est au-dessus de la porte, plus maintenant. Une déclaration claire: le patron dicte la tendance. Pour le moment, les blondes sont préférées. Lanna à la Monroe est sa meilleure publicité. Ceux qui entrent dans leur royaume ont envie de célébrer la beauté. Et de la tête aux pieds. Les femmes de Moscou passent des heures dans ces temples de beauté. Enfin, la ville défend sa réputation de métropole la plus décadente au monde.

Avec des cils strumming et un sourire radieux, Lanna équilibre même à moins 20 degrés sur des talons hauts pour les événements à la mode. Parce qu'elle met également en scène des stars pour le cinéma et la télévision. "J'adore cette ville", dit Lanna avec un sourire vainqueur, "car comme aucune autre, elle fait la navette entre les extrêmes, il n'y a rien qui n'existe à Moscou." Du moins pas pour de l'argent.

Les boutiques de créateurs font de l'ancienne capitale de la révolution mondiale un paradis de l'excès. "La réalité a dépassé nos rêves les plus fous, et dans aucune autre ville la nouvelle confiance en soi de la Russie ne s'est aussi concentrée qu'à Moscou, et l'Occident ne rêve plus de l'élite russe."

Déjeuner au "Baltschug Kempinski". Cet hôtel de luxe est une île de l’Ouest et les "nouveaux Russes" y sont également attirés. Le café "Kranzler" est un point de rencontre et une assiette de présentation pour les belles dames: les oligarques aiment être entourés de beautés fragiles. Le menu coûte à partir de 30 euros. Lanna hausse les épaules: "Contrairement à nos mères, nous nous offrons du luxe sans mauvaise conscience."

"Dans ma génération, les femmes sont beaucoup plus souveraines que les hommes"

Irina Sherbakova, 57 ans, historienne

Avant de partir avec son chien à neuf heures, Irina Scherbakowa répond à ses courriels. Mari et filles dorment encore. L'appartement de cinq pièces est situé au nord de Moscou. La maison de quatre étages est un nouveau bâtiment des années soixante situé dans une colonie sans visage. Mais il y a le parc d'à côté. Elle boit son thé debout. Puis elle court dix minutes au trot pour se rendre au prochain métro. Comme dans toutes les gares ici autour de l'entrée du métro, de petites échoppes attendent les personnes désirant acheter une bouchée. Irina jette un coup d'œil sur l'offre, prend un morceau de 50 roubles dans sa poche et le donne à "sa" babouchka, qui se tient ici tous les matins, complétant sa pension par la vente de petits bouquets.

L’historienne diplômée travaille dans un vieux manoir du Memorial, son objectif étant le stalinisme. Depuis 1991, elle effectue des recherches dans les archives du KGB et enseigne l’histoire orale à l’Université Afanasyev de Moscou. "Dans ma génération, les femmes sont plus actives que les hommes, et le système soviétique n'a fait que rendre les hommes passifs, et nous, les femmes, nous sommes beaucoup mieux adaptées à la nouvelle époque", dit-elle en souriant.

Pause déjeuner. Irina rencontre des collègues étrangers pour le déjeuner au café "Pushkin". Le restaurant de la scène est situé dans un palais de style Empire - mais seulement âgé de quelques années. L'ensemble est complet, des tables aux chaises Biedermeier, en passant par le comptoir en bois. Un village Potemkine de la nouvelle ère, à quelques pas du monument Pouchkine.

Le soir, Irina se remplit souvent à l'Arbat, le vieux quartier aristocratique où vivent encore ses parents. Irina connaît chaque ruelle, chaque coin et recoin. De nombreuses ambassades et autorités se trouvent dans ce district. Le Kremlin voisin était leur terrain de jeu, dans le jardin Alexandre sur le mur du Kremlin qu'ils traînaient en hiver. À première vue, l’Arbat est encore comme au bon vieux temps. Mais les appartements dans les bâtiments Art Nouveau ont été rénovés à son meilleur. "En général, l'image de la ville change radicalement", déclare Irina. En plus des palais et des églises restaurés, les édifices de splendeur postmodernes d'aujourd'hui dominent le ciel. Gratte-ciels de 20 à 30 étages, appartements pour la classe moyenne émergente. Le chrome et le verre comme miroir de la nouvelle prospérité.

Et aussi le rythme de vie de la ville est devenu plus dynamique. Presque tous les soirs, Irina a des obligations. Ici, une réception, comme invitation au concert, une exposition est inaugurée. "Mes filles sont toujours en mouvement, discutant dans des cafés ou dansant dans des clubs.Les restaurants, les bars et les cafés donnent à la ville une atmosphère ouverte et vibrante ", a-t-elle déclaré, ajoutant que malgré toute cette agitation, c’était le positif de la nouvelle ère!

Saint-Pétersbourg, une soirée chez les Babashko (Septembre 2019).


Moscou, contraste, russie, cigarette, taxi, moscou, vie, femmes